[04] Alpes de Haute-Provence n°175 nov/déc 2019
[04] Alpes de Haute-Provence n°175 nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°175 de nov/déc 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général des Alpes de Haute-Provence

  • Format : (206 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : CMS et prévention.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
AD04 LE BILLET DE L’AGENCE DE DÉVELOPPEMENT* Nos stations de montagne adoptent la « Nordic attitude » Ski de fond et raquettes à Saint-Paul-sur-Ubaye L’offre hiver des Alpes de Haute-Provence se diversifie ! En complément des pratiques traditionnelles proposées en stations, des domaines offrent désormais de tester les activités nordiques, très en vogue. Au programme  : authenticité, retour à la nature, bien-être physique et mental. Ski de fond Le « skating » ou le ski de fond alternatif se pratique sur une piste damée et balisée. Le plaisir de glisser sur la neige se conjugue à la vitesse et, pour les plus aguerris, à la performance. Voici quelques sites aménagés pour la pratique  : Val d’Oronaye  : 40 km de pistes en alternatif ou skating, notamment dans le vallon du Lauzanier, et un stade de biathlon au départ du domaine nordique (accessible le matin) ; Saint-Paul-sur-Ubaye Maurin/Maljasset  : 5 pistes pour 18 km de parcours qui longent l’Ubaye ; Barcelonnette  : boucles de 3 km et 500 m sur le golf du Bois Chenu. Gratuit et accessible à tous ; Col du Fanget  : 33 km de pistes balisées. Liaison avec le Grand Puy par une piste de 10 km ; sur l’autre versant, une piste de 8 km rejoint Chabanon Selonnet, qui possède 25 km de pistes supplémentaires ; Colmars-Ratéry  : 4 parcours sur 20 km de pistes balisées exposées à l’Ubac ; La Colle Saint-Michel  : 7 parcours pour 57 km de pistes balisées (tous niveaux). Marche nordique/course à pied/trail sur neige Venue tout droit des pays scandinaves, cette marche accélérée se pratique sur une piste damée et à l’aide d’une paire de bâtons. Elle combine le sport et les bienfaits des activités de plein air. Essayezvous à cette activité au Col du Fanget et à Saint-Paul-sur-Ubaye, qui propose 4 km d’initiation au trail et à la marche sur neige. Une autre boucle accessible en fat bike démarre au village de Maljasset. Raquettes Chaussés de raquettes, évoluez sur des terrains balisés ou sauvages aux quatre coins du département. Saint-Paul-sur-Ubaye  : 3 km d’itinéraires et une boucle au départ de Maljasset ; Colmars-Ratéry  : 2 départs à partir du chalet d’accueil ou depuis Colmars-les- Alpes ; Allos  : itinéraires piétons et raquettes balisés sur le sentier d’interprétation des trappeurs des neiges ; Chabanon et Col du Fanget  : 13 km d’itinéraires balisés. * Ce billet est assuré par l’Agence de Développement des Alpes de Haute-Provence 16 Chiens de traîneaux Confortablement installés dans un traîneau, laissez-vous tirer par un attelage de chiens menés par un musher ! C’est une expérience inoubliable que vous pouvez vivre à Val d’Oronaye, Saint-Paul-sur- Ubaye et La Colle Saint-Michel. Conduite sur glace Au Val d’Allos, apprenez à conduire sur neige et sur glace de manière ludique. Expérimentez également le buggy et le kart électrique ! Ski Joëring Activité sportive et originale, le ski joëring vous permet de skier en étant tracté par un cheval. Chabanon vous propose de vous y essayer sur une piste forestière damée de 17 km. Pour aller plus loin  : Infos pratiques et détails à retrouver sur www.tourisme-alpes-haute-provence.com
Permis de colportage délivré à Pierre Siyer, demeurant à Toulon, 7 juin 1853 17 HISTOIRES d’archives* Les Archives départementales racontent… Surveiller et punir au XIX e siècle Le colporteur de livres et d’images Ce métier est particulièrement surveillé durant le XIX e siècle, un siècle où se succèdent bien des régimes politiques. Dans sa balle, le colporteur pouvait en effet transporter des ouvrages ou des images contraires aux bonnes mœurs et à l’ordre public. Ce risque est d’autant plus grand que, comme le souligne en mai 1811 l’inspecteur de l’imprimerie et de la librairie, les colporteurs se déplacent sans cesse, fréquentant les foires et parcourant les maisons. Un arrêté du préfet, pris le 30 novembre 1849, précise que « nul ne pourra distribuer ou colporter, dans le département des Basses-Alpes, des livres, écrits, brochures, recueil de chansons, gravures ou lithographies, s’il n’est porteur d’une autorisation émanée de la préfecture, mentionnant ses nom, prénoms, signalement et domicile ». En cas de manquement, « sa balle sera mise en fourrière ; son autorisation lui sera retirée » et il s’exposera à des poursuites devant les tribunaux. La plupart des colporteurs sont originaires de la Haute- Garonne, et particulièrement du village d’Esténos, tels Blaise Frisse ou Guillaume Dôme… Ceux-ci circulent en groupe sous la direction d’un maître. Colporteur est un métier de la misère et souvent une activité de remplacement  : Deshayes, d’Uzès, est amputé d’un bras, comme Joseph Bonhomme, de Marseille ; d’autres sont aveugles. C’est le cas de Jean Dominique Gireud, d’Allos, âgé de 55 ans en 1853, qui propose à sa clientèle des recueils de chansons bachiques et grivoises, mais aussi des « cantiques et morales en 12 pages ». Les colporteurs transportent surtout des images, des textes de chants et des ouvrages religieux ou historiques, ainsi que des almanachs, des « Nostradamus » ou des jugements rendus lors des grandes affaires criminelles. Quelques-uns poussent la chansonnette afin de vendre « Le beau Nicolas », « Près de toi (romance) », « Mes vingt ans » … Mais les censeurs veillent  : au sujet d’une chanson chantée par Ruffat, « La fille courageuse », imprimée à Digne par Vial en 1855, ils regrettent « qu’un imprimeur consente à publier de pareilles absurdités » et en interdisent la vente. Le métier périclite à la fin du siècle  : les services préfectoraux notent qu’en février 1878, il y a dix-sept libraires « seulement », neuf colporteurs autorisés et 41 titres de journaux vendus. Ce qui n’était pas si mal ! * Ce billet est assuré par Jean-Christophe Labadie, directeur des Archives départementales des Alpes de Haute-Provence



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :