[04] Alpes de Haute-Provence n°171 mar/avr 2019
[04] Alpes de Haute-Provence n°171 mar/avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°171 de mar/avr 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général des Alpes de Haute-Provence

  • Format : (206 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : vaccination, tous concernés?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
ROUTES Point routes Un nouveau rond-point à Manosque Depuis le 11 février, des travaux routiers ont été entrepris au sud-est de Manosque, à l’intersection de la RD 907 et des chemins AlessandroVolta et Georg Simon OHM. Ce chantier permettra l’aménagement d’un nouveau carrefour à sens giratoire, mais également la reprise de la traversée busée du canal de La Brillanne, la construction d’un mur de soutènement, ainsi que la rénovation des superstructures et de la chaussée du pont sur le canal. Les travaux se dérouleront en cinq phases et devraient s’achever fin juillet 2019. Phase 1  : 11 février - fin mars  : préparation du chantier, reprise du passage busé du canal de La Brillanne et création d’un mur de soutènement en aval. Circulation maintenue. Phase 2  : début avril - mi-mai  : réalisation de la première moitié du giratoire, côté sud, comprenant l’accès au chemin AlessandroVolta. Circulation sous travaux maintenue sur la RD 907 ; coupure totale de la circulation sur le chemin AlessandroVolta avec déviation. Sisteron  : effondrement de la RD 948 F. Exubis - RD 948 à Sisteron Phase 3  : mi-mai - fin juin  : réalisation de la seconde moitié du giratoire, côté nord, comprenant l’accès au chemin Georg Simon OHM. Circulation sous travaux maintenue sur la RD 907 ; coupure totale de la circulation sur le chemin Georg Simon OHM avec déviation. Phase 4  : fin juin - fin juillet  : travaux de reprise des superstructures et de la chaussée du pont canal ERDF. Circulation maintenue dans le sens sortant de la RD 907 ; déviation dans le sens entrant via le chemin Georg Simon OHM. Un itinéraire balisé a été mis en place sur l’A 51 pour les poids lourds dont le PTAC dépasse 30t. Phase 5  : trois nuits fin juillet  : travaux sur les îlots et chaussées de l’ensemble du chantier. Circulation par alternat entre 22 h et 6h. Le coût total de ce chantier s’élève à 1,5 M € . Il est financé à 50% par le Département (avec le soutien de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur), à 35% par Durance Luberon Verdon Agglomération (DLVA) et à 15% par la commune de Manosque. 10 Parallèlement à ce projet, des travaux sont en cours afin de raccorder le futur pont sur la Durance au réseau routier. Le chantier s’étend du giratoire du karting (Manosque) au giratoire des quatre chemins (Valensole) et durera jusqu’en juillet, date à laquelle le pont sera provisoirement ouvert jusqu’au démantèlement de l’ancien ouvrage. F. Exubis - RD 907 à Manosque Suite à l’effondrement d’un tronçon d’une cinquantaine de mètres de la RD 948 (axe Sisteron-Ribiers) survenu le 1er février dernier, la route n’est plus praticable et a été fermée. Deux inspections ont mis en évidence l’importante fracturation du massif calcaire supportant la route. Le risque d’aléas géologiques est très élevé, la situation actuelle pouvant évoluer vers une amplification des désordres vers l’amont et un écroulement des terrains au niveau du talus aval. Le viaduc SNCF à proximité a été inspecté et ne présente aucun désordre à ce jour. Une déviation destinée aux véhicules légers a été mise en place par la RD 24 (axe Ribiers-Mison). Le Conseil départemental des Hautes-Alpes a également mis en place une déviation poids lourds sur l’axe Ribiers-Laragne. Les équipes du Département œuvrent actuellement afin de remettre la RD 948 en fonction au plus vite. Durée présumée des travaux  : 4 à 6 mois.
Fibre optique  : où en sommes-nous ? Suite à des retards dans le déploiement de la fibre optique dans la région, le Syndicat Mixte Ouvert Sud Très Haut Débit (SMO SUD THD) a décidé de confier à SFR la responsabilité de cette opération. Afin d’en savoir davantage, nous avons rencontré Nathalie Ponce-Gassier, 1 re vice-présidente du Conseil départemental et vice-présidente du SMO SUD THD*. Où en est le déploiement de la fibre optique dans le département ? « On a énormément progressé, mais des chantiers ont pris du retard en raison de la complexité de l’organisation technique et juridique de certains travaux. Cependant, ces dernières années n’ont pas été une perte de temps  : plusieurs communes sont raccordées à la fibre et plus des deux tiers des foyers du département bénéficient d’un débit confortable. De plus, nous avons déployé un réseau de collecte de plus de 600 km. Il reste encore beaucoup à faire, mais n’oublions pas qu’en 2011, les Alpes de Haute-Provence étaient presque un désert numérique. Les progrès sont donc considérables. » Depuis 2014, Altitude Infrastructure était en charge du déploiement de la fibre. Pourquoi avoir changé pour SFR ? « Entre 2014 et aujourd’hui, la posture des opérateurs des télécommunications a profondément évolué. À l’époque, ils n’étaient pas prêts à investir dans des territoires difficiles d’accès. Aujourd’hui, ils sont prêts à engager plus de 1000 € par foyer. L’État a donc encouragé les collectivités à questionner de nouveau les opérateurs pour savoir s’ils étaient prêts à investir sur leurs fonds propres. Suite à cet appel d’offres, deux opérateurs se sont distingués  : Altitude Infrastructure et SFR. L’offre de SFR était la plus intéressante. » À quoi peut-on s’attendre dans les prochaines années ? « À un déploiement plus efficace de la fibre. Par convention, SFR s’est engagé à raccorder 100% du territoire d’ici 2022. Bien entendu, certains foyers difficilement accessibles (environ 8%) ne seront pas raccordés immédiatement, mais bénéficieront d’une couverture par satellite ou par 4G fixe. Ce qui est certain, c’est qu’il y aura des montées en débit remarquables dans les prochaines années. Ce projet est très enthousiasmant  : il dépasse largement les objectifs que nous nous étions fixés en 2011 et qui ne prévoyaient une couverture réseau totale qu’en 2030. » 37% des Bas-Alpins bénéficient d’un accès au Très Haut Débit (≥ 30 mégabits/s). 35% des Bas-Alpins bénéficient d’un débit confortable (8 à 30 mégabits/s). 15% des Bas-Alpins ont un débit efficace (3 à 8 mégabits/s). 13% des Bas-Alpins souffrent d’un débit problématique (≤ 3 mégabits/s ou inéligible à la fibre). 11 NUMÉRIQUE Nathalie Ponce-Gassier, 1 re vice-présidente du Conseil départemental déléguée aux collèges, au numérique, à la jeunesse et la langue provençale. Quel sera le rôle du SMO SUD THD et du Conseil départemental dans cette nouvelle organisation ? « Nous conduirons deux actions. La première sera de coopérer avec les élus locaux afin de garantir le bon déroulement des chantiers. La seconde sera une action de contrôle, conduite avec la Région, pour nous assurer que SFR tiendra ses engagements. Cela dit, nous travaillons d’ores et déjà avec SFR afin de distinguer les chantiers prioritaires, ainsi qu’avec la Mission Très Haut Débit, au niveau de l’État, pour sceller la convention définitive. » * Le SMO SUD THD est chargé du déploiement du numérique pour les départements des Alpes de Haute-Provence, des Hautes-Alpes, du Var et des Bouches-du-Rhône.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :