[04] Alpes de Haute-Provence n°84 octobre 2010
[04] Alpes de Haute-Provence n°84 octobre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°84 de octobre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général des Alpes de Haute-Provence

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : la bientraitance, une priorité !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Conseil général des Alpes de Haute-Provence 13, rue du Docteur Romieu BP 216 04003 DIGNE-LES-BAINS CEDEX Tél. 04 92 30 04 00 Mèl : contact@cg04.fr page 2 Retrouvez les anciens numéros du magazine Inscrivez-vous à la lettre d’information sur www.cg04.fr Directeur de la publication : Jean-Louis Bianco Responsable des publications : Xavier Delcroix - x.delcroix@cg04.fr Chargé de la publication : Philippe Maillard Photographies : Frédéric Exubis Textes : Philippe Maillard p.maillard@cg04.fr. Les textes des groupes politiques sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs. Conception et réalisation : Autrement dit Communication Sisteron - 04 92 33 15 33 Impression : Imprimerie Imaye Graphic label Imprim’vert. Distribution : La Poste Dépôt légal à parution Crédit photos : Frédéric Exubis, sauf couverture - Epictura ; P 4 - Laurent Montel ; P 6-7 - Epictura, agence KALEID, Mric ; P 9 - médiathèque ; P 10 - Cellule brûlages dirigés ; P 12 - Géraldine Fohr ; P 13 - Epictura ; P 14 - Archives, Thérèse Dissert ; P 15 - Service sports CG ; 4 e de couverture - Géraldine Fohr ISSN : 1297-7055 Tirage : 67 500 ex Magazine imprimé sur un papier 100% recyclé post-consommateur. Ne pas jeter sur la voie publique. Expression libre Majorité départementale Le département condamné à la privation de services publics Le détricotage des services publics de l’État continue inexorablement. Dans notre département, après plusieurs fermetures (bureaux de poste, tribunal et régiment de Barcelonnette…), l’État a entamé cette année, par la mise en place à la hussarde d’une nouvelle organisation de ses services, une réduction considérable de ses directions et de ses effectifs. Cet été c’est la ministre de la justice qui annonçait brutalement, sans concertation, la fermeture définitive de la maison d’arrêt de Digne-les-Bains pour la remplacer par un nouvel établissement à… Valence ! Il ne s’agit pas de refuser l’idée de la fermeture des prisons vétustes (ce qui n’est pas le cas de celle de Digne-les-Bains), mais encore une fois il semble que le but premier soit de réduire les dépenses : les petites prisons coûtent trop cher. La preuve, on ferme la prison d’une petite ville (la seule du département !) pour en reconstruire une grande à trois heures de route. Les conséquences vont être lourdes, pour le personnel pénitentiaire, pour les familles des détenus, sans parler des conséquences économiques. On supprime des prisons à taille humaine, pour créer des structures impersonnelles de 700 détenus à l’ambiance délétère, ce qui favorise la récidive. Et il semble que la punition soit encore plus sévère pour la ville préfecture puisqu’on apprend que le projet de nouveau commissariat est abandonné. Que le gouvernement arrête donc de nous faire croire qu’il lutte contre l’insécurité. Où va s’arrêter ce désengagement continu depuis plusieurs années qui nuit à la qualité de vie des habitants de notre département rural. Marcel CLÉMENT, Raymond BRESSAND Indépendants C’est la rentrée. Les valises sans poignée ne mènent nulle part. Le Maire de Digne annonce qu’il ne soutiendrait pas Jean-Louis Bianco, le président du Conseil général aux prochaines élections primaires du parti socialiste, lequel aurait – à juste titre – répondu que cela lui faisait « ni chaud, ni froid ». À juste titre parce que le problème n’est pas là, vraiment pas là pour les Bas-Alpins ! L’ancien maire de Gap manifeste et regroupe autour de lui le ban et l’arrière-ban en faveur d’une autoroute A51 vers Grenoble qu’ils ont tous contribué à faire capoter à cause d’un acharnement sans fin à vouloir plus long, plus cher et techniquement plus difficile à construire. Avec la liaison Peyruis-Digne, elle aussi repoussée aux calendes grecques, l’impasse est bel et bien là, et elle sera terriblement douloureuse pour les générations futures. Pendant ce temps, du côté de Digne on déboise l’ancienne voie ferrée avant une hypothétique réactivation à plus d’un million d’euros rien que pour les études ! Croisons les doigts pour que cette géniale et généreuse idée ne fasse pas basculer définitivement le site industriel historique d’ARKEMA vers sa fermeture. Il y a des valises sans poignée qui ne mènent nulle part. Et pourtant le désenclavement de notre département se poursuit… mais après Digne vers Nice et vers les stations du Val d’Allos : prochainement le tunnel de Chabrières, les créneaux de Gévaudan en cours, après ceux de Moriez et ensuite la déviation de Barrême ! Plus que jamais nous devons nous demander pourquoi rien entre Peyruis et Digne et nous mobiliser pour une vraie valise avec poignée. Élie AGUILLON, Jean BALLESTER, Claude BREMOND, José ESCANEZ Gilbert LAURENT, Jean-Marie GIBELIN, Serge SARDELLA
Édito Toujours pas de désenclavement en vue Après des années d’ambiguïté, le gouvernement a confirmé cet été, dans le schéma national des transports, l’abandon de l’autoroute A 51 Grenoble-Sisteron. C’est un projet dont on parle depuis 25 ans ! J’avais, comme ministre de l’« Équipement », lancé dès 1992 les deux déclarations d’utilité publique pour le tronçon Sisteron-La Saulce et pour le tronçon Grenoble- Col du Fau. Le désenclavement de nos départements alpins est évidemment indispensable, qu’il se fasse par l’est ou par l’ouest de Gap, qu’il s’agisse d’une autoroute ou d’une amélioration des routes existantes. Et maintenant que va-t-on faire ? Qui va payer ? Même question pour l’antenne autoroutière entre Digne-les-Bains et Peyruis, l’A585, elle aussi officiellement abandonnée, comme on s’en doutait depuis des années. Il faut recommencer les études pour le fameux plan B : l’amélioration de la RN 85 entre Digne-les-Bains et Malijai. Mais combien de temps devrons-nous encore attendre ? Jean-Louis Bianco, président du Conseil général Sommaire n°84/octobre 2010 P.4-5 L’actu en images Sélection d’ouvrages/Télex P.8-9 Les bibliothèques en pleine mutation P.10 Pourquoi faire des brûlages dirigés ? P.11 Une convention avec EDF sur les économies d’énergie P.12 Le programme de la Fête de la Science P.13 C’est parti pour le RSA « jeunes » P.14-15 À voir et à savoir P.6-7 Un plan bientraitance pour les personnes âgées page 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :