[04] Alpes de Haute-Provence n°88 février 2011
[04] Alpes de Haute-Provence n°88 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°88 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général des Alpes de Haute-Provence

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 11,2 Mo

  • Dans ce numéro : ados... le département s'engage.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Conseil général des Alpes de Haute-Provence 13, rue du Docteur Romieu BP 216 04003 Digne-les-Bains CEDEX Tél. 04 92 30 04 00 Mèl : contact@cg04.fr Retrouvez les anciens numéros du magazine Inscrivez-vous à la lettre d’information sur www.cg04.fr Directeur de la publication : Jean-Louis Bianco Responsable des publications : Xavier Delcroix - x.delcroix@cg04.fr Chargé de la publication : Philippe Maillard Photographies : Frédéric Exubis Textes : Philippe Maillard p.maillard@cg04.fr. Les textes des groupes politiques sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs. Conception et réalisation : Autrement dit Communication Sisteron - 04 92 33 15 33 Impression : Imprimerie Imaye Graphic label Imprim’vert. Distribution : La Poste Dépôt légal à parution Crédit photos : Frédéric Exubis, sauf 1 re de couverture - Épictura ; P 4 - Épictura ; P 6 - ADSEA ; P 9 - illustrations Bernard Nicolas, SATESE, ZIM ZAM ; P 11 - Épictura ; P 15 - APARE ; 4 e de couverture - conception Philippe Texeire. ISSN : 1297-7055 Tirage : 67 500 ex Magazine imprimé sur un papier 100% recyclé post-consommateur. Ne pas jeter sur la voie publique. Expression libre Majorité départementale La télévision pour tous Le 24 mai 2011, pour Entrevaux et Annot, et le 5 juillet 2011 pour le reste du département, l’État va arrêter la diffusion de la télévision analogique par voie hertzienne au bénéfice exclusif du numérique (qualité d’image, grand nombre de chaînes). Le passage au numérique signifie l’arrêt de la diffusion des chaînes historiques reçues par l’antenne râteau et son remplacement définitif par la TNT (nécessité de s’équiper d’un décodeur) ou un autre mode de diffusion numérique (satellite, câble, ADSL ou fibre optique). Dans les Alpes de Haute-Provence, 98% des habitants reçoivent actuellement la télévision grâce à une antenne râteau et selon le CSA, lors de ce passage près de 1 200 foyers en résidence principale (plus des résidences secondaires) vont être privés de télévision s’ils n’ont pas de parabole. En effet, le gouvernement a choisi de réduire le nombre de relais de diffusion et a prévu de suppléer le défaut de couverture : par une aide aux particuliers de 250 € pour l’installation d’une parabole ou par une aide aux collectivités territoriales qui voudraient installer un relais, de 100 € par foyer en résidence principale (charge à elles d’assurer la maintenance). Conséquences : Les particuliers ou les collectivités devront pallier l’insuffisance des moyens techniques mis en œuvre par l’État et il y aura une multiplication des paraboles dans les lieux les plus touristiques. Nous demandons que l’accès à la TNT soit garanti pour au moins 98% de la population du département (taux actuel) et que les mesures techniques individuelles ou collectives nécessaires pour atteindre ce taux soient mises en œuvre et financées par l’État. Marcel CLÉMENT, Raymond BRESSAND Indépendants La chrysalide ne sort pas forcément sans douleur de son cocon Du temps de la Rome antique existaient les Augures. Personne n’y croyait, même pas eux-mêmes, qui, paraît-il, ne pouvaient pas s’empêcher de rire lorsque leurs regards se croisaient. Mais tout le monde les consultait. Ainsi va le monde depuis toujours, mais en ce début d’année, nous, nous ne voudrions pas être des oiseaux de mauvais augure, ni de trop bon non plus. Nous voudrions simplement vous délivrer un message d’espoir pour l’avenir de notre département, nos chères Basses-Alpes. Oui nous souhaitons par exemple un désenclavement routier digne de ce nom. Digne les Bains, notre ville chef-lieu, mérite autre chose que des gémissements. Elle doit - et elle le peut - redevenir un passage obligatoire. Le Préfet de Région, ce qui n’est pas rien tout de même, l’a dit le plus clairement possible avant d’aller rejoindre son nouveau poste à Paris. Il faut que nous le prenions aux mots, tous ensemble. En 1981 la première phase de la Décentralisation a apporté de profonds bouleversements. Aujourd’hui nous vivons la 3e, 4 e (on ne sait plus trop) étape. La vie continuera (ainsi va le monde, depuis toujours), malgré tous les oiseaux de mauvais augure… Nous formons un vœu : soyons des Bas-Alpins solidaires et réalistes, constructifs. Ensemble nous aurons tout à gagner. Avec des querelles tout à perdre. Pensons au papillon et n’oublions pas qu’il vient de loin avant de pouvoir batifoler dans ce ciel si bleu que l’on nous envie. Élie AGUILLON, Jean BALLESTER, Claude BREMOND, José ESCANEZ Gilbert LAURENT, Jean-Marie GIBELIN, Serge SARDELLA
Édito Enfance, famille, le Département en première ligne Contrairement à ce qu’on imagine, notre département est « jeune ». Les moins de 19 ans représentent près d’un quart de la population des Alpes de Haute-Provence. Depuis 2004 le Département est le chef de file de l’action sociale, ce qui nous donne une grande responsabilité envers les enfants et les familles qui ont des difficultés relationnelles et éducatives. Depuis 2009, le Schéma départemental en faveur de l’enfance et de la famille, prévu pour cinq ans, est mis en œuvre, en collaboration avec les services de l’État et tous les acteurs publics et privés concernés, pour faire évoluer la protection, la prévention, les actions éducatives et les modes d’accueil. Parmi les orientations de ce plan, la protection et l’éducation en direction des mineurs sont deux domaines où les avancées sont manifestes. Pour la protection, la cellule de recueil, de traitement et d’évaluation des situations de danger ou de risques de danger pour l’enfant et l’adolescent (la CRIP), placée sous la responsabilité du Conseil général, centralise et traite toutes les informations préoccupantes concernant les mineurs. En ce qui concerne l’éducation, nous finançons des dispositifs qui s’adressent à tous les jeunes (comme les services de prévention spécialisée) et d’autres qui permettent de soutenir les mineurs en difficulté : ce sont, soit des aides légères à domicile (intervention d’un travailleur social quelques heures par mois), soit un placement (auprès d’une assistante familiale, dans un lieu de vie ou un établissement spécialisé). Afin d’éviter le plus possible le recours au placement nous avons créé un service expérimental intermédiaire, une action éducative renforcée à domicile : le SAASED (Service d’Accueil, d’Accompagnement, de Soutien Éducatif à Domicile). Dans tous les cas, notre priorité c’est d’essayer de maintenir l’enfant chez lui et de rétablir les liens avec ses parents. Jean-Louis Bianco, président du Conseil général Sommaire n°88/février 2011 P.4-5 l’actu en images sélection d’ouvrages/Télex P.6-7 Prévention, éducation en faveur des adolescents P.8-9 agenda 21, des projets très avancés P.10-11 les collégiens lancent trois appels P.12-13 le laboratoire vétérinaire départemental fait peau neuve P.14-15 Musées départementaux, c’est la rentrée ! page 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :