[04] Alpes de Haute-Provence n°178 mai/jun 2020
[04] Alpes de Haute-Provence n°178 mai/jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°178 de mai/jun 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général des Alpes de Haute-Provence

  • Format : (205 x 265) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : santé publique, le laboratoire départemental veille au grain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Begat Theater CULTURE F cus sur… Le Begat Theater Et si vous découvriez le théâtre autrement ? C’est ce que propose la Compagnie Begat au travers de nombreux spectacles originaux et d’un lieu ouvert à tous les artistes qui souhaitent créer et répéter dans un cadre exceptionnel. Direction la ferme de La Colle, à 5 minutes de Gréoux-les-Bains, où Begat a élu résidence ! Le Begat Theater Begat Theater naît à New York en 1992. Son premier spectacle, Sam, évoque la vie et l’œuvre de Samuel Beckett et marque à jamais la compagnie, car le mot « Begat », omniprésent dans le script, est un verbe en vieil anglais qui signifie « engendrer ». Le nom reste et deux ans plus tard, Begat s’établit en France. Toutefois, ce n’est qu’en 2002 que la compagnie découvre la ferme de La Colle et s’y installe. Du théâtre dans l’espace public Pour le Begat Theater, le théâtre n’a pas à être figé sur scène et vu uniquement par un public averti. C’est pourquoi elle crée des expériences intimistes dans l’espace public, des balades sonores Begat Theater qui permettent au public de se glisser dans la tête des personnages. Cette approche était notamment au cœur de La Disparition, œuvre au cours de laquelle les spectateurs, équipés d’un smartphone synchronisé sur leurs déplacements, enquêtaient sur la disparition d’une écrivaine dans les rues de Sisteron et Manosque. La Compagnie Begat aime également jouer avec un public jeune, comme elle le fait dans Askip, un spectacle immersif en milieu scolaire qui convoque trois personnages  : une collégienne, un professeur de français et un agent de maintenance. Tour à tour, le public suit les trajectoires des acteurs dans l’établissement et partage leur quotidien, leurs pensées, leurs doutes... Dans la continuité de cette œuvre, Begat a animé des ateliers visant à faire créer aux élèves du collège Camille Reymond (Château-Arnoux-Saint- Auban) un parcours sonore au sein de l’établissement. Pour en savoir davantage, rendez-vous sur www.begat.org o 10 Un lieu de résidence Begat porte dans son ADN la trace d’un lieu particulier  : la ferme de La Colle. Cet endroit atypique, qui sert de résidence à la compagnie depuis 17 ans, est également un espace mis à disposition des artistes qui souhaitent créer, répéter, réaliser des stages… Et quel lieu ! Tout à La Colle semble fait pour stimuler la créativité, de l’ancienne chèvrerie transformée en salle de répétition à l’amphithéâtre créé à partir d’anciennes restanques. La Colle est aussi un véritable espace de médiation. En effet, Begat y accueille régulièrement des écoliers afin de leur faire découvrir les métiers du spectacle. Elle y organise également des « avant avant-premières » à la demande des artistes qui souhaitent avoir un premier retour sur leurs créations. Récemment, ce lieu a accueilli des artistes bas-alpins dans le cadre d’une réflexion collective sur ce qui fait leur identité commune. Afin d’aider Begat à mener ces actions, le Département lui apporte son soutien grâce à une convention triennale qui devrait être renouvelée en 2020.
La miellerie de Saint-André-les-Alpes rafle la médaille d’or ! Temps fort du Salon de l’Agriculture qui s’est tenu du 22 au 29 février, le Concours Général Agricole a récompensé de nombreux producteurs bas-alpins pour la qualité de leurs produits. Les Alpes de Haute-Provence ont ainsi remporté 24 médailles d’or, 10 médailles d’argent et 3 médailles de bronze ! Pour l’occasion, Hugues Delebarre, apiculteur à Saint-André-les Alpes et gagnant d’une médaille d’or, nous a ouvert les portes de sa miellerie. « J’ai toujours été fasciné par l’apiculture. Adolescent, je lisais tous les livres que je trouvais sur les abeilles. Après une carrière dans le commerce, je me suis reconverti dans ce domaine qui me passionnait. De la passion, il en faut, parce que c’est un métier qui est très fatigant et qui est de plus en plus technique depuis l’arrivée des pesticides. « Pour moi, un bon miel c’est avant tout un miel français, parce que c’est du Frag Photo miel pur, pas du faux miel avec du sirop de glucose. Mon miel est parfaitement artisanal. Je le produis en utilisant ce qu’on appelle une grille à reine ; c’est un procédé qui permet de barrer l’accès de certaines zones de la ruche aux reines, de façon à éviter qu’elles y pondent. Ainsi, ces zones restent propres et le miel est plus pur. « J’ai une exploitation de 400 ruches. Je travaille seul et je vends plus de 80% de ma production en vrac, notamment à des négociants et à des conditionneurs. Ma miellerie est à Saint-André-les-Alpes, mais je bouge mes ruches en fonction des saisons. Cet hiver, elles étaient près d’Aix-en-Provence, parce qu’il y fait moins froid et que le printemps arrive plus tôt. Je mets également quelques dizaines de ruches vers Saint-Antoinel’Abbaye (Isère) pour le miel d’acacia et de châtaigner. Au printemps, je produis aussi du miel de montagne et parfois du miel de romarin et de sarriette. Cependant, le plus gros de ma production reste le miel de lavande, qui est propre à l’image de notre région ; j’installe mes ruches sur le plateau de Valensole de la mi-juin jusqu’à la mi-juillet. Tous mes miels produits dans la région bénéficient du label Indication Géographique Protégée Provence. « C’est mon miel de lavande crémeux qui a remporté la médaille d’or. Les miels sont jugés sur plusieurs critères  : la couleur, la texture, le goût... Le miel de lavande est un miel très clair, qui a une cristallisation fine et un goût assez acide. Il n’a pas du tout le goût ou l’odeur de la fleur de lavande, mais plutôt celui de l’amande douce. Le Concours Général Agricole est le plus prestigieux dans ce domaine, alors obtenir une médaille, 11 APICULTURE c’est une belle récompense qui peut rejaillir sur mon activité ! Beaucoup de particuliers font confiance aux médailles pour choisir leur miel. C’est un gage de qualité. » Vous souhaitez goûter le miel de Saint-André-les- Alpes ? Contactez Hugues Delebarre au 06 75 51 67 01. Des visites de la miellerie sont organisées les samedis matin en juillet-août. Retrouvez les producteurs basalpins médaillés sur  : www.paca.chambres-agriculture.fr Frag Photo



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :