[07] Reliefs n°46 déc 10/jan-fév 2011
[07] Reliefs n°46 déc 10/jan-fév 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de déc 10/jan-fév 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ardèche

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 5,0 Mo

  • Dans ce numéro : transports collectifs... du « Sept » sur toute la ligne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
zoom sur Coopération Un forage… au Sénégal En novembre, chaque année, l’Ardèche et l’Afrique se rencontrent. Ici, se décline la programmation haute en couleur et propositions du festival « Images et paroles d’Afrique » ; là-bas, les élus ardéchois et sénégalais dialoguent, débattent et définissent ensemble les grands axes des coopérations futures. Partenaire de la manifestation qui se déroule en Ardèche, maître d’ouvrage des programmes développés au Sénégal, le Conseil général inscrit les relations internationales dans ses politiques publiques. Décryptage de son action au Sénégal… « La coopération décentralisée, ce n’est pas de la charité, c’est au-delà de la solidarité, c’est de la coconstruction, du co-développement ! » Rappelé par Pascal Terrasse devant les élus du département de Matam, ce principe définit l’action du Conseil général de l’Ardèche au Sénégal. Une action établit au titre de la coopération décentralisée ; à savoir : une coopération de collectivité à collectivité, encadrée par la loi, et qui ne vise pas à se substituer aux acteurs du pays tiers, mais au contraire à en soutenir les politiques publiques et à renforcer les institutions locales dans leurs capacités à produire des services publics de base pour leurs populations. 14 - - n°46 - hiver 2010-2011 10 ans de coopération à Matam Engagé depuis plus de 10 ans au Sénégal, la coopération décentralisée conduite par le Conseil général de l’Ardèche n’est pas une politique qui grève les finances départementales. Avec moins de 15 centimes d’euros par habitant et par an dédiés à ces actions, cette coopération avec les collectivités locales du département de Matam n’impacte que peu le budget de la collectivité. Mais ce "peu" a des vertus multiplicatives ! Car, les 35 000 euros mis par la collectivité ardéchoise permettent de lever des fonds publics et privés (cf. encadré) et de multiplier la mise par quinze ! le château d’eau en construction qui permettra de stocker l’eau du forage et de desservir les bornes fontaines de 7 villages 3 novembre 2010 : au cœur de la brousse, dans le village de Mberlabélé, l’eau venue des profondeurs de la terre coule enfin ! Ceci a permis à une dizaine de collectivités locales matamoises d’augmenter leur taux de scolarisation (par la construction d’écoles), d’améliorer l’accès aux soins (par la construction de postes de santé et de maternité), d’améliorer l’accès à l’eau et les conditions d’exploitation agricole… Cependant, si la réalisation de ces projets contribue à satisfaire les besoins immédiats des populations, il se pose la question de la viabilité de ces projets qui est étroitement liée à la capacité des collectivités locales sénégalaises à reproduire à terme les mêmes services avec moins (ou sans) aide extérieure. Ardèche, Drôme, Rhône-Alpes : mêmes ambitions ! La démarche engagée par les Conseils généraux de l’Ardèche et de la Drôme et la Région Rhône-Alpes au titre du programme de coopération 2010-2012 cherche à répondre à cette problématique. Comment ? En portant ensemble un programme d’actions, avec des ambitions communes, pour renforcer la cohérence des interventions sur la région de Matam. Une volonté qui permet à chaque institution de travailler avec son partenaire de référence (l’Ardèche avec le Département de Matam, la Drôme avec celui de Kanel, la Région avec la Région de Matam) mais dans une logique d’ensemble qui intègre les réponses aux besoins urgents des populations, mais aussi la construction de stratégies à moyen et long terme visant à renforcer la capacité d’action des collectivités locales et leur autonomie. C’est ainsi que les deux Départements, s’appuyant sur leur opérateur commun (ADOS – Ardèche Drôme Ourossogui Sénégal) accompagnent, par exemple, une programme d’action et de formation visant à améliorer le faible taux
de recouvrement des taxes et impôts locaux. C’est sur cette thématique que Pascal Terrasse, représentant pour l’occasion l’Ardèche, la Drôme et la Région Rhône-Alpes est intervenu aux assises sénégalo-européennes de la coopération décentralisée qui se déroulaient à Dakar en novembre. De l’eau… une émotion vécue Réunions, rencontres, débats, la mission 2010 des élus ardéchois au Sénégal a été aussi l’occasion de lancer « officiellement » le programme hydraulique régional, commun aux Départements de l’Ardèche, de la Drôme et de la Région Rhône-Alpes. L’Ardèche intervient plus particulièrement auprès de la Communauté rurale des Agnams avec un projet qui à terme (2012) verra s’élever les châteaux d’eau permettant de stocker les ressources des trois forages qui vont être réalisés. Pour les élus ardéchois, comme pour leurs homologues sénégalais, la visite de la première réalisation a été un moment d’intense émotion. Malgré les 40° ambiant, Pascal Terrasse, Marc Bolomey, Éric Lespinasse et Denis Duchamp (par ailleurs président de l’ADOS) ont avoué avoir eu la « chair de poule » en voyant couler l’eau ici, dans le village de Mberlabélé, au cœur de la brousse. Pompée à plus de deux cents mètres sous terre, l’eau circulera bientôt dans un réseau desservant des bornes-fontaines dans plusieurs villages. L’eau est là et comme le disait une jeune femme en montrant ses mains aux élus : « bientôt je n’aurai plus à tirer l’eau du puits, je n’aurai plus de cals aux mains… Merci ! » Le programme hydraulique régional Il est porté par les Départements de l’Ardèche et de la Drôme et la Région Rhône-Alpes. Son coût s’établit à hauteur de 2,9 M € sur trois ans. La part du programme en co-maîtrise d’ouvrage Conseil général de l’Ardèche représente 1,5 M € Elle est financée par (montants 2010) : Le Conseil général de l’Ardèche : 40 000 € La Région Rhône-Alpes : 75 000 € L’Etat : 133 000 € L’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse : 323 000 € La Communauté rurale des Agnam » : 46 000 € Ce programme permettra à terme l’accès à l’eau pour un bassin de population de 25 000 habitants Plus d’info sur la mission 2010 sur www.ardeche.fr Elections cantonales les 20 et 27 mars 2011 pensez à voter ! Pensez à aller voter ! Les prochaines élections cantonales qui désignent les conseillers généraux se déroulent les 20 et 27 mars prochains. En Ardèche, 16 cantons sur 33 sont concernés. Pour mémoire, la durée du mandat d'un conseiller général est de 6 ans (*) ; les conseils généraux étant renouvelés par moitié tous les trois ans. Rappelons qu’avec des élus de terrain, proches des habitants et possédant une réelle connaissance des dossiers et des territoires, le Conseil général est une collectivité importante pour un département rural comme l’Ardèche. Ses compétences –solidarités, routes, collèges…– en font un maillon essentiel pour l’aménagement des territoires et les services à la population. LOZERE N O E S ST ETIENNE DE LUGDARÈS GARD HAUTE-LOIRE MONTPEZAT SOUS BAUZON VALGORGE LES VANS JOYEUSE ST MARTIN DE VALAMAS Les dernières élections cantonales ont eu lieu les 9 et 16 mars 2008. Ces élections ont lieu, depuis 1998, le même jour que des élections municipales ou régionales. Mais ce ne sera pas le cas en 2011. Alors pensez-y, notez-le et effectuez votre devoir de citoyen ! (*) 3 ans pour les conseillers généraux élus en mars 2011 les cantons renouvelables Annonay-Nord/Annonay-Sud/Antraigues/Joyeuse/Lamastre/La Voulte-sur-Rhône/Le Cheylard/Les Vans/Montpezat-sous-Bauzon/Privas/Saint- Etienne-de-Lugdarès/Saint-Félicien/Saint-Martinde-Valamas/Saint-Pierreville/Valgorge/Viviers LE CHEYLARD ANTRAIGUES LOIRE ST PIERREVILLE ANNONAY SUD LAMASTRE PRIVAS ANNONAY NORD ST FÉLICIEN VIVIERS LA VOULTE- SUR-RHÔNE DROME VAUCLUSE ISERE hiver 2010-2011 - n°46 - - 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :