[07] Reliefs n°89 sep/oct 2018
[07] Reliefs n°89 sep/oct 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°89 de sep/oct 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ardèche

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : l'Ardèche en transition.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
ET CONCRÈTEMENT ? Télémédecine Des entreprises innovantes "L’Ardèche, territoire-pilote régional de la télémédecine", c’est l’annonce officielle qu’Agnès Buzin, ministre des Solidarités et de la Santé, a faite au président du Département – Laurent Ughetto – le 8 juin dernier dans un courrier. Car, que ce soit avec le projet Telda (téléradiologie Drôme Ardèche), le projet e-SIS et les téléconsultations "mémoire" à l’hôpital de Moze à Saint-Agrève, la télémédecine est bel et bien déjà une réalité ancrée en Ardèche et qui s’appuie sur le réseau de fibre optique ADN. Telda vise à suppléer le déficit de radiologue dans le secteur privadois. Les mammographies sont réalisées à Privas mais leur interprétation est faite à Tournon grâce à une transmission via le haut débit. Le radiologue de Privas peut ainsi guider le manipulateur à distance sur les images réalisées, permettant d’améliorer la qualité du diagnostic. Telda trouve une belle complémentarité avec le projet e-SIS qui permet à plusieurs sites pilotes en Ardèche d’améliorer la performance du dépistage du cancer du sein, en déployant des outils d’information partagée, de transmission et d’archivage numérique. À Saint-Agrève, depuis 2004, la neurologue Bénédicte Defontaines a mis en place une consultation "mémoire" dont une partie s’effectue en visio-conférence avec Paris et Lyon. L’objectif est d’améliorer le diagnostic et la prise en charge des troubles cognitifs tels que la maladie d’Alzheimer (voir Reliefs 76). Optimisation des coûts, diminution des délais de traitement, mais aussi économie en carbone et en fatigue pour les patients  : la télémédecine positionne l’Ardèche comme un territoire attractif pour toutes les populations, y compris les plus fragiles. Centrale photovoltaïque réalisée par la CNR sur l'ancien terril minier de Largentière Matisse Moirenc P 20 N°89 SEPTEMBRE-OCTOBRE 2018 GRAND ANGLE La transition écologique, économique et sociale… en Ardèche, les entreprises s’en sont déjà emparées ! Nombreux sont les chefs d’entreprise à avoir répondu présents lors de la rencontre organisée par le Département avec le secteur économique au printemps dernier. L’occasion pour eux de se rencontrer et d’échanger. « Et on peut le dire  : les chefs d’entreprises ont déjà un coup d’avance sur le sujet, beaucoup ont mis des choses en place dans leur société. Ils se sentent concernés » explique Dominique Chervet, directeur du pôle Développement territorial du SDEA (Ardèche aménagement), partenaire de l’opération. À Lagorce, chez Melvita, un plan de déplacements mis en place depuis plusieurs années permet aux salariés de bénéficier d’un service de ramassage en car pour se rendre au travail tandis qu’une incitation au covoiturage est développée dans le même temps. À Lavilledieu, la société Porcher Environnement imagine actuellement un projet d’économie circulaire intitulé Fibrec qui vise à valoriser les papiers de bureau, sur la base de l’apport volontaire. Objectif  : collecter, trier et recycler des papiers de bureau autour d’enjeux écologiques, caritatifs et économiques. De son côté, la CNR (Compagnie nationale du Rhône) se développe dans le photovoltaïque disposant en 2018 de 20 centrales photovoltaïques, d’une puissance totale installée de 73 MWc et réfléchit à l’agri-voltaïque pour la protection des vergers et des cultures. Des initiatives diverses et variées qui montrent qu’avec les entreprises ardéchoises, l’Ardèche de demain se dessine.
LE CONTRAT DE TRANSITION ÉCOLOGIQUE 3 mois de négociation, 3 ans d’engagements, 30 ans de dynamique. Le contrat de transition écologique est normalement destiné à l’échelon intercommunal. Le Département de l’Ardèche associé aux intercommunalités partenaires devrait être, dans les prochains mois, l’un des rares départements français signataires avec l’État d’un contrat de transition écologique (CTE), concrétisant ainsi à l’échelle locale les engagements internationaux pris par notre pays lors de la COP21. Conçu par le gouvernement comme un accélérateur des stratégies de développement durable initiées par les collectivités locales, le CTE fonde son caractère innovant sur une nouvelle approche des relations entre l’État et les acteurs de terrain, en s’appuyant essentiellement sur deux leviers  : la contractualisation avec toutes les parties prenantes qui le souhaitent, pour enclencher une dynamique collective et l’implication coordonnée des services de l’État, garante d’une bienveillance administrative, pour faciliter la vie des projets. ADT07 Matthieu Dupont PAROLE D’ÉLU Laurent Ughetto Président du Conseil départemental Pourquoi engager le département dans la démarche des contrats de transition écologique ? Les contrats de transition écologique, initiés par le Ministère de la transition écologique et solidaire, visent à associer sur un même territoire l’État, les collectivités territoriales, ainsi que les entreprises, chambres consulaires, partenaires sociaux et associations, autour de projet durables et concrets. Mais c’est surtout dans l’association entre volontés politiques des acteurs publics et enjeux économiques des entreprises, chambres consulaires et partenaires sociaux que se situent l’innovation et l’avancée majeure du projet. Forte des compétences et savoir-faire de ses habitants, l’Ardèche a toujours su faire des contraintes des opportunités. Le Département, connu pour son action volontariste, est engagé depuis longtemps dans cette démarche de co-construction et porte des projets qui font figure de pionniers  : fibre numérique, légumerie, télémedecine… Qu’en attendez-vous ? Cette nouvelle manière d’agir doit permettre de démontrer que les mutations nécessaires peuvent devenir sources d’opportunités, d’emplois et d’activités durables pour un territoire. Le Conseil départemental de l’Ardèche a souhaité rejoindre ce dispositif, à l’instar de son homologue corrézien, et faire valoir ses atouts et ses initiatives novatrices. C’est finalement en novembre prochain, lors de la Conférence des territoires, que le fruit de ce travail préparatoire sera restitué sous la forme de fiches-actions qui constitueront la base du contrat de transition écologique, dont la signature avec l’État devrait intervenir en début d’année. Ce sera ma feuille de route pour les trois ans à venir. On va pouvoir accompagner massivement les projets et être acteur des choix stratégiques de l’Ardèche. SEPTEMBRE-OCTOBRE 2018 N°89 P21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :