[04] Alpes de Haute-Provence n°175 nov/déc 2019
[04] Alpes de Haute-Provence n°175 nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°175 de nov/déc 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général des Alpes de Haute-Provence

  • Format : (206 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : CMS et prévention.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Frédéric Exubis Frédéric Exubis SOLIDARITÉ TERRITORIALE Politiques de l’eau, Que fait le Département ? Jacques Brès, vice-président du Conseil départemental, délégué à la politique de l’eau Si les politiques de l’eau ne font plus partie intégrante des attributions du Département depuis la loi NOTRe (à l’exception de l’assistance technique), notre collectivité continue néanmoins à apporter un soutien financier aux communes et intercommunalités. Améliorer les écoulements des cours d’eau, prévenir les risques d’inondation Afin de mener à bien ces politiques, le Département a intégré des syndicats mixtes de gestion, ce qui lui permet de participer à la gestion des bassins versants des cours d’eau prioritaires. Il apporte Notre département compte près de 2500 km de rivières, 150 lacs de montagne, 570 captages d’eau potable et quelque 250 stations d’épuration. L’aménagement et l’entretien de ce réseau, aujourd’hui à la charge des communes et des intercommunalités, nécessitent un accompagnement du Département. Nous sommes fiers de leur apporter le soutien technique de l’agence Ingénierie et Territoire (IT04) et de subventionner leurs projets à hauteur de 2 M € par an ; il s’agit d’une politique volontariste clairement souhaitée par la majorité départementale. » par ailleurs un soutien institutionnel et financier à quatre contrats de rivières. Ces contrats définissent un programme d’action concret sur un bassin versant pour les années à venir (travaux à effectuer, financements…) et permettent d’appliquer des projets relatifs à la qualité des eaux, à la valorisation des milieux aquatiques… Enfin, le Département soutient deux Schémas d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE), des outils de planification qui définissent la manière dont l’eau doit être utilisée, protégée, conservée… Ces politiques relèvent désormais des contrats départementaux de solidarité territoriale conclus avec les communes et intercommunalités. Assurer une qualité et une quantité suffisantes en eau potable Chaque année, le Conseil départemental reçoit plus de 100 dossiers de demandes de subventions pour des projets relatifs à l’eau potable. Leur coût total est en moyenne de six millions d’euros et est soutenu jusqu’à 30% par le Département. Près de 400 000 € ont ainsi été dédiés à la création 14 des stations d’épuration de Castellane et de Château-Arnoux-Saint-Auban. Outre ces subventions, qui font désormais partie des contrats départementaux de solidarité territoriale, le Conseil départemental joue aussi un rôle d’initiateur de partenariats et de coordinateur des financements. Enfin, il offre une assistance technique aux communes et aux intercommunalités en mettant à leur disposition les compétences de l’agence IT04. Préserver et valoriser les milieux aquatiques par la création et l’entretien de stations d’épuration Le Département finance jusqu’à 30% les projets d’assainissement visant à assurer la qualité des milieux aquatiques ; ces financements sont également inclus dans le cadre des contrats départementaux de solidarité territoriale. Grâce au Laboratoire départemental, le Département appréhende aussi le suivi de la qualité des eaux du réseau hydraulique principal, afin de s’assurer de leur bonne composition et de guetter les éventuelles traces de pollution.
L’UPHV, un projet expérimental ambitieux Dans le domaine des établissements médico-sociaux, les UPHV sont des projets novateurs qui n’ont que rarement été expérimentés dans notre pays. Dans les Alpes de Haute-Provence, le schéma départemental en faveur des personnes handicapées 2013-2017 prévoyait déjà la création d’une unité spécialisée dans l’accueil de personnes handicapées vieillissantes. Cependant, ce projet n’a réellement émergé qu’au jour où le service de suite et de réadaptation de l’EHPAD Lou Cigalou (Les Mées) a été transféré, laissant dix lits vacants au sein de l’établissement. Déjà pilote sur de nombreux projets relatifs au handicap, le Conseil départemental – en partenariat avec l’Agence Régionale de Santé – s’est lancé dans la mise en place de ce projet ambitieux. Cet UPHV a ouvert au 1er janvier 2018. Qui est concerné ? La plupart des résidents de l’UPHV sont des personnes en situation de handicap ayant vécu dans des Établissements et Services d’Aide par le Travail (ESAT) et qui, en raison de leur âge, ne peuvent plus travailler. Quelques résidents vivaient auparavant dans des foyers de vie pour adultes handicapés ou dans le service psychiatrique de l’hôpital de Digne-les- Bains. Âgés de 48 à presque 60 ans, ils sont valides et autonomes sur de nombreux aspects de la vie quotidienne, mais ont besoin d’un accompagnement spécifique sur certaines tâches. Quelle différence avec un EHPAD classique ? Les résidents de l’UPHV et ceux de l’EHPAD vivent ensemble au quotidien, partagent leurs repas et les lieux de vie communs, ainsi que de nombreuses activités (chants, jeux, arts plastiques, sorties…). Les chambres sont situées dans la même aile du bâtiment afin de favoriser les échanges et la communication entre tous les occupants. Toutefois, les résidents de l’UPHV disposent de quelques créneaux horaires à part pour des activités spécifiques. De plus, ils sont accompagnés au quotidien par des 15 SOLIDARITÉ Lou Cigalou - Une structure unique dans le département Notre département compte pas moins de 31 établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Lou Cigalou, situé aux Mées, fait néanmoins figure d’exception, car il est à ce jour le seul de notre territoire à proposer une unité dédiée aux personnes handicapées vieillissantes (UPHV). Ce projet ambitieux répond à la nécessité d’offrir à chaque individu un lieu de vie adapté à ses besoins tout en favorisant les échanges et une meilleure inclusion sociale. » Danielle Urquizar, conseillère départementale, déléguée aux personnes âgées professionnels formés à la gestion des troubles psychiques et comportementaux. Valides, ils peuvent sortir de la résidence quand ils le souhaitent pour aller se promener dans le village et profiter du cadre de vie idyllique que notre département offre à tous ses habitants. Vous souhaitez en savoir davantage sur les aides et solutions d’hébergement destinées aux personnes âgées ou handicapées ? Rendez-vous sur www.mondepartement04.fr Frédéric Exubis Frédéric Exubis



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :