[04] Alpes de Haute-Provence n°177 mar/avr 2020
[04] Alpes de Haute-Provence n°177 mar/avr 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°177 de mar/avr 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général des Alpes de Haute-Provence

  • Format : (206 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : adoption, une autre voie vers la parentalité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Shutterstock DOSSIER 6
Shutterstock Frédéric Exubis 66 L’adoption  : un autre chemin vers la parentalité Qu’est-ce que l’adoption ? L’adoption est une mesure de protection de l’enfance assurée par l’Aide Sociale à l’Enfance. Elle vise à donner un ou des parents à un enfant qui en est privé en vue de recréer la cellule familiale nécessaire à son bon développement. En effet, l’adoption ne vise pas à donner un enfant à des parents, mais des parents à un enfant. Le bienêtre de ce dernier demeure la principale préoccupation de l’Aide Sociale à l’Enfance. Souvent perçue comme le dernier recours des personnes n’ayant pas pu avoir d’enfant, l’adoption est une démarche méconnue qui souffre de nombreuses idées reçues. Chaque année, près de 8000 Français s’engagent dans cette procédure, soutenus par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE). Bien qu’elle présente son lot de difficultés, l’adoption demeure une magnifique aventure qui est au cœur de l’engagement social du Conseil départemental. » Geneviève Primiterra, vice-présidente du Conseil départemental, déléguée aux ressources humaines, l’enfance, la famille, les actions de santé publique, l’administration générale et le patrimoine. Qui peut adopter ? Toutes les personnes ayant reçu un agrément signé par le président du Département peuvent prétendre à l’adoption. Cependant, cet agrément seul ne garantit pas que les candidats se verront confier un enfant. En France, l’agrément peut être donné à toute personne âgée d’au moins vingthuit ans et aux époux mariés depuis plus de deux ans ou âgés tous les deux d’au moins vingt-huit ans. Les conditions pour une adoption internationale sont différentes, car fixées par le pays d’origine de l’enfant, d’où l’importance pour les parents adoptants de se renseigner au préalable. 7 L’adoption  : un projet de vie pour quels enfants ? En France, ce sont les enfants pupilles de l’État dont la prise en charge est assurée par l’Aide Sociale à l’Enfance. Plusieurs raisons peuvent justifier qu’un enfant soit déclaré pupille de l’État. Un nourrisson né sous le secret (c’est-àdire confié anonymement à l’Aide Sociale à l’Enfance par sa mère en vue d’adoption) bénéficiera de ce statut si, sous deux mois, aucun de ses parents ne s’est rétracté. Un pupille de l’État peut aussi être un enfant dont le délaissement par ses parents a été acté par décision judiciaire. Toutefois, l’adoption reste une des possibilités pour ces enfants de construire un projet de vie. En ce qui concerne les enfants étrangers, il faut que la loi du pays d’origine permette l’adoption internationale. En effet, dans certains pays, cette procédure est interdite. Il est nécessaire de s’assurer que l’enfant proposé à l’adoption est vraiment sans parent.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :