[10] l'Aube nouvelle n°107 mar/avr/mai 2019
[10] l'Aube nouvelle n°107 mar/avr/mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°107 de mar/avr/mai 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aube

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : pour aujourd'hui et pour demain !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Charte Bonnes pratiques Cette charte de restauration scolaire est le fruit d’un travail collectif entre les collèges (chefs d’établissement, gestionnaires, personnels de cuisine), les services du Département et de l’Éducation nationale, la Chambre d’agriculture, le Parc naturel régional de la forêt d’Orient, des producteurs locaux et le Syndicat départemental d’élimination des déchets. 22 12 tonnes d’aliments jetés en moyenne, pour un établissement servant 500 convives, 180 jours par an. Ce gaspillage alimentaire représente un coût de l’ordre de 20 000 euros. Moins jeter permet d’économiser pour acheter localement de meilleurs produits, avec un impact moindre sur l’environnement. Source  : Ademe 5 ENGAGEMENTS La charte apporte aux collèges des recommandations et des solutions concrètes – comme un Guide de l’acheteur « local ». Le contenu s’articule autour de cinq orientations essentielles. PROXIMITÉ ET QUALITÉ Pour des produits sains, frais, à la traçabilité garantie. Pour diminuer l’empreinte écologique (réduction du transport…). Pour rapprocher producteurs et consommateurs. Pour soutenir l’économie locale, les produits du terroir. DES REPAS SAINS ET ÉQUILIBRÉS Moins de conserves, de sel et de sauces. Des menus plus variés avec, à chaque repas, au le saviez-vous ? Bien manger à la cantine  : les collèges s’engagent moins un plat, une garniture, un produit laitier ainsi qu’une entrée et/ou un dessert. Une exigence permanente en matière d’hygiène. DES CONVIVES HEUREUX Faire du repas un moment de détente (limiter l’attente, avoir un temps suffisant pour manger, veiller au confort du réfectoire). Donner envie, par une présentation appétissante. Favoriser les échanges entre l’équipe de cuisine et les élèves. ↗ Charte de la restauration scolaire dans les collèges publics de l’Aube. Feuilletez/téléchargez sur www.aube.fr (Éducation/Collèges). En lien étroit avec l’Éducation nationale, le Département a établi une charte de restauration scolaire à destination des collèges publics. Objectif  : faire du repas un moment agréable, éduquer au goût, à la santé, ainsi qu’à la réduction du gaspillage et, donc, des déchets. DE BONNES HABITUDES Éveiller au goût  : saveurs d’ici et d’ailleurs. Faire participer les élèves à l’élaboration des menus, (enjeux et contraintes, prévention de l’obésité). LA CHASSE AU GASPI Sensibiliser les élèves aux conduites écoresponsables, par des actions pédagogiques et ludiques. Servir de plus petites portions, à condition de proposer du « rab ». 25 collèges Une restauration intégrée Chaque année, 2 millions d’euros de denrées alimentaires sont transformées dans les services de restauration collective des 25 collèges publics de l’Aube, pour produire plus de 1 million de repas. 7 collégiens aubois sur 10 déjeunent à la cantine. Collège de Brienne-le-Château. Getty Images S. Bordier
D. Guy paroles d’élus Le Département mise aussi sur la culture Depuis une vingtaine d’années, le Département développe la culture pour le plus grand bonheur des Aubois  : - l’Orchestre symphonique est un énorme succès ; - les grandes expositions annuelles attirent des milliers de visiteurs ; - la Cité du vitrail, actuellement en rénovation à l’Hôtel-Dieu-le-Comte, sera un fleuron européen de l’art verrier ; - le projet « sport et culture », élaboré en vue des prochains JO, créera des synergies inconcevables jusqu’alors. Une dynamique est en route dans tout le département pour mettre en valeur le patrimoine  : architectural (églises de village, commanderie, etc.) ; artistique (Claudel, Renoir, Sainterie de Vendeuvre, etc.), historique (musée Napoléon, musée de la Résistance, etc.). Quand il n’est pas maître d’ouvrage, le Conseil départemental aide les collectivités et les associations à développer leurs projets. Cette politique culturelle est profitable à tous les Aubois, pour leur épanouissement personnel, mais aussi parce qu’elle a une incidence sur l’économie (donc l’emploi) en attirant de plus en plus de touristes qui, tout au long de l’année, consomment sur notre territoire. L’Aube nouvelle/Printemps 2019/n°107 Élus d’un canton, ils agissent au service du Département. Expression libre des conseillers départementaux. Danièle Boeglin ↗ Conseillère départementale du canton de Saint-Lyé, vice‐présidente de la commission permanente, présidente de la commission Finances, personnel départemental et sécurité civile Catherine Brégeaut ↗ Conseillère départementale du canton de Troyes 4, membre de la commission permanente, secrétaire de la commission Économie, enseignement supérieur, tourisme et valorisation culturelle L’Europe s’engage dans l’Aube aux côtés du Département L’Aube bénéficie de la politique européenne à travers divers fonds européens. De 2016 à 2018, le Département a ainsi géré une enveloppe du Fonds social européen (FSE) de 2,20 M € * en faveur de l’insertion professionnelle. L’Union européenne a contribué à de grands investissements tels que l’UTT, la Technopole, le Parc logistique, le parc d’activités de Torvilliers, le canal de la Haute-Seine et la Maison des lacs. Chaque opération a reçu plus de 1 M € du Fonds européen de développement régional (FEDER). Depuis 2008, 9,60 M € de FEDER ont été versés pour des aménagements et investissements dont l’auditorium, les vélovoies et l’aménagement numérique de l’Aube. Enfin, il faut savoir que, lorsque le Conseil départemental accorde son soutien financier aux projets éligibles au Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER), sa subvention permet d’obtenir une aide de l’Union européenne, quatre fois plus importante. Partenaire incontournable de l’initiative locale, le Département ajuste sa politique aux besoins du territoire… et l’Europe y contribue. * M €   : million d’euros. D. Guy Marc Bret ↗ Conseiller départemental du canton de Troyes 4, membre de la commission permanente, membre de la commission Finances, personnel départemental et sécurité civile, adjoint au maire de Troyes Des bourses d’études pour les jeunes Aubois En 2018, le Département a aidé 190 jeunes Aubois à poursuivre des études supérieures en versant une bourse à leurs familles. Depuis cinq ans, le nombre de jeunes soutenus est en baisse constante (- 56%). Derrière ce constat alarmant, deux enjeux extrêmement importants  : 1. Un enjeu social  : favoriser l’égalité des chances des enfants dont les parents ont du mal à finir le mois. Ils sont nombreux dans notre département où les salaires sont inférieurs de 20% à la moyenne nationale ; 2. Un enjeu économique  : la formation des jeunes Aubois n’est rien d’autre qu’un investissement prioritaire pour l’avenir de notre territoire dans l’économie de la connaissance. Lors de l’examen du budget 2019, j’ai demandé l’ouverture d’une concertation avec les établissements d’enseignement supérieur, les fédérations de parents d’élèves et les associations d’étudiants pour  : - comprendre les raisons de la baisse du nombre de demandes ; - définir des critères d’éligibilité mieux adaptés aux besoins ; - s’assurer que la communication arrive bien aux familles. À votre service, en direct, au  : 06 10 44 49 32. Agnès Mignot ↗ Conseillère départementale du canton de Romilly-sur-Seine, membre de la commission permanente, membre de la commission Infrastructures, bâtiments, assistance technique aux communes Le Département participe à l’amélioration de votre quotidien Voici trois ans que les électeurs du canton de Romilly-sur-Seine nous ont élus, Jérôme Bonnefoi et moi. Un travail d’équipe s’est alors engagé. Jérôme Bonnefoi est au plus proche de Romilly-sur-Seine et, moi-même, des autres communes plus rurales. À l’écoute des maires, nous les aidons à trouver des financements et à mener à bien leurs projets – en collaboration étroite avec Madame la sous-préfète Catherine Lam Tan Hing-Labussière et le conseiller régional Jacques Beaujean. Merci à tous pour le climat de confiance et de bienveillance dans lequel les dossiers de notre canton sont portés. Le plan d’actions du Conseil départemental s’adresse à tous. Je m’attarderai sur le nouveau Conseil technique aux communes. Maire d’une petite commune, je mesure à quel point cette assistance sera essentielle en 2020 pour les nouveaux maires et conseillers municipaux. Pour les aider à agir dès la première année de mandat, nous leur ferons connaître et renforcerons l’offre d’ingénierie et de conseil sur le territoire. La simplification des aides du Département ne fera que faciliter leur tâche. 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :