[04] Alpes de Haute-Provence n°111 mars 2013
[04] Alpes de Haute-Provence n°111 mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°111 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général des Alpes de Haute-Provence

  • Format : (206 x 265) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : ces chiens qui sauvent des vies.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Expression libre Conseil général des Alpes de Haute-Provence 13 rue du Docteur Romieu CS 70 216 04 995 DIGNE LES BAINS CEDEX 9 Tél. 04 92 30 04 00 Mèl : contact@cg04.fr Retrouvez les anciens numéros du magazine et inscrivez-vous à la lettre d’information sur www.cg04.fr Directeur de la publication Gilbert Sauvan Responsable des publications Xavier Delcroix - x.delcroix@cg04.fr Chargé de la publication Philippe Maillard Photographies Frédéric Exubis Textes Philippe Maillard sauf P 18 p.maillard@cg04.fr. Conception et réalisation Autrement dit communication Sisteron - 04 92 33 15 33 Impression Imprimerie Imaye Graphic label Imprim’vert. Distribution La Poste Dépôt légal à parution Crédit photos : Frédéric Exubis, P 6 - Jardins du Buëch ; P 7 - EPICTURA ; P 12 - Ph. Leroux ; P 13 - EPICTURA ; P 14 - Ph. Leroux ; P 15 - F-X. Emery ; P 16 - Harmonie départementale, A. Mellon ; P 17 - J. Piffaut ; ISSN : 1297-7055 Tirage : 64 500 ex Magazine imprimé sur un papier à base de bois issu de forêts gérées durablement. Ne pas jeter sur la voie publique. Majorité départementale Halte aux déserts médicaux La France n’est pas un désert médical, mais si le nombre global de médecins n’est pas critique, elle compte de nombreux déserts médicaux, c’est-àdire des territoires où l’offre médicale est insuffisante pour répondre aux besoins de la population. Les praticiens, et surtout les spécialistes, sont mal répartis sur le territoire. Les départements ruraux, et a fortiori les zones isolées géographiquement, pâtissent de cette mauvaise répartition. C’est particulièrement net dans notre département. Qui n’a pas fait l’expérience d’une attente trop longue pour une consultation ? De plus, dans les Alpes de Haute- Provence, les médecins ont une moyenne d’âge de 53 ans (chiffres 2011), or les jeunes hésitent souvent à venir s’installer en milieu rural. Face à la situation dans laquelle sont plongées nombre de communes, les demi-mesures ne suffisent plus. Sans être totalement inefficaces, les politiques incitatives semblent ne pouvoir, à elles seules, inverser la tendance. L’accès aux soins pour tous est un principe constitutionnel. L’exercice des professions de santé ne peut s’affranchir de toute contrainte en matière d’installation. Une proposition de loi de Gilbert Sauvan soumet l’établissement de nouveaux cabinets médicaux à des critères de densité qui tiennent compte de la géographie du territoire concerné ; elle s’inspire ainsi de mesures similaires déjà appliquées à d’autres spécialités médicales. Dans le même temps, un rapport du Sénat propose d’exclure de la Sécurité sociale, les praticiens qui voudraient s’installer dans les zones « surdotées ». Quelle que soit la solution, il faut agir, il y a urgence. Marcel CLÉMENT Indépendants Le gaz de schiste : le retour Alors que notre département, ainsi que le Parc naturel régional du Luberon ont clairement défini leur position négative à propos du permis d’exploitation du gaz de schiste ; celui-ci s’invite de nouveau dans les débats à l’occasion de la refonte du code minier qui doit être discuté au Parlement au cours du printemps prochain. La fracturation hydraulique est la seule technique connue à ce jour pour extraire ce gaz dont on nous annonce d’immenses réserves chez nous. Tout irait dans le meilleur des mondes si cette technique ne commettait des dégâts irréparables dans l’environnement, notamment au préjudice de nos nappes phréatiques. Le meilleur des mondes serait possible aussi grâce à une meilleure cohérence dans la vie de nos dirigeants. Le Président de la république et sa ministre de l’écologie bannissent la fracturation hydraulique, Arnaud Montebourg et Bruno Le Roux demandent que la question soit réétudiée. Par bonheur Daniel Raoul, président de la commission des affaires économiques du sénat, a saisi l’OPECST (Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques), afin que soit examinées les solutions alternatives à la fracturation ; ces avis devraient être rendus avant l’examen du nouveau code minier qui doit être en discussion au parlement prochainement. Il ne fait pas de doute que celui ci devrait renforcer le rôle des collectivités locales. De la coupe aux lèvres la distance peut être très longue, comme le soulignait Jean-Louis Schilansky, le président de l’union des industries pétrolières : « On ne change pas le code de la route pour arrêter la circulation mais pour l’améliorer. ». Vous le constatez, le chemin sera laborieux, comme pour certains malades il est prudent de les garder en observation. Élie AGUILLON, Jean BALLESTER, Claude BREMOND, Gilbert LAURENT, Serge SARDELLA
5 Le mot du président Sommaire 6/7 Solidarité Favoriser l’insertion 8/9 Routes Pour rouler en toute sécurité Environnement Réagissons contre le changement climatique 11 Culture Des échappées culturelles Jeunesse Une nouvelle aide pour les 6-18 ans 13 Europe France-Italie, l’aventure continue 14 10/11 Conseil général Ces chiens qui nous sauvent 4 Tour d’horizon 15/16/17 L’actu en images 18 Histoires d’Archives À lire / BD 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :