[04] Alpes de Haute-Provence n°178 mai/jun 2020
[04] Alpes de Haute-Provence n°178 mai/jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°178 de mai/jun 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général des Alpes de Haute-Provence

  • Format : (205 x 265) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : santé publique, le laboratoire départemental veille au grain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
0 Frédéric Exubis DOSSIER 6 4:› 4Zzr "Zip ait:lut
Frédéric Exubis Santé publique Le laboratoire départemental veille au grain Le laboratoire départemental n’est pas étranger à la réputation d’excellence des élevages bas-alpins, car son travail permet de garantir la qualité de nos cheptels, et donc la santé des consommateurs. Pour autant, ses missions ne s’arrêtent pas là  : il intervient aussi auprès de nombreux professionnels pour offrir son expertise en hygiène alimentaire… Le Département lui a également confié la tâche de contrôler le bon fonctionnement de certaines stations d’épuration et de surveiller la qualité des eaux rejetées en milieu naturel. Le laboratoire joue donc un rôle essentiel au sein des Alpes de Haute-Provence, à plus forte raison en ces temps de crise sanitaire où la santé des Bas-Alpins est au cœur de nos préoccupations. » Jean-Claude Castel, conseiller départemental délégué à l’agroalimentaire Du fait de ses nombreuses missions, le laboratoire départemental compte parmi les services indispensables du Département. Spécialisé dans les contrôles relatifs à la santé animale, à la sécurité alimentaire et à la surveillance environnementale, il intervient auprès de multiples acteurs du territoire afin de garantir la santé des Bas-Alpins. Surveiller la santé animale Historiquement, la première compétence du laboratoire départemental est le contrôle des cheptels bas-alpins dans le cadre des prophylaxies, c’est-à-dire des processus visant à prévenir l’apparition, la propagation et l’aggravation des pathologies animales. En effet, avant les années 1990, cette fonction est assurée par les laboratoires vétérinaires d’État rattachés au ministère de l’Agriculture. Ce n’est qu’ensuite, dans la continuité des lois de décentralisation de 1982, que les Départements héritent de la gestion de ces structures et créent les laboratoire départementaux vétérinaires. Depuis lors, le laboratoire poursuit sa mission de surveillance des cheptels du département afin de remplir deux objectifs. Le premier est de garantir la santé publique en détectant au plus tôt les maladies animales transmissibles à l’Homme. Pour ce faire, les techniciens du laboratoire analysent les échantillons sanguins prélevés dans les troupeaux dans le cadre des prophylaxies. o 7 Frédéric Exubis



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :