[07] Reliefs n°51 mar/avr/mai 2012
[07] Reliefs n°51 mar/avr/mai 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°51 de mar/avr/mai 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ardèche

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 12 Mo

  • Dans ce numéro : le club Sport Ardèche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
mobilité Transports collectifs Un réseau ardèche drôme Billettique commune (la carte OùRA), gares routières partagées, centrale de mobilité à venir… les passerelles entre l'Ardèche et la Drôme en matière de transports collectifs sont déjà largement effectives. Un pas de plus vient d'être franchi par la création d'une société publique locale (SPL) de transports associant les deux départements, ainsi que Valence Romans Déplacements et la Région Rhône-Alpes. Un "pack d'actionnaires" à l'image des réseaux de transport urbain et interurbain : interconnectés ! Concrètement qu'est ce que cela change pour l'utilisateur ? Rien… L'objectif reste le même : offrir aux usagers des services sûrs, de qualité et à un coût raisonnable. Le changement s'inscrit dans une logique d'économie d'échelle. Disposer sur le territoire bidépartemental d'un opérateur public de transports pouvant intervenir pour plusieurs collectivités, ce qui –en l'absence de la création d'une SPL– ne serait 26 - - n°51 - printemps 2012 plus possible d'ici quelques années. La régie drômoise (Régie Voyage Drôme) va donc se transformer en société publique locale, permettant aux collectivités de s’associer et d’exploiter des services publics de transports en commun. Le Conseil général de l'Ardèche a retenu cette solution pour réguler les situations de monopole qui conduisent mécaniquement à la hausse des coûts du service. Effective en mars 2012, la SPL se verra confier l'exploitation de trois lignes commerciales pour le compte du Conseil général de l'Ardèche. En bref, cette société publique locale dédiée au transport permettra aux quatre institutions de se concerter, de rendre encore plus pertinent le réseau des transports sur les deux départements et de répondre plus efficacement aux attentes des usagers. Plus d’infos : www.ardeche.fr/transports Guillaume Fulchiron « Au travail, j’y vais autrement ! » Pour la seconde année consécutive, les entreprises rhônalpines sont invitées à participer au Challenge Mobilité le 5 juin prochain. Cette animation a pour objectif de sensibiliser les dirigeants et les salariés aux modes alternatifs de déplacement. Les structures volontaires pourront s’inscrire à partir du 16 avril sur www.challengemobilite.rhonealpes.fr. Des remises de prix seront organisées courant juin à l’échelle locale et régionale. A terme la Région Rhône-Alpes et l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) veulent inciter les acteurs économiques et leurs salariés à mettre en place des actions pour promouvoir des déplacements domicile-travail différents. L’objectif est aussi d’inciter les entreprises à investir (réalisation de parking vélo, participation aux frais des transports collectifs des salariés) pour soutenir des modes alternatifs de transport. En Ardèche, l’agence de mobilité est le relais local de cette journée et travaille à sa promotion sur le département. En partenariat avec des acteurs publics et privés, chacun à son niveau diffusera de l’information dans ses réseaux, mobilisera les acteurs, pratiquera des tarifs spéciaux dans les transports collectifs le jour J. Plus d’infos : www.mobilite07.fr L’Ardèche et les transports de demain En juin prochain auront lieu les premières Assises de la mobilité –dans le prolongement des Assises des énergies (novembre 2011)– sur une initiative du Conseil général de l’Ardèche et de la Région Rhône-Alpes. L’objectif de cette journée –ouverte aux professionnels des transports et aux collectivités ardéchoises– est de faire émerger les grandes priorités transports pour l’Ardèche de demain. Compte-rendu des débats à retrouver fin juin sur www.ardeche.fr
Pépites Bottlair, la bouteille interactive Qui ne s’est jamais retrouvé devant un rayon de vin, à étudier en vain les étiquettes à la recherche d’informations plus parlantes que "accompagnera parfaitement vos viandes rouges et plats en sauce" ? Une société ardéchoise vient de mettre au point un produit, Bottlair, qui va changer cela. Un QR code sur la bouteille, un smartphone… et vous saurez tout du vin, du viticulteur, du domaine. Cela valait bien une Pépite ! Bottlair, c’est d’abord le fruit de plusieurs années d’expérience dans les domaines du vin, des producteurs, des distributeurs et des consommateurs. Les deux associés, Sylvie Fontaine et Armand De Lima, « tombés tous deux petits dans un fût », ont suivi le même parcours universitaire, avant de s'engager dans des carrières différentes, mais toujours marquées du sceau du vin. La bouteille comme vecteur de communication De cette expérience est née une réflexion sur les besoins des vignerons en matière de promotion de leurs produits. Armand De Lima explique : « Le budget des vignerons pour leur promotion est limité. En effet, la réalisation d’un site internet est très coûteuse, et bien souvent, les vignerons font l’impasse sur ces solutions. De plus, les quelques sites "vitrine" existants finissent dans la plupart des cas par être obsolètes et désertés par les visiteurs. Il fallait trouver une solution pour permettre aux vignerons de faire la promotion de leurs vins, au coût le plus bas. La solution était devant nos yeux depuis le début : la bouteille. Il fallait simplement trouver un moyen de relier un site mobile, accessible tout le temps et partout, à l’étiquette. Cette solution existe désormais : c’est le QR code ! » Un système tout à la fois simple et complexe Simple sur le principe, le concept n’en est pas moins complexe à mettre en œuvre, avec le double objectif de proposer aux vignerons un système simple de promotion sur l’internet classique et le web mobile et de permettre au consommateur d’accéder facilement à toutes les informations dont il a besoin pour faire son choix. Du côté du vigneron : il peut saisir en quelques clics sur une plate-forme Internet l’ensemble des informations qu’il souhaite communiquer et qui seront transférées en temps réel sur le QR code qu’il n’aura plus qu’à imprimer sur ses étiquettes. Du côté du consommateur : il bénéficie en "taguant" le QR code d’une masse d’informations relatives au viticulteur, au domaine, aux informations de base (degrés, millésime, cépage…), aux accords mets-vin suggérés, aux diverses récompenses et médailles reçues... Une Pépite évidente Technologie innovante, valorisation du territoire à travers sa production viticole, potentiel de développement… Ardèche développement ne pouvait pas passer à côté d’un tel projet, parfaitement dans l’esprit de l’appel à projets Pépites. Une aide qui a permis de booster le développement de l’activité : « La subvention Pépites nous a permis d’accélérer le lancement de notre plate-forme spécialisée, afin de mettre en relation les acheteurs mondiaux avec nos clients. » L’abus d’alcool est dangereux pour la santé A consommer avec modération initiatives Véronique Pop printemps 2012 - n°51 - - 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :