[08] Les Ardennes en marche n°44 sep/oct/nov 2016
[08] Les Ardennes en marche n°44 sep/oct/nov 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°44 de sep/oct/nov 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Ardennes

  • Format : (215 x 300) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 82,5 Mo

  • Dans ce numéro : les Ardennes, tournés vers le développement durable.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
tournés vers le développement durable 12 Les collégiens d'Attigny préfèrent manger à la cantine, et pas seulement parce qu'il y a les copains et les copines ! Ici, le plateau fait envie, parce que les produits sont du coin, qu'ils sont sains, et goûteux ! Du coup, il y a moins de déchet. Le résultat aussi d'une démarche entamée l'an dernier dans cet établissement pour lutter contre le gaspillage alimentaire. LES ARDENNES EN MARCHE On épluche le sujet ? Une cantine au goût du jour I ci, on mange local. Ce n'est pas nous qui le disons, c'est écrit noir sur blanc sur les murs de la cantine du collège d'Attigny. Depuis 2013, en effet, l'établissement se fournit en produits locaux auprès de producteurs fermiers des Crêtes préardennaises. Un projet qui doit son origine à la volonté de la Communauté de communes des Crêtes de soutenir et développer les circuits courts. « Elle nous a proposé d'expérimenter ce nouveau mode d'approvisionnement et de nous accompagner dans cette démarche. Et le fait est que le personnel de cuisine, comme la direction, étaient très intéressés par cette idée de servir des produits de proximité et ainsi de faire marcher l'économie locale, témoigne Fabrice Gondouin, le gestionnaire du collège. Concrètement, nous avons signé une charte avec les Crêtes  : d'un côté, ils nous attribuent une subvention destinée à compenser les éventuels surcoûts liés aux achats de produits locaux (participation de 150/0 pour les produits issus de l'agriculture conventionnelle, et de 300/0 si c'est du bio), de l'autre, on s'engage, nous, à se fournir le plus possible localement et à mettre en oeuvre des projets pédagogiques sur l'alimentation responsable. » En premier, en 2013, ce sont des pommes, des cerises, des patates et des steaks, produits dans le coin donc (notamment à Suzanne, pour les pommes), qui se
sont invités dans les plateaux du self. Aujourd'hui, en plus de ces livraisons, le collège propose des fraises, qui poussent à 7 km, et des yaourts fermiers bio, pour lesquels il n'y a, bizarrement, jamais de rab... (lire encadré) « Les gosses font la différence, bien sûr ! », affirme Christophe Billette, le responsable de cuisine. Et il sait de quoi il parle  : ça fait dix-huit ans qu'il fait à manger pour les collégiens, à Attigny. « Quand on leur fait des vrais steaks, de chez Duant (le GAEC des Blondes, à Givron), ils se régalent. C'est vrai qu'ils ont un autre goût que les steaks hachés surgelés. Et c'est du beurre ! Question qualité, on est franchement au-dessus. C'est comme le boudin blanc  : on essaie maintenant de le prendre chez Demoizet, à Rethel, parce qu'il est vraiment meilleur et qu'on a moins de déchet. » Acheter à son voisin Et que c'est mieux pour la planète, a-t-on envie d'ajouter. Moins de transport, c'est moins de pollution. « Et ça permet de réduire les coûts aussi, ce qui n'est pas neutre dans la mesure où ces produits locaux sont souvent un peu plus chers à l'achat, souligne Fabrice Gondouin. Après, il faut savoir ce qu'on veut. Nous, nous sommes convaincus que la démarche qui consiste à acheter à son voisin est la bonne. Pour des occasions particulières, après les conseils d'administration par exemple, on se tourne vers la cidrerie de Lalobbe ; le pain de la cantine, vient des deux boulangers d'Attigny ; on est aussi en contact avec une entreprise de réinsertion de la commune qui pourrait nous fournir prochainement en salades, en carottes et en tomates. Comme quoi, déjà, c'est possible, d'intégrer des produits locaux. Ce n'est pas toujours simple, à cause notamment de la disponibilité des produits (c'est sûr que quand on suit les saisons, à partir de février on ne peut plus avoir de pommes Lutte anti-gaspi  : mention Bien ! Le collège d'Attigny est l'un des 10 établissements de Champagne- Ardenne qui ont été retenus pour expérimenter la lutte contre le gaspillage alimentaire. Tout au long de l'année scolaire 2015-2016, des campagnes de pesées des poubelles et des enquêtes de satisfaction ont été réalisées auprès des convives du restaurant scolaire avec l'aide d'un bureau d'experts, chargé d'éplucher les résultats et de définir des actions. Une dizaine ont été mises en oeuvre, parmi lesquelles  : servir le pain en fin de ligne, et non en début. « Ça paraît anodin, mais ça ne l'est pas du tout, assure Véronique Braconnier, la principale du collège d'Attigny jusque juillet 2016. Quand il est à l'entrée de la chaîne, la plupart des élèves en prennent 2 ou 3 morceaux, au cas où la suite ne leur plairait pas. Maintenant qu'il est à la fin, le gaspillage a nettement diminué. » Moins 27% entre novembre et juin ! Le gâchimètre, également, a permis d'obtenir de très bons résultats sur le gaspillage du pain. C'est un gros bac transparent (notre photo), dans lequel les jeunes doivent euxmêmes jeter leur pain en quittant le réfectoire. « C'est un outil qui interpelle parce qu'ils voient la quantite de pain qui part a la poubelle, a constate Veromque Braconnier. Et il y a des niveaux, qui leur parlent  : 10 € =1 plein de scooter ; 20 € =1 forfait mobile ; 30 € = 1 place de concert. La preuve c'est qu'entre janvier et mars, on est passé de 12,5 kg de pain jeté par semaine à 2 kg. Il y a d'ailleurs le projet d'en fabriquer un en interne pour que l'action se poursuive sur le long terme. » de terre par exemple, parce que notre maraîcher de Wagnon n'en a plus). Mais c'est possible. Si chacun, à son niveau, participait à cette démarche, l'économie se porterait sans doute mieux. Prenez l'exemple des yaourts bio  : ces gens- là veulent développer leur production. Peut-être que notre collaboration leur ouvrira d'autres portes, qui sait ? » Nous, ce qu'on sait, c'est qu'ils n'en attendent pas moins ! n disent quoi ? Nathalie Barbançon, productrice de laitages bio à Suzanne (adhérente au réseau des Marchés des Producteurs de Pays du 08)  : « On a livré la cantine déjà 2 fois avec nos yaourts, la première c'était le 13 juin dernier. On en avait profité pour faire une petite animation autour de l'agriculture biologique, montrer aux enfants ce qu'est un produit bio. Certains nous reconnaissent ; nos propres enfants sont scolarisés dans cet établissement (dont un en Lle en pleine croissance et qui se régale, d'ailleurs, à la cantine !) , ça permet de faire le lien. Bien sûr qu'on souhaite que cette collaboration continue, d'autant que c'est un projet qu'on avait déjà depuis quelque temps. On se développe actuellement  : on veut étendre notre activité et renforcer notre présence localement, on a d'ailleurs développé notre laboratoire cette année et on a embauché, dans ce sens. Alors fournir la cantine en yaourts, c'est un super moyen pour nous de nous faire connaître ! En plus, honnêtement, il y a plein d'avantages  : Suzanne, c'est à 6 km d'Attigny, côté bilan carbone, je pense qu'on est au mini ! Le poste qu'on a créé, c'est de l'activité locale, et en matière de réactivité, c'est facile aussi. Même si je suis prévenue 1 semaine avant d'une commande, je peux y répondre, sans souci. Et ce sont des bons produits, je vous assure ! Sains, goûteux, et locaux. C'est vraiment très intéressant, cette collaboration. Pour tous. » LES ARDENNES EN MARCHE I 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 1[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 2-3[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 4-5[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 6-7[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 8-9[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 10-11[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 12-13[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 14-15[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 16-17[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 18-19[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 20-21[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 22-23[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 24-25[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 26-27[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 28-29[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 30-31[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 32-33[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 34-35[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 36-37[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 38-39[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 40-41[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 42-43[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 44-45[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 46-47[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 48-49[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 50-51[08] Les Ardennes en marche numéro 44 sep/oct/nov 2016 Page 52