[04] Alpes de Haute-Provence n°120 janvier 2014
[04] Alpes de Haute-Provence n°120 janvier 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°120 de janvier 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général des Alpes de Haute-Provence

  • Format : (206 x 265) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : des entreprises tournées vers l'avenir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Expression libre Conseil général des Alpes de Haute-Provence 13 rue du Docteur Romieu CS 70 216 04 995 DIGNE LES BAINS CEDEX 9 Tél. 04 92 30 04 00 Mèl : contact@cg04.fr Retrouvez les anciens numéros du magazine et inscrivez-vous à la lettre d’information sur www.cg04.fr Directeur de la publication Gilbert Sauvan Responsable des publications Xavier Delcroix - x.delcroix@cg04.fr Chargé de la publication Philippe Maillard Photographies Frédéric Exubis Textes Philippe Maillard sauf P 18 p.maillard@cg04.fr. Conception et réalisation Autrement dit communication Sisteron - 04 92 33 15 33 Impression Imprimerie Imaye Graphic label Imprim’vert. Distribution La Poste Dépôt légal à parution Crédit photos : Frédéric Exubis, sauf P 6-7 - Epictura P 16 - Bagdad, Ch. Berthelot P 17 - Service Environnement P 20 - Céline Gugliero ISSN : 1297-7055 Tirage : 63 000 ex Magazine imprimé sur un papier à base de bois issu de forêts gérées durablement. Ne pas jeter sur la voie publique. Majorité départementale Le département à la croisée des chemins Les départements sont en pleine reconstruction. Après le vote d’une loi réformant les cantons et le mode d’élection, à parité, des conseillers départementaux, leur fonctionnement dépend désormais de deux grandes évolutions : la suite de la réforme de l’action publique locale et le nouveau financement des trois allocations individuelles de solidarité (APA, PCH, RSA). La première est en cours au Parlement. Elle a pour objectif principal de redéfinir et de clarifier les missions et les compétences de chaque collectivité (région, département, commune et regroupement de communes). Les départements se verront confirmés comme chefs de file de l’action sociale et de la solidarité des territoires et nous espérons pouvoir poursuivre nos engagements en matière d’aménagement numérique, de tourisme, d’ingénierie et de services publics de proximité. Deuxièmement, une négociation a permis à l’État et aux Départements de s’accorder sur la nécessité de résorber le déficit de compensation de l’APA, de la PCH et du RSA, par la solidarité nationale. Des solutions concrètes de financement doivent commencer à voir le jour dans la loi de finance 2014. À moyen terme, nous souhaitons que des solutions pérennes de compensation intégrale soient trouvées pour le RSA, et à travers une loi sur l’autonomie et la dépendance, pour l’APA et la PCH. Ce n’est qu’à ces conditions que nous garderons les marges de manœuvre nécessaires au maintien des services au public, de l’investissement et de notre implication en faveur de l’emploi et du développement des Alpes de Haute-Provence. Nous souhaitons une bonne année 2014 à tous nos concitoyens. Marcel CLÉMENT Indépendants Un budget défensif Le 6 décembre dernier, nous avons voté, à l’unanimité, le budget 2014 de notre département. Cela confirme, si cela était encore nécessaire, nos engagements et notre attachement pour les Alpes de Haute-Provence et les valeurs qu’elles représentent pour nous tous. La zone de forte turbulence que nous traversons risque de perdurer. En effet, nos recettes stagnent, nos charges de structure augmentent (2,53%) ; nos charges liées aux politiques d’aide sociale et à l’insertion explosent (5,49%) et les nouvelles recettes des fonds de péréquation de 2011-2012-2013 n’ont pu compenser qu’une faible partie de ces augmentations. Il sera difficile d’attendre de nouvelles recettes. Il reste peut-être un fonds à créer : celui du transfert des frais de gestion du FCTVA. En effet celui-ci est calculé sur la base 18, 6% pour une TVA à 19,6% ; 1% des frais de gestion est prélevé par l’État ; sachant qu’en 2011 le montant encaissé est de l’ordre de 140 milliards d’euros, la somme à partager serait de l’ordre de 1,4 milliard d’euros !!! On ignore encore si la loi de la dépendance qui s’appliquera en 2015 apportera en cette période de crise, une amélioration dans la dégradation de nos dépenses sociales. Nous sommes loin d’être optimistes. L’acte III de la décentralisation laisse planer des incertitudes quant aux compétences nouvelles supportées par le département. Seule la reprise de la croissance entraînera la baisse du chômage et donc la baisse de certaines dépenses sociales. Malgré une épargne nette réduite, il nous faut donc absolument retrouver une capacité d’autofinancement si nous voulons maintenir le même montant d’investissement. Il faudrait donc réduire les dépenses de fonctionnement, lesquelles ? Mieux cibler nos aides, lesquelles ? Revoir notre action départementale ? Restons résolument du côté des solutions. C’est à ce prix que nous parviendrons à relever le défi de la croissance et de la richesse partagée. Élie AGUILLON, Jean BALLESTER, Claude BREMOND, Gilbert LAURENT, Serge SARDELLA
5 Le mot du président Sommaire 8/9/10 Économie Des entreprises entre tradition et modernité 6/7 Conseil général Rigueur et ambition pour le budget 2014 Routes Un nouveau pont sur la Bléone 11 Conseil général Les décisions de l’Assemblée 14 12/13 Solidarité Bien vieillir à domicile Tour d’horizon 15/16/17 4 L’actu en images 18 Histoires d’Archives À lire/BD 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :