[04] Alpes de Haute-Provence n°171 mar/avr 2019
[04] Alpes de Haute-Provence n°171 mar/avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°171 de mar/avr 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général des Alpes de Haute-Provence

  • Format : (206 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : vaccination, tous concernés?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
DÉVELOPPEMENT durable Le tri sélectif se simplifie Pierre Antoine Qui n’a jamais connu un moment de doute face à la poubelle jaune ? Recyclables, non recyclables  : nous nous sommes tous interrogés au moins une fois sur le sort de certains emballages plastiques. Fort heureusement, nous n’aurons bientôt plus à nous poser la question. En effet, à partir du 1er avril prochain, tous les emballages plastiques pourront être triés, des pots de yaourt aux barquettes, en passant par le film plastique des packs de bouteilles et l’emballage des pâtes et du riz… Cette mesure visant à faciliter le tri s’inscrit dans la continuité de celle mise en œuvre en avril 2018 et qui ouvrait le recyclage aux petits déchets métalliques (capsules, opercules, tubes…). On appelle cela l’extension des consignes de tri. Trier ses déchets  : un geste citoyen Actuellement, 15 millions de Français peuvent trier tous leurs emballages en extension des consignes de tri, car leur centre de tri est modernisé. Cela a permis de doubler en seulement trois ans le volume d’emballages recyclés. Ce sont donc autant de déchets qui ont pu être valorisés ! Pour rappel, les déchets recyclables jetés avec les ordures ménagères ne sont pas retriés et sont définitivement perdus… Outre son impact écologique évident (économies d’énergies et de matières premières), le tri permet de mieux maîtriser le budget des déchets. À titre d’exemple, en 2017, la valorisation d’une tonne de déchets recyclables coûtait 135 € grâce aux recettes générées par la vente des emballages, contre 260 € pour une tonne d’ordures ménagères. Trier ses déchets, c’est donc agir pour l’environnement tout en maîtrisant les coûts de fonctionnement des collectivités. À noter  : le tri permet également le maintien, voire le développement d’emplois locaux ! 12 Recycler ses déchets est d’autant plus important que certaines collectivités pourraient, dans les années à venir, taxer les ordures ménagères selon le volume produit par chaque foyer. Afin d’alléger sa poubelle, il est donc conseillé d’adopter les bons gestes dès aujourd’hui ! Cependant, les consommateurs ne sont pas les seuls à devoir faire des efforts  : l’État fait de plus en plus pression sur les industriels pour les encourager à développer des emballages plus faciles à recycler. Informations pratiques Trier ses déchets  : si la quantité de déchets recyclables triés croît chaque année dans les Alpes de Haute-Provence (57 kg/habitant en 2017), on estime qu’il en reste autant qui sont jetés avec les ordures ménagères. Composter ses déchets alimentaires  : de nombreux déchets compostables (épluchures, marc de café, thé…) sont jetés à la poubelle. Or, le compostage permet de réduire le volume de ses ordures ménagères tout en produisant un engrais très efficace ! Acheter en vrac  : la meilleure solution pour ne pas produire de déchets reste de ne pas acheter de produits emballés. Aujourd’hui, de nombreuses boutiques et grandes surfaces vendent des consommables en vrac (pâtes, riz, farine, sucre…). Pour aller plus loin  : www.sydevom04.fr
Vaccination  : tous concernés Rougeole, coqueluche, rubéole… Tout le monde est susceptible d’être exposé à ces maladies au cours de sa vie. À ce jour, la vaccination demeure la protection la plus efficace et la plus durable, à condition d’effectuer les rappels nécessaires. Une étude récente a démontré que la couverture vaccinale est insuffisante dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, notamment dans les Alpes de Haute-Provence. Afin d’y remédier, le Conseil départemental et l’Agence régionale de santé (ARS PACA) ont depuis peu mis en place des actions de sensibilisation et de vaccination dans tous les centres médico-sociaux (CMS) des Alpes de Haute-Provence. Qui est concerné ? Jusqu’en 2018, seuls les enfants de 0 à 6 ans bénéficiaient des services de vaccination du Département, via la Protection Maternelle Infantile. Depuis la signature de la nouvelle convention entre le Conseil départemental et l’ARS, les enfants de plus de 6 ans et les adultes Frédéric Exubis Frédéric Exubis peuvent également, une fois par mois, se rendre dans le CMS le plus proche de chez eux afin de se faire vacciner  : une action comparable existait déjà par le passé, mais n’avait lieu qu’une fois par an, durant la semaine de la vaccination. Cette évolution représente un progrès notable, car tout le monde est concerné par la vaccination  : on estime en effet qu’une maladie ne peut être éradiquée que si au moins 92% de la population est immunisée contre elle. La vaccination est donc une protection individuelle, mais c’est aussi et avant tout une protection collective. Pourquoi se faire vacciner ? Se faire vacciner, c’est se protéger soimême, mais aussi protéger les membres les plus fragiles de son entourage. À titre d’exemple, les nourrissons ne peuvent pas être vaccinés contre la coqueluche avant d’atteindre l’âge de 4 mois  : cette maladie étant la première cause de mortalité chez les enfants en bas âge, il est primordial pour leurs proches d’être vaccinés afin de ne pas les exposer à des microbes dangereux. De plus, de nombreuses maladies souvent bénignes chez les enfants (rougeole, rubéole…) peuvent avoir des conséquences dramatiques sur les adultes. 13 Il est donc fondamental de se faire vacciner et de rester à jour dans ses vaccins. Que dit la loi ? SANTÉ Auparavant, seuls les vaccins luttant contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite étaient obligatoires. Toutefois, la loi du 30 décembre 2017 a rendu obligatoires huit nouveaux vaccins qui n’étaient auparavant que recommandés  : coqueluche, Haemophilus influenzae de type B, hépatite B, pneumocoque, méningocoqueC, rougeole, oreillons et rubéole. À ce jour, seuls les enfants nés après le 1er janvier 2018 sont concernés par cette obligation légale ; il est néanmoins recommandé à tout le monde de faire le nécessaire pour se prémunir contre ces maladies. Comment se faire vacciner ? Rien de plus simple ! Il suffit de téléphoner au CMS le plus proche de chez vous afin de prendre rendez-vous. Toutes les coordonnées figurent sur  : www.mondepartement04.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :