[04] Alpes de Haute-Provence n°81 juin 2010
[04] Alpes de Haute-Provence n°81 juin 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°81 de juin 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général des Alpes de Haute-Provence

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : énergies nouvelles, un atout pour le département.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Conseil général des Alpes de Haute-Provence 13, rue du Docteur Romieu BP 216 04003 DIGNE-LES-BAINS CEDEX Tél. 04 92 30 04 00 Mèl : contact@cg04.fr page 2 Retrouvez les anciens numéros du magazine Inscrivez-vous à la lettre d’information sur www.cg04.fr Directeur de la publication : Jean-Louis Bianco Responsable des publications : Xavier Delcroix - x.delcroix@cg04.fr Chargé de la publication : Philippe Maillard Photographies : Frédéric Exubis Textes : Philippe Maillard Kathy Cantagrel p.maillard@cg04.fr. Les textes des groupes politiques sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs. Conception et réalisation : Autrement dit Communication Sisteron - 04 92 33 15 33 Impression : Imprimerie Didier Mary label Imprim’vert. Distribution : La Poste Dépôt légal à parution Crédit photos : Frédéric Exubis, P 4 - K. Cantagrel ; P 12 - illustrations D. Gravel ; P 13 -C. Gugliero, O. Charbuy ; 4 e de couverture - Céline Gugliero N°ISSN : 1297-7055 Tirage : 66 000 ex Magazine imprimé sur un papier 100% recyclé post-consommateur, récompensé par le « Prix Écoproduit pour le Développement Durable » du ministère de l’Environnement et du Développement Durable. Ne pas jeter sur la voie publique. Expression libre Majorité départementale Fausses solutions pour améliorer la situation financière des départements Alors qu’une trentaine de départements ont de grandes difficultés à équilibrer leur budget (ce qui n’est pas notre cas pour l’instant), une agence de notation internationale, la Cour des comptes et l’assemblée des Départements de France, concluaient récemment que la situation financière des départements était bien le résultat des déséquilibres structurels liés aux financements des compétences transférées par l’État ces dernières années. Dans le même temps, Pierre Jamet, Directeur général des services du Conseil général du Rhône remettait au Premier Ministre, à sa demande, un rapport sur ce sujet. Le rapport, s’il reconnaît la responsabilité de l’État dans la compensation financière tronquée des prestations sociales (Allocation Personnalisée d’Autonomie, Revenu de Solidarité Active, Prestation de Compensation du Handicap) transférées aux conseils généraux et la perte d’autonomie fiscale des départements consécutive à la réforme de la taxe professionnelle, ne fait aucune proposition concrète pour améliorer la situation. Pire, une maîtrise accrue des dépenses locales et une généralisation des « bonnes pratiques » sont les seules solutions avancées. Il ne dit pas comment l’État pourrait compenser les 3,8 milliards d’euros dus aux départements pour financer ce qui relève de la solidarité nationale. Il ne s’interroge pas sur les solutions à mettre en œuvre pour augmenter nos recettes. Il nous paraît indispensable que l’État remplisse de toute urgence son rôle en compensant intégralement l’ensemble des transferts de charges relevant de la solidarité nationale et qu’il leur trouve des financements durables. Pour les Alpes de Haute-Provence il s’agit d’une facture de plus de 65 millions d’euros ! Marcel CLÉMENT, Raymond BRESSAND Indépendants L’espoir et le tracassin Nous avions déjà eu l’occasion d’exprimer notre désaccord à propos de la réforme des collectivités territoriales en cours de discussion au Parlement parce qu’elle prévoyait la suppression de ce que l’on appelle en jargon administratif la clause de compétence générale, c’est-à-dire la possibilité pour les départements (mais aussi les régions) d’intervenir dans des domaines aussi essentiels que la culture, le sport, l’environnement. Nous conjuguons à l’imparfait puisqu’il semble bien que des exceptions à la loi soient désormais bel et bien envisagées dans ces domaines qui font la vie quotidienne de nos familles, l’intérêt aussi pour nos visiteurs touristes, et pourquoi pas, notre fierté, sans oublier bien entendu les retombées économiques qui vont avec, plus qu’essentielles à notre département. Quinson, Salagon, Saint-Michel-l’Observatoire, la Réserve Géologique, l’abbaye de Valsaintes, le musée archéologique, Pierre Martel de Vachères en sont les exemples phares, mais il y en a a eu bien d’autres, plus modestes, mais tout aussi essentiels, répartis aux quatre coins des Alpes de Haute-Provence. Ces deux dernières décennies notre département, bien plus que d’autres, a fait des efforts considérables. Dans le seul domaine de la Culture les sommes qui sont mobilisées sont très importantes. Cela touche l’animation, la création dans des domaines aussi divers que la musique, les arts graphiques, le théâtre, la danse, les festivals, le cinéma, le patrimoine… le cirque, les équipements de bibliothèques, musées, salles de spectacle, de conférences, d’expositions, les monuments, le petit patrimoine vernaculaire y compris religieux, etc. Autant dire que cette évolution qui semble se dessiner nous satisfait. Le Général de Gaulle disait souvent que l’Espoir finit toujours par l’emporter sur le tracassin. Ce serait là une nouvelle et bien rassurante illustration de ses paroles. Élie AGUILLON, Jean BALLESTER, Claude BREMOND, José ESCANEZ Gilbert LAURENT, Jean-Marie GIBELIN, Serge SARDELLA
Édito Jean Gagnepain, le directeur du musée de Préhistoire des gorges du Verdon, vient de nous quitter Jean Gagnepain vient de nous quitter brutalement. C’est pour nous un choc énorme et une tristesse immense. Je pense tout particulièrement à son épouse, ses enfants et ses parents auxquels j’adresse mes affectueuses condoléances. Jean, c’est le musée de Préhistoire. Personne ne peut incarner mieux que lui ce lieu de culture, de science et d’échanges. Chargé depuis 1991 de la récupération et de la conservation des collections archéologiques qui devaient former le fonds du musée, il avait conçu le contenu scientifique d’une grande partie du parcours muséographique. Nommé directeur, il n’a eu de cesse de l’enrichir et de l’ouvrir au bénéfice des très nombreux visiteurs et des chercheurs. En quelques années il a su donner à ce musée magnifique une dimension européenne. Docteur du Muséum national d’Histoire naturelle, grand vulgarisateur, il pouvait s’adresser à tous les types de publics. Sa passion le menait régulièrement sur le terrain pour effectuer des fouilles aux quatre coins du monde, mais aussi à créer des expositions remarquables et des animations qui mettaient les théories scientifiques à la portée de tous. Au-delà de ses compétences de chercheur et de scientifique reconnu, c’était avant tout une personne généreuse, chaleureuse, curieuse du monde. Je garderai ce souvenir d’une personnalité très attachante et hors du commun. Jean-Louis Bianco, président du Conseil général Sommaire n°81/juin 2010 P.4-5 L’actu en images Sélection d’ouvrages/Télex P.12 Un guide à l’usage des jardiniers amateurs P.8-9 Un an de RSA : premier bilan P.10-11 Embarquement pour l’Australie P.13 Le programme de la fête départementale de la musique P.14 Économies et efficacité grâce à l’aménagement numérique P.15 À voir et à savoir P.6-7 Le département source d’énergies renouvelables page 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :