[04] Alpes de Haute-Provence n°80 mai 2010
[04] Alpes de Haute-Provence n°80 mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°80 de mai 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général des Alpes de Haute-Provence

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : partageons la route.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Conseil général des Alpes de Haute-Provence 13, rue du Docteur Romieu BP 216 04003 DIGNE-LES-BAINS CEDEX Tél. 04 92 30 04 00 Mèl : contact@cg04.fr page 2 Retrouvez les anciens numéros du magazine Inscrivez-vous à la lettre d’information sur www.cg04.fr Directeur de la publication : Jean-Louis Bianco Responsable des publications : Xavier Delcroix - x.delcroix@cg04.fr Chargé de la publication : Philippe Maillard Photographies : Frédéric Exubis Textes : Philippe Maillard Kathy Cantagrel, XD p.maillard@cg04.fr. Les textes des groupes politiques sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs. Conception et réalisation : Autrement dit Communication Sisteron - 04 92 33 15 33 Impression : Imprimerie Didier Mary label Imprim’vert. Distribution : La Poste Dépôt légal à parution Crédit photos : Frédéric Exubis, sauf couverture -C. Rebiffé, P 6-7 -C. Rebiffé, illustration Laurent Lai ; P 8-9 - Epictura ; P 10-11 - ADT/E. Olive, J-C. Barbier ; P 13 - OT Pra Loup VTT ; P15 - F. X Emery, J. et B. Villeminot, A. et D. Vialou-Gallimard 4e de couverture - Céline Gugliero N°ISSN : 1297-7055 Tirage : 66 000 ex Magazine imprimé sur un papier 100% recyclé post-consommateur, récompensé par le « Prix Écoproduit pour le Développement Durable » du ministère de l’Environnement et du Développement Durable. Ne pas jeter sur la voie publique. Expression libre Majorité départementale L’enseignement doit être une priorité Alors que l’enseignement public subit déjà une très forte pénurie de moyens en professeurs que ce soit à l’école élémentaire, au collège ou encore au lycée, les annonces de suppressions massives de postes par le ministre de l’Éducation nationale vont se traduire par des fermetures de classes pour chaque niveau dans notre département avec une dégradation des conditions de travail qui vont avoir pour effet d’accentuer l’échec scolaire. Les représentants des parents d’élèves, des enseignants, des élus, ont fait ressortir toutes ces difficultés lors des deux derniers conseils départementaux de l’Éducation nationale qui se sont tenus en préfecture pour la Dotation Globale d’Horaire (DGH) et pour les ouvertures et fermetures de postes dans l’enseignement public (école maternelle et élémentaire). Le travail de répartition des moyens par l’Inspecteur d’académie n’est pas en cause car ce dernier ne peut répartir que les moyens qu’on lui a attribués. La DGH pour la rentrée 2010 dans les collèges est en diminution de 174 heures, soit presque 10 postes de professeur, pour 52 élèves de plus. La conséquence, c’est que l’on aura des classes à plus de 30 élèves au collège, ce qui n’est pas acceptable. Pour l’école maternelle et élémentaire, le recteur a donné 2 postes supplémentaires mais on a 272 enfants de plus. Cela se traduit par 15 fermetures de classes pour 9 ouvertures avec un ratio professeur/élève qui augmente alors que pour assurer une rentrée correcte en primaire, il faudrait créer au moins 12 postes. Face à cette pénurie de moyens, lors des deux conseils départementaux, il y a eu unanimité des représentants des parents d’élèves, des enseignants et des élus pour repousser les propositions de l’Inspecteur d’académie. Mais cette opposition unanime reste inaudible pour ceux qui ont en charge la mise en place des dotations en moyens et le devoir d’assurer à tous les enfants de la République un enseignement de qualité. Tous ceux pour qui l’enseignement doit être une priorité se désespèrent. Marcel CLÉMENT, Raymond BRESSAND Indépendants Le Calme plat après la tempête Les récentes élections régionales viennent de s’achever dans la quasi-indifférence. À quels Saints se vouer aujourd’hui ? De quelles lunettes magiques s’affubler pour y voir plus clair, du moins pour celles et ceux qui le souhaiteraient encore ? À un pseudo-enjeu national que les partis d’opposition ont voulu conférer à ce scrutin régional, à une espèce de Résistance, une sorte de résilience psychodramaturgique annoncée succède – c’était prévu – une forme de torpeur caractéristique des coups d’épée dans l’eau, de léthargie politicienne malheureusement bien identifiable. Le général de Gaulle disait : Quand tout va mal et que vous cherchez votre décision, regardez vers les sommets ; il n’y a pas d’encombrements… Qui sait aujourd’hui le nom de nos Conseillers Régionaux élus, si parmi eux il y en a un ou plusieurs Vice-présidents, s’ils siègent ou non à la Commission Permanente, instance décisionnelle majeure ? Qui a vraiment compris, s’il s’en est rendu compte, comment tel ou tel candidat au premier tour sur une liste Bas-Alpine pouvait, au deuxième tour, se retrouver dans le Var ou les Bouches du Rhône ? En tout cas, voilà, c’est fini et il ne nous reste plus qu’à attendre et voir venir ce qui intéresse vraiment les Bas-Alpins, la desserte de Digneles-Bains par exemple et l’intérêt que lui porte notre nouvel exécutif régional, pourquoi pas avec le train s’il constitue vraiment une solution complémentaire, la cerise sur le gâteau en quelque sorte, et non une idée alternative saugrenue. La France a réussi à ne pas périr après le 17 juin 1940. Pourvu qu’elle ne renoue pas avec la cacophonie et l’impuissance, ses démons favoris. Élie AGUILLON, Jean BALLESTER, Claude BREMOND, José ESCANEZ Gilbert LAURENT, Jean-Marie GIBELIN, Serge SARDELLA
Édito « Chronique d’une mort annoncée » Au cours d’une conférence de presse, reprise par les médias locaux, le Préfet des Alpes de Haute-Provence, Pierre N’Gahane, a fait connaître la volonté de l’État de réduire le nombre de communautés de communes de notre département. Propos développés par le sous-préfet de Digne-les-Bains, François Xavier Lauch, qui a pris en exemple les intercommunalités du Pays dignois : « Le périmètre idéal est celui du Pays ; nous réduirons ainsi à une seule communauté de communes le Pays dignois ». Il semblerait que l’État veuille aller vers cinq ou six communautés de communes pour l’ensemble du département. Ces mariages forcés laissent entrevoir à quoi ressemblera la carte administrative du département avec la suppression des cantons si l’État impose sa réforme des collectivités territoriales. Qu’il faille remettre de l’ordre dans les intercommunalités établies au fil du temps, je n’en doute pas. Mais ce n’est pas aux représentants de l’État de décider à la place des élus. Transferts de compétences non compensées, ressources non garanties au-delà de 2010 après suppression de la taxe professionnelle, fusions autoritaires, étranglement financier des Départements et des Régions, le tableau est clair : nous assistons à la plus vaste entreprise de recentralisation jamais connue dans notre pays. Jean-Louis Bianco, président du Conseil général Sommaire n°80/mai 2010 P.4-5 L’actu en images Sélection d’ouvrages/Télex P.13 Plan neige, c’est reparti P.14 Les décisions de l’Assemblée départementale P.8-9 Le Département : un acteur clé de la politique de l’eau P.10-11 À pied, à cheval ou en VTT, des sentiers à la carte P.12 Le Pacte pour l’emploi en action P.15 À voir et à savoir P.6-7 Partageons la route page 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :