[04] Alpes de Haute-Provence n°177 mar/avr 2020
[04] Alpes de Haute-Provence n°177 mar/avr 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°177 de mar/avr 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général des Alpes de Haute-Provence

  • Format : (206 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : adoption, une autre voie vers la parentalité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Frédéric Exubis LE BILLET DE LA PRÉHISTOIRE* Rhinocéros laineux (coelodonta antiquitatis) Manu Janssens, Société Ophys - Musée de Préhistoire des gorges du Verdon Du 1er mars au 20 juillet 2020, le musée de Préhistoire des gorges du Verdon expose Le Rhinocéros, de l’artiste contemporain Xavier Veilhan. Cette œuvre en résine aux dimensions imposantes est prêtée par le Centre national d’art et de culture Georges Pompidou, dans le cadre d’un dispositif de prêts exceptionnels des musées nationaux initié par le ministère de la Culture. Pour Xavier Veilhan, le rhinocéros est « une survivance préhistorique dans le monde contem-porain ». Il parvient toutefois à en faire un objet « design », rouge et rutilant, tout en rondeur et en fluidité sophistiquée… et identifiable au premier regard malgré tout. Son œuvre, devenue mascotte du Centre Pompidou, a été créée pour la boutique Yves Saint-Laurent de New York, où elle a été présentée de février à mai 2000. Au Musée de Préhistoire, Le Rhinocéros de Xavier Veilhan est exposé à l’entrée du circuit permanent, face à la reconstitution d’un rhinocéros laineux, animal des temps glaciaires aujourd’hui disparu. Le rhinocéros laineux compte parmi les grands mammifères qui ont fait partie de l’environnement des Hommes préhistoriques. En effet, il y a moins de 30 000 ans, on le trouvait dans les steppes froides qui recouvraient l’Eurasie, depuis le centre de l’Espagne et le sud de l’Angleterre jusqu’en Mongolie et dans le sud de la Sibérie. L’animal était de grande taille, et la plus grande de ses deux cornes mesurait plus d’un mètre. Son corps était pourvu d’une épaisse toison laineuse à longs poils bruns. Ses oreilles étaient peu saillantes, et ses pattes courtes et massives. On estime qu’il devait mesurer entre 3,5 et 4 mètres de long, pour une hauteur au garrot de 1,5 à 2 mètres, soit une espèce un peu plus grande que le rhinocéros blanc africain actuel. Son poids pouvait atteindre 3 tonnes. o 16 ‘41/1/4,J\-1'J.4- a e e e Quand le « rhino » s’expose « La culture près de chez vous - Face à face » 5..., Le face à face entre l’animal interprété par l’art et l’animal reconstitué par la science est l’occasion de décrypter quelques figurations de rhinocéros empruntées aux domaines de l’art, de l’histoire des sciences, de la publicité et de l’actualité de nos journaux... En d’autres termes, il s’agit d’une invitation à explorer les représentations de cet animal au travers de différents points de vue à travers le temps, afin d’essayer de comprendre comment le rhinocéros a investi notre imaginaire collectif… Xavier Veilhan * Article réalisé par Caroline Luzi, Musée de Préhistoire des gorges du Verdon - Quinson  : www.museeprehistoire.com est né en 1963. C’est un artiste pluridisciplinaire, dont le travail oscille entre procédés traditionnels et techniques numériques. Il est notamment connu pour son travail sur la décomposition numérique de l’image et son application à la sculpture.
ME de l'ARBRE o 17 HISTOIRES d’archives* Les Archives départementales racontent… Le reboisement de la Haute Provence La fête de l’arbre au col du Labouret en 1938 En ce dimanche ensoleillé du 3 juillet 1938, plus de 3 000 personnes célèbrent l’action du service de la Restauration des terrains en montagne (RTM), au pied du buste de Demontzey, « restaurateur » par excellence des forêts des « Alpes de Provence ». C’est la société forestière méditerranéenne et coloniale « Le Chêne » qui organise la fête. Au programme  : une visite des reboisements et une exposition de véhicules à gazogène - des visionnaires, en quelque sorte, quand on connaît le rôle des gazogènes durant l’Occupation. On y distribue des prix, en particulier aux lauréats du certificat d’études qui reçoivent un jouet… en bois. Des « chœurs champêtres », formés des élèves des écoles normales, animent la matinée. À midi, la foule s’éparpille auprès des buffets installés dans les sous-bois de mélèzes, un arbre replanté dans les « périmètres » et les « séries » de reboisement de la zone subalpine comprise entre 1 200 et 1 800 mètres d’altitude. En 1882, dans les Basses-Alpes, la forêt représente une superficie de 117 568 hectares ; 30 ans plus tard, elle couvre 183 840 ha, soit 27% de la surface totale du département. Cette journée est donc dédiée « au grand forestier Prosper Demontzey », mort en 1898, lui « qui conçut et réalisa l’œuvre du reboisement et du regazonnement des Alpes ». Au détour des années 1850, la situation des sols est catastrophique  : l’érosion fait son œuvre. En cause, les hommes. Demontzey déclara  : « Je ne sais de plus noble mission que celle d’aider la nature à reconstituer dans nos montagnes l’ordre qu’elle avait si bien établi et que seule l’imprévoyance de l’homme a changé en véritable chaos ». L’arbre est au cœur de la fête. D’ailleurs, aux dires du journaliste, en l’occurrence l’ancien instituteur, futur résistant et président du Conseil général, Ernest Borrély, les allocutions prononcées par les personnalités ont véritablement « exalté le culte de l’Arbre » ! Le buste de Demontzey est d’ailleurs l’un des rares monuments métalliques à ne pas avoir été fondu durant la Deuxième Guerre mondiale, bien que sa destruction ait été décidée par la commission départementale. Mais l’archiviste en chef, qui en faisait partie, s’éleva contre un tel « acte de vandalisme » visant une « gloire locale » ! Le buste était sauvé. * Ce billet est assuré par Jean-Christophe Labadie, directeur des Archives départementales des Alpes de Haute-Provence.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :