[07] Reliefs n°46 déc 10/jan-fév 2011
[07] Reliefs n°46 déc 10/jan-fév 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de déc 10/jan-fév 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ardèche

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 5,0 Mo

  • Dans ce numéro : transports collectifs... du « Sept » sur toute la ligne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
initiatives INNOVATION CONCEPT FRUITS REVISITE LA CHâTAIGNE Basée à Davézieux, la société Concept Fruits a reçu en octobre le prix de l’innovation au Salon international de l’agroalimentaire (SIAL) pour une nouvelle gamme de produits commercialisés sous l’appellation « Douceurs de Marrons ». Une récompense qui vient conforter les projets de développement que l’entreprise a mis et continue de mettre en place. Crème de marrons avec du miel d’Ardèche, du nougat de Montélimar, du Spéculoos ou de la cannelle et des épices, la gamme « Douceurs de Marrons » revisite la classique recette ardéchoise pour l’ancrer dans les tendances gustatives actuelles. Ce choix de recettes a valu à la société Concept Fruits une couverture médiatique forte : la chaîne de télévision TF1 lui a consacré un reportage dans son journal de 20 heures. « Cela permet d’être connu et reconnu comme une entreprise de qualité dans la transformation de marrons » se réjouit Jean-Louis Mermet, le directeur de l’entreprise. Spécialiste de la transformation de la châtaigne, Concept Fruits commercialise des marrons cuits, cuisinés, en crème, en purée… autant à destination de la grande distribution que vers le secteur de la restauration ou des entreprises d’agroalimentaire avec un objectif avoué par Jean-Louis Mermet : « Devenir un leader reconnu de la transformation de marrons ». une société en plein développement Créée par un collectif d’agriculteurs en 1975 sous le nom Ardèche Marrons, la société Concept Fruits a été rachetée en 2008 par le groupe Roger Descours, leader français et acteur européen majeur des fruits surgelés (lire ci-contre). 28 - - n°46 - hiver 2010-2011 De gauche à droite : Jean-Louis Mermet, Roger Descours, félicités par les grands chefs : Yves Dumont, Michel Grobon et Mario Vino. Depuis, la gamme a été étoffée et les investissements se succèdent pour accélérer la croissance de l’entreprise dont le chiffre d’affaires a doublé en deux ans. « Chaque année, la consommation de marrons frais baisse mais la demande en marrons prêts à l’emploi explose » commente Jean-Louis Mermet. Fortement impliquée dans la filière châtaigne bio et châtaigne AOC d’Ardèche, Concept Fruits prévoit la création d’une unité de production dédiée au décorticage des châtaignes et celle d’une unité de fabrication de purée, de coulis et de préparation de fruits. Au total, ces investissements pourraient atteindre les dix millions d’euros avec une centaine d'emplois à la clé. « En Ardèche, nous avons parmi les meilleures variétés de châtaigne du monde, affirme Jean-Louis Mermet. Notre but est de revaloriser la production et de redynamiser le secteur. » Avant la réalisation de ces deux projets, Concept Fruits a d’ores et déjà procédé à l’extension de sa chambre froide et à la mise en place d’une deuxième ligne de production. Le Conseil général a apporté son soutien financier à ces investissements qui se traduiront par des créations d’emplois. Plus d'infos : www.concept-fruits.com LE GROUPE ROGER DESCOURS LEADER FRANÇAIS DU FRUIT SURGELE Basé à Saint-Barthélémy-le-Meil, village proche du Cheylard, le groupe Roger Descours est un acteur d’envergure européen dans l’industrie du fruit. La commercialisation de fruits surgelés a débuté en 1977. Depuis, la société a diversifié son offre en proposant aussi des fruits transformés (morceaux, brisures, purée, coulis…) et des produits élaborés à base de fruits à destination des artisans, distributeurs, grandes surfaces et professionnels de l’agroalimentaire. Ses produits sont commercialisés sous différentes marques : Frutid’Or, Vivermont, Cueillette Descours, Concept Fruits….
« TOUCHEZ DU BOIS » DU BOIS LOCAL POUR DES MAISONS LOCALES En 2005, à 55 ans, ils ont décidé de créer l’entreprise « Touchez du Bois ». Le but : construire des maisons en bois, écologiques et en s’approvisionnant au maximum avec du bois local. Passionnés, Marie-Claire et Dominique Gallice sont convaincus de l’importance du respect de l’environnement dans la construction. Pourquoi aller chercher loin ce que l’on a sous la main ? Touchez du Bois a fait le choix de privilégier le bois ardéchois pour les matériaux de construction de ses maisons en bois. Issu de forêts ardéchoises, coupé par une scierie de Pont-de-Labeaume, le bois revient néanmoins plus cher que celui importé « mais c’est au final peu important par rapport au coût global d’une maison, explique Dominique Gallice, et le gain environnemental est important quand on enlève toute la pollution liée au transport ». Mais l’engagement de la société ne se limite pas à se servir localement. Spécialisée dans le gros œuvre (charpente, ossature, couverture, bardage), l’entreprise amène ses clients à réfléchir sur le choix des matériaux les plus écologiques, notamment en ce qui concerne l’isolation. L’Atelier Autruche Chapeaux à Aubenas, comme précédemment Ardelaine (Saint-Pierreville) et les Bijoux GL (Le Cheylard), bénéficie désormais du label Entreprise du Patrimoine Vivant. Cette marque du ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, distingue des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence. « C’est une reconnaissance de la qualité de notre travail », se réjouit Stéphanie Wesle, créatrice de la marque. Modiste (*) originaire d’Allemagne, elle s’est installée en 1999 à Aubenas pour ouvrir sa boutique atelier. Depuis plus de dix ans, l’Atelier Autruche propose des chapeaux haut et moyen de gamme entièrement réalisés à la main. « Il y a des compromis que l’on ne veut plus faire. On passe avant et après la pose de l’isolation et avec de la laine de roche ou de la laine de verre, on a pu mesurer combien c’était toxique en étant sur les chantiers » indique Dominique Gallice. Ils orientent donc leurs clients vers des isolants en fibre de bois ou de la cellulose, « des matériaux qui sont, de plus, extrêmement performants en été » précise le cogérant de l’entreprise. un matériau de plus en plus (re)connu En cinq ans, les maisons en bois se sont popularisées, même si leur nombre reste marginal par rapport à la construction béton habituelle. « Quand on a commencé, il fallait tout le temps expliquer les avantages du bois dans la construction. Maintenant, les gens connaissent, c’est un peu à la mode… c’est pas plus mal, ça va dans le bon sens ! », se réjouit Marie-Claire Gallice. L’activité étant en plein développement, Touchez du Bois avait besoin d’un nouvel atelier pour assurer son développement. Le Conseil général, à travers son fonds départemental d’aide à l’immobilier, a aidé financièrement l’entreprise à réaliser cette opération. ENTREPRISES DU PATRIMOINE VIVANT ATELIER AUTRUCHE CHAPEAUX DR DU BOIS DANS LES BâTIMENTS DU CONSEIL GéNéRAL Plusieurs bâtiments appartenant et/ou utilisés par le Conseil général font la part belle à des installations et des matériaux respectueux de l'environnement. Objectif affirmé : agir sur la consommation énergétique et utiliser des ressources locales. Ainsi, et par exemple, plusieurs équipements contribuent à faire du Foyer de l'enfance (achevé en 2007) un bâtiment « environnemental ». Au menu, une chaufferie bois qui utilise les ressources en bois locales, mais aussi l’énergie solaire pour la production d’eau chaude, un « puits provençal » pour la ventilation et des toitures végétalisées qui assurent un tampon par rapport aux pluies d'orages et offrent une isolation renforcée l'été. De la conception à la remise au client, tout est fait par l’atelier : création de prototypes à partir des dessins des clients, patronage, coupe, montage, moulage sur formes, piquage main, etc. Commercialisés au magasin atelier d’Aubenas, les chapeaux sont aussi mis en vente dans des magasins spécialisés, en France comme à l’étranger. Ces dernières années, si la vente à l’export a subi les effets de la crise, Stéphanie Wesle précise que « les ventes à la boutique d’Aubenas sont stables depuis deux ans ». Outre la reconnaissance de leurs savoir-faire à l’échelle nationale et internationale, les Entreprises du Patrimoine Vivant bénéficient d’une majoration des crédits d’impôts liés aux dépenses de créations de nouveaux produits. De quoi permettre à l’équipe de l’Atelier Autruche Chapeaux de poursuivre ses innovations. Plus d’infos : www.atelier-autruche-chapeaux.com (*) nom donné à ceux qui conçoivent des chapeaux hiver 2010-2011 - n°46 - - 29 DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :