[10] l'Aube nouvelle n°110 déc 19/jan-fév 2020
[10] l'Aube nouvelle n°110 déc 19/jan-fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°110 de déc 19/jan-fév 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aube

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : stratégie 2100, agir pour l'eau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
l’objet Le Département a l’œil sur les enfants DES BILANS DE SANTÉ Réalisés par la PMI, dans le cadre de la loi, ces dépistages précoces concernent tous les enfants âgés de 4 ans, scolarisés en maternelle (moyenne section). Les parents sont préalablement informés (affiche, dépliant). Le bilan est réalisé à l’école, par un médecin et une puéricultrice. UN SUIVI MÉDICAL Jusqu’à ses 6 ans, l’enfant peut être suivi dans l’un des 24 points de PMI du Département, pour surveiller sa croissance, son développement ou pour effectuer les vaccinations. UN SOUTIEN À LA PARENTALITÉ Difficultés, questions, conseils…  : les équipes de la PMI (avec 11 médecins et 27 infirmières-puéricultrices) sont à l’écoute des parents, dans les 8 centres médico-sociaux du Département. DES GUIDES POUR S’INFORMER Le Département édite des guides pratiques gratuits sur le développement des 0-6 ans et sur l’éveil sportif. ↗ L’ensemble de ces services sont intégralement financés par le Département. ↗ Département. Pôle des Solidarités PMI. Cité administrative des Vassaules, à Troyes. Tél.  : 03 25 42 48 51. pmi@aube.fr www.aube.fr (rubriques « Santé/social » et « Guides pratiques »). QUELS TESTS ? Le bilan de santé en maternelle cible l’audition, la vue et le langage. Après un passage sur la balance et sous la toise (poids, taille, corpulence), l’état buccodentaire est vérifié, ainsi que les vaccinations figurant dans le carnet de santé. On demande aussi aux enfants de reproduire des formes sur une feuille de papier et de faire un dessin. Ces tests servent à dépister un déficit sensoriel ou un trouble de la motricité ou du développement. 22 Le test d’acuité visuelle 1 À L’ISSUE DU BILAN Les résultats sont inscrits dans le carnet de santé, avec les orientations préconisées et les vaccins requis pour satisfaire au calendrier vaccinal. Les informations sont ainsi partagées avec le médecin traitant et le médecin de l’Éducation nationale, en vue du bilan médical d’entrée au CP. Un entretien peut éventuellement être proposé aux parents, qui peuvent aussi contacter l’équipe de PMI, à tout moment. Ce livre d’images permet de dépister les troubles de la vue chez les enfants qui ne maîtrisent pas encore l’alphabet. C’est l’un des outils utilisés par l’équipe de Protection maternelle et infantile (PMI) du Département pour réaliser le « bilan de santé en maternelle ». 1:1 AGIR EN AMONT Dépister tôt permet de prendre en charge et de corriger des troubles pouvant rapidement devenir irréversibles, telle l’amblyopie (différence d’acuité visuelle entre les deux yeux). Ce repérage est alors pleinement utile s’il est suivi d’une consultation spécialisée et d’un traitement adapté. La détection précoce d’un trouble permet aussi de prévenir des difficultés scolaires. 1-3 4).3 UNE PRISE EN CHARGE ADAPTÉE Sur 2 900 jeunes Aubois vus en maternelle en 2017-2018, 21% ont été orientés vers un spécialiste  : 8% en ophtalmologie, 6% en ORL et 6% en orthophonie. D’autres enfants ont été dirigés vers le dentiste, le médecin traitant, le pédiatre, un centre d’action médico-sociale précoce (Camsp), un centre médico-psychologique (CMP) ou vers un centre médico-psychopédagogique (CMPP). S. Bordier
D. Guy D. Guy paroles d’élus - Le Département de l’Aube veut favoriser le covoiturage L’Aube nouvelle/hiver 2019-2020/n°110 Élus d’un canton, ils agissent au service du Département. Expression libre des conseillers départementaux. Alain Balland ↗ Conseiller départemental du canton de Saint-André-les-Vergers, vice-président de la commission permanente, président de la commission Infrastructures, bâtiments, assistance technique aux communes Véronique Saublet Saint-Mars ↗ Conseillère départementale du canton de Saint-André-les-Vergers, membre de la commission permanente, membre de la commission Action sociale, santé et solidarité Le covoiturage est une pratique qui permet de diminuer significativement le nombre de voitures circulant sur les routes. La première conséquence est la diminution de la pollution et de l’émission de gaz à effet de serre. Le covoiturage permet également de diminuer la consommation d’énergie non renouvelable comme le pétrole. C’est donc un geste pour l’écologie. Grâce à la diminution du nombre de voitures circulant au même moment, les embouteillages et ralentissements aux heures de pointe sont nettement réduits. Les problèmes de stationnement sont également améliorés en ville, un nombre moins important de véhicules ayant besoin d’un parking. Si on ajoute à cela, pour l’automobiliste, l’intérêt économique (partage des frais avec les passagers, moindre utilisation du véhicule s’il est lui-même passager) et, éventuellement, l’aspect plus convivial du trajet (en compagnie, plutôt que seul), le covoiturage est une action bénéfique pour tous, collectivités territoriales comme administrés. Le Département de l’Aube a donc décidé d’encourager son développement en créant les infrastructures nécessaires sur son territoire. Dans cet esprit, une première action concerne la création d’aires de covoiturage à proximité des accès autoroutiers. Les sociétés autoroutières APRR et SANEF se sont engagées, dans le cadre du plan national d’investissement autoroutier, à financer, sur leurs domaines, un total de près de 2 000 places de stationnement. Le Département souhaite bénéficier de ce plan pour doter chacun des accès présents sur notre territoire d’une aire dont l’utilité est avérée. Huit sites ont été identifiés. Le Département s’est porté volontaire pour assurer la maîtrise d’ouvrage de la construction de ces aires. À cette fin, un dossier de prévalidation a été transmis aux sociétés concessionnaires. Deux projets (Torvilliers et Saint-Thibault) font déjà l’objet de conventions afin de pouvoir mener les investigations nécessaires à la réalisation des aménagements. Par cette initiative, le Département de l’Aube confirme sa volonté d’agir dans deux directions essentielles  : protection de l’environnement et satisfaction des administrés. Nous vous souhaitons une belle année 2020, et vous assurons de notre disponibilité à votre service. D. Guy D. Guy Modifications, simplifications, assouplissements des règles… Afin de rendre le meilleur service aux communes, intercommunalités et, plus généralement, aux Aubois eux-mêmes, l’assemblée départementale a modifié, simplifié et assoupli de nombreuses règles d’attribution de ses aides financières et logistiques. Quelques exemples  : - la règle de calcul des dotations de fonctionnement des 25 collèges publics de l’Aube a été remaniée afin de répondre à un « besoin de simplification, d’amélioration, de meilleure compréhension de la méthode de calcul » émis par plusieurs équipes de direction. Fruit d’une concertation entre le Département et les collèges, cette modification entend « préserver l’autonomie confiée aux établissements tout en respectant leur équilibre financier » ; - l’aide à l’apprentissage de la natation des élèves de 6 e a également été améliorée face à un constat de semi-échec et à la demande de principaux de collèges. Le Département a décidé d’élargir sa prise en charge financière de 7 à 10 séances (transport compris), à compter du 1er septembre 2019. Davantage de collégiens bénéficieront ainsi de l’attestation scolaire « Savoir nager » ; - le renforcement du contrat territoire-lecture avec des bibliothèques volontaires favorisera l’intégration d’un volet « Lecture publique » dans les projets de territoire de type PETR*, en cours de définition ; - l’assouplissement de la règle sur les planchers de dépenses permet de mieux prendre en compte la réalité des projets et la capacité des collectivités. Quelle que soit leur taille, celles-ci peuvent entreprendre plus aisément, désormais, la réhabilitation de leurs équipements scolaires, sportifs, culturels, et de leur patrimoine historique ; - le Département vient de créer un nouveau service à disposition des collectivités  : la mission Conseil en conduite d’opérations (CCO), chargée d’accompagner les territoires en amont de leurs opérations d’investissement (bâti et aménagements divers, sportifs, éducatifs, touristiques…). Ces exemples, parmi bien d’autres, démontrent la volonté constante du Département d’accompagner, soutenir et aider les collectivités sur l’ensemble du territoire aubois, quelle que soit leur taille et quelles que soient la diversité et la spécificité des projets qu’elles portent. * PETR  : pôle d’équilibre territorial et rural. Gérard Ancelin ↗ Conseiller départemental du canton de Nogent-sur-Seine, vice-président de la commission permanente, président de la commission Économie, enseignement supérieur, tourisme et valorisation culturelle Bernadette Garnier ↗ Conseillère départementale du canton de Nogent-sur-Seine, membre de la commission permanente, membre de la commission Action sociale, santé et solidarité 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :