[10] l'Aube nouvelle n°83 mar/avr/mai 2013
[10] l'Aube nouvelle n°83 mar/avr/mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°83 de mar/avr/mai 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aube

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,8 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2013 du Conseil général.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
dossier Focus Sécurité Robert Moleda CONSTRUIRE UNE IMAGE AUSSI Dans les prochaines années, le Centre de congrès et la Cité du vitrail permettront à l’Aube de porter le tourisme d’affaires et le tourisme culturel. Qu’il s’agisse des hôteliers, des restaurateurs, des caves de champagne ou du commerce, tous ont à y gagner. Pour l’heure, ces grands chantiers – ainsi que d’autres plus courants, dans les collèges, sur les routes – donnent du travail aux entreprises locales. En 2011, 15 % des marchés publics passés par le Conseil général concernaient des travaux ; 90 % d’entre eux ont été attribués à des entreprises auboises de toute taille du bâtiment et des travaux publics (BTP). Indirectement, le Conseil général contribue encore à l’activité du BTP, au travers des subventions d’équipement qu’il accorde aux communes pour construire ou rénover les écoles, les salles polyvalentes, les gymnases ou encore pour restaurer les églises. Réussir la mutation économique de l’Aube, ce n’est pas seulement bétonner. C’est aussi façonner une image, créer du lien, renforcer le sentiment d’appartenance, la fierté des Aubois, afin que chacun s’associe à l’élan général et prenne des initiatives pour accroître l’attractivité du département. C’est le sens de la campagne de communication reconduite par le Comité départemental du tourisme (lire pp. 24 et 28), des rendez-vous culturels annuels qui fédèrent en irriguant tout le territoire. Hier, la sculpture et les Templiers. Depuis cette année, le vitrail. Demain, autour de Napoléon, puis de Bernard de Clairvaux. Changer l’image de l’Aube, c’est aussi préserver l’environnement, en s’engageant dans un plan climat énergie, en révisant le plan départemental d’élimination des déchets. Ou en faisant en sorte que les actions de la collectivité appliquent les principes du développement durable. Marie-Pierre Moyot À l’entrée de Romilly-sur-Seine, le parc d’activités de l’Aérodrome s’agrandit de 37 hectares, avec l’aide financière du Conseil général. Le Conseil général au secours des pompiers En 2013, le Conseil général apporte un soutien financier important au service départemental d’incendie et de secours (Sdis) avec près de 9 millions d’euros. La contribution des communes et du Grand Troyes ne peut évoluer au-delà de la valeur de l’indice des prix à la consommation. Le Conseil général est donc seul à pouvoir équilibrer le budget du Sdis. Sa participation augmente ainsi de 25 % par rapport à 2012. Par ailleurs, le Conseil général modernise le Centre de traitement de l’alerte (CTA). Des locaux spécifiques sont en cours d’aménagement, tandis qu’un nouveau logiciel d’alerte est développé. Au printemps 2014, ce CTA de pointe permettra de mieux répondre aux demandes de secours. En 2012, les 3 500 sapeurs-pompiers de l’Aube ont réalisé 15 850 interventions (+ 5 % en un an), majoritairement pour du secours à personnes (67 %). Aurélie Danjou enseignement supérieur Ça pousse sur le campus de la Technopole À Troyes-Rosières, le Conseil général mène de front deux chantiers d’envergure. Du côté de l’Université de technologie (UTT), les fondations de la 2 e extension vont être coulées. Quant au bâtiment de l’école d’ingénieurs EPF, il est déjà hors d’eau et hors d’air. Il est prévu que les étudiants y effectuent leur rentrée dès septembre prochain. Au total, plus de 10 millions d’euros sont inscrits au budget 2013 pour faire avancer ces constructions. Robert Moleda Investissements COLLÈGES À Romilly, Paul-Langevin en travaux Le Conseil général avait retenu, à l’été 2010, le cabinet d’architectes Lenoir & associés. Place maintenant aux travaux du collège Paul-Langevin (Romilly-sur-Seine). C’est le dernier des collèges publics de l’Aube à bénéficier d’une rénovationextension (coût estimé : 16 millions d’euros). Ce printemps, le Conseil général procédera aux travaux préliminaires : désamiantage, démolition de certains bâtiments, installation de classes préfabriquées. Le gros œuvre démarrera après les vacances d’été. Les 400 jeunes Romillons qui fréquentent l’établissement devraient investir les nouveaux locaux fin 2016. Robert Moleda 12 L’Aube nouvelle • n° 83 • printemps 2013
Les chiffres clés du budget 2013 David Lory Aube 202 ME Autres départements 477 ME Un endettement très faible Dans l’Aube, le stock de la dette est de 202 €/habitant, contre 477 €/habitant, en moyenne, dans les autres départements. (Données au 1 er janvier 2012). Dépenses dans tous les domaines, le Conseil général améliore le quotidien des Aubois. Les trois premiers postes du budget sont : l’action sociale avec 184 M€ * (détail ci-dessous), l’éducation (51,4 M€, transport scolaire compris), puis le secteur des routes, de l’aménagement et de l’environnement (42,8 M€). Le chapitre Services généraux intègre les crédits relatifs aux projets d’extension de l’Hôtel du département et de Centre de congrès. Divers 2,4 % Action sociale 49,9 % Dette 2,6 % Culture Jeunesse Sport 3,4 % Éducation 14,2 % Développement économique Tourisme 3,5 % Services généraux 11,9 % Routes Aménagement Environnement 12,1 % Enfance 43,7 ME Personnes handicapées 34,5 ME Personnes âgées 41,7 ME Insertion (RSA) 47,4 ME Action sociale la moitié du budget du Conseil général est consacrée aux actions médico-sociales. Celles-ci s’exercent au bénéfice de tous, notamment envers les plus fragiles : enfants, personnes âgées, personnes handicapées, parents isolés, personnes sans emploi ou aux revenus d’activité limités. taxe foncière 0 % Pour la troisième année consécutive, le Conseil général n’augmente pas le taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties. autofinancement 29,2 ME C’est la part des recettes de fonctionnement que le Conseil général devrait attribuer à l’investissement, autofinançant ainsi, à hauteur de 40 %, les équipements qu’il construit. investissement 88,5 ME Hors annuité d’emprunt, le Conseil général emploie un quart de son budget à l’investissement ; 13 M€ sont reversés à des tiers : État, communes, organismes publics. Fonctionnement c’est l’augmentation des dépenses d’action sociale qui engendre une hausse des dépenses de fonctionnement de + 6 % par rapport à 2012. SOCIAL : 4 POSTES À LA HAUSSE + 14,4 % + 12,2 % + 2,4 % + 4,7 % autres dépenses de fonctionnement, à la baisse - 3,4 % RSA Frais de séjour et d’hébergement Dépendance des personnes âgées (APA) Compensation du handicap (PCH) Charges à caractère général (énergie, fournitures…), subventions, frais financiers, etc. Me : million d’euros. L’Aube nouvelle • n° 83 • printemps 2013 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :