[10] l'Aube nouvelle n°106 déc 18/jan-fév 2019
[10] l'Aube nouvelle n°106 déc 18/jan-fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°106 de déc 18/jan-fév 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aube

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : bien vieillir c'est possible !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
D. Guy Michelle Lhuillier, nouvelle conseillère départementale Canton d’Aix-en-Othe Le 10 septembre dernier, Michelle Lhuillier est devenue, aux côtés de Didier Leprince, conseillère départementale du canton d’Aix-en-Othe, en remplacement de Pauline Steiner, prématurément décédée. Maire de Chessy-les-Prés et vice-présidente de la communauté de communes du Chaourçois et du val d’Armance, la nouvelle élue a intégré la commission Économie, enseignement supérieur, tourisme et valorisation culturelle. ↗ Tél.  : 03 25 70 52 87. michelle.lhuillier@aube.fr 06 CORDÉES DE LA RÉUSSITE Donner aux collégiens le goût d’étudier Si des Cordées de la réussite existent dans toute la France, celles de l’Université de technologie de Troyes (UTT) sont uniques. « Le but est de favoriser l’accès des jeunes à l’enseignement supérieur, quel que soit leur milieu social », explique Thomas Maurer, le coordinateur. Quand beaucoup d’établissements se contentent de présenter leurs cursus ou organisent des sorties culturelles, l’UTT fait plancher les collégiens, une journée par mois. Les étudiants volontaires pour ce parrainage font participer 120 élèves de 3 e (Albert-Camus l’aubeenmouvement Lucie Tanneau De jeunes protégés bien prometteurs Remise de diplômes Ils étaient 100 jeunes confiés à l’Aide sociale à l'enfance, diplômés en 2017-2018, à recevoir, fin octobre, les félicitations des conseillers départementaux, en même temps qu’un bon-cadeau. Âgés de 14 à 21 ans, ils ont obtenu, qui le brevet, qui le bac et même, pour certains, une certification dans l’enseignement supérieur. Par cette Cérémonie de la réussite – une première –, les élus souhaitent encourager ces jeunes, dont ils ont la charge, à poursuivre des études, si importantes pour leur avenir. Pour l’occasion, les jeunes étaient accompagnés de leurs parents, amis, d'un éducateur ou de leur famille d’accueil. Département de l’Aube et Pierre-Brossolette à La Chapelle‐Saint-Luc, Marie-Curie et Pithou à Troyes) à des projets comptant dans leur parcours d’évaluation  : imprimer une main en 3D, créer une pièce de théâtre, fabriquer un drone, etc. « Ils réalisent qu’ils peuvent mener des projets complexes, utiliser des compétences insoupçonnées. Ça leur donne confiance en eux », se félicite le professeur. Ces Cordées de la réussite, en immersion auprès d’étudiants-ingénieurs, peuvent surtout les inciter à poursuivre des études, et les motiver à travailler pour décrocher le bac adapté à leur projet d’orientation. Une propriété cédée aux chasseurs Géraudot Le Département a cédé une ancienne ferme, au lieu-dit Clos du château à Géraudot, à la fédération départementale des chasseurs de l’Aube. Sur ce site de neuf hectares, idéalement situé sur l’itinéraire de la vélovoie des Lacs, l’association indique vouloir développer des activités en lien avec la nature  : sensibilisation des plus jeunes à l’écologie, parcours de découverte, animations, etc.
FILIÈRE BOIS Le peuplier redresse la tête Bois déroulés de Champagne, déjà installée, est en phase de rodage. Et maintenant, il y a Garnica qui a annoncé sa venue dans l’Aube, avec la promesse de créer 300 emplois à terme. Ces deux entreprises familiales – française pour la première, espagnole pour la seconde – signent de manière spectaculaire la renaissance, ou plus exactement le regain d’intérêt pour la populiculture (culture du peuplier), qui reste une activité vivace dans les vallées auboises. Implanté dans une partie des locaux de l’ancienne usine de reliure de la Sirc à Marigny-le-Châtel, Bois déroulés de Champagne a pour cœur de métier le déroulage de peuplier, autrement dit sa transformation en feuilles destinées à fabriquer des panneaux de contreplaqué (photo) sur d’autres sites du groupe. En vitesse de croisière, 20 à 25 employés (une douzaine actuellement) traiteront 75 000 m 3 de grumes par an, prélevées dans un rayon de 150 km autour de l’usine, pour un investissement de 8 millions d’euros. Groupe de dimension internationale, Garnica vient avec des ambitions encore plus grandes, forte d’un investissement dix fois supérieur (80 millions d’euros, L’Aube nouvelle/hiver 2018-2019/n°106 dont 40 millions au démarrage) et d’un personnel décuplé (300 emplois en 2025, une petite centaine pour commencer). Car, si Garnica se limitera, dans un premier temps, à dérouler du peuplier dans l’usine qu’elle doit édifier sur le Parc du Grand Troyes, elle prévoit, à terme, d’y fabriquer du contreplaqué. Un marché en constante progression, raison qui a poussé Garnica à ouvrir une seconde unité de production en France. Le choix de l’Aube, département situé au cœur du gisement de peupliers, bien desservi par les autoroutes et disposant d’une main-d’œuvre réputée, répond à la stratégie de développement de la société espagnole, qui ne cesse elle-même de s’étendre. La mise en service de l’usine troyenne est prévue en 2020. Elle travaillera jusqu’à 350 000 m 3 de bois par an (l’équivalent de 35 000 ha de forêt), ce qui pourrait déboucher sur la création de 500 à 600 emplois indirects en milieu rural  : entreprises de travaux forestiers, pépiniéristes, exploitants forestiers… Une politique de replantation du peuplier devra nécessairement accompagner la montée en puissance des deux nouveaux industriels aubois. F. Marais S. Bordier LE DÉPARTEMENT EN ACTIONS Faciliter l’accueil des petits handicapés Petite enfance Suite à une première expérimentation réussie, le Département, la Caisse d’allocations familiales (CAF) et la Mutualité sociale agricole (MSA) ont renouvelé, en septembre dernier, le poste de coordinateur de la petite enfance et du handicap pour une période de 18 mois. Ce poste à mi-temps est occupé par deux professionnelles de l’Institut Chanteloup (Sainte-Savine). Ces personnes aident notamment les familles à trouver un mode d’accueil adapté et, au sein des structures d’accueil, accompagnent les équipes dans l’organisation de l’arrivée d’un enfant. Des aires à l’étude Covoiturage C’est l’un des engagements du plan d’actions (lire p.3). Le Département réalise actuellement une étude de faisabilité pour la création d’aires de covoiturage, aux abords des échangeurs des autoroutes. Le besoin est manifeste à Saint-Thibault, à Thennelières et à Torvilliers (photo) sur l’A5 ainsi qu’à Charmont-sous-Barbuise sur l’A26. APRR et Sanef, concessionnaires des réseaux, aideront les communes et groupements de communes à réaliser ces aires sur leur territoire. 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :