[03] Reflets d'Allier n°98 mar/avr 2019
[03] Reflets d'Allier n°98 mar/avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°98 de mar/avr 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (205 x 285) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : espaces naturels sensibles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 ◗ La tribune politique majorité union républicaine pour le bourbonnais (URB) Retrouver le sens d’un destin commun L’année 2019 s’est ouverte en France comme 2018 s’était achevée, sur le constat d’une impasse démocratique préoccupante, dans un climat de violence déstabilisant pour notre pays, et au-delà. Pour tous les démocrates, dont font partie les élus du groupe de l’URB, Union républicaine pour le Bourbonnais, il est urgent de renouer le dialogue entre l’État et les citoyens pour redonner à toutes et tous le sens de notre destin commun. Il faut admettre que les politiques de tous bords ont leur part de responsabilité dans ce ras-le-bol. Ceux qui n’hésitent pas à lever opposition groupe socialiste, RÉPUBLICAIN et apparentés Reflets d’Allier/Mars - Avril 2019 les peurs stériles et les faux-espoirs quand ils sont dans l’opposition sont souvent les mêmes qui dérogent, voire renoncent, à leurs grands idéaux une fois au pouvoir. En l’occurrence, l’actuel Gouvernement fait preuve d’une surdité et d’une maladresse d’autant plus cuisantes qu’il avait bâti sa crédibilité sur la promesse d’un changement radical. À plusieurs reprises, le Président Macron a fait la démonstration de son incompréhension totale face à la réalité des Français, notamment de celles et ceux qui habitent comme nous dans un département groupe communiste, républicain et citoyen à dominante rurale, loin de Paris, loin des yeux des décideurs et des médias. Il est resté sourd aux signaux d’alerte que lui faisaient remonter les élus locaux, les premières sentinelles de la République. Les griefs sont nombreux, mais les enjeux sont trop grands pour notre pays. Ainsi, les élus de la majorité départementale, en toute responsabilité, participent au « Grand Débat national » et veillent à ce que le Gouvernement en tire des conclusions constructives pour nos territoires. ◗ Grand Débat  : il faut des traductions concrètes ! Après un an et demi d’exercice « jupitérien » du pouvoir, le Président de la République est confronté à une crise sociale sans précédent, autant sur la forme que sur le fond. C’est encore plus vrai dans les départements comme le nôtre, malmenés depuis des années par des politiques libérales qui redoublent d’intensité depuis l’arrivée de M. Macron au pouvoir. À court de solutions face à cette exigence démocratique et sociale qu’il ne comprend pas, le Président a ouvert, jusqu’au 15 mars, un « Grand Débat ». Dont acte ! Mais cela ne doit être ni une manœuvre de L’Allier mis à mal diversion, ni un écran de fumée. Les élues de terrain que nous sommes, en contact direct et permanent avec la population, n’ont pas attendu M. Macron et son « Grand Débat » pour dénoncer les fractures territoriales, lutter contre le projet régional de santé, défendre nos services publics, batailler contre la limitation de vitesse à 80 km/h… Nous n’avons pas attendu pour inventer des réponses politiques nouvelles, comme la démarche des « Nouvelles Ruralités » que nous avons initiée il y a des années. Les exigences portées par les gilets jaunes de nos ronds-points, les blouses blanches de nos hôpitaux, les robes noires de nos tribunaux, les cols bleus de nos usines… sont claires. Elles doivent être entendues, et attendent des réponses concrètes. Pour une meilleure répartition des richesses et l’amélioration du pouvoir d’achat, pour une profonde démocratisation de la société et le développement de nos services publics, pour le respect des collectivités locales et des territoires ruraux… C’est un changement profond qui est attendu, dès le lendemain du 15 mars. Pas de louvoiement, ni d’effet de manche ! ◗ La politique de la majorité du « laisser-faire » ne répond pas aux enjeux du territoire. Claude Riboulet l’a d’ailleurs parfaitement assumé à plusieurs reprises. Bref, sur les dossiers cruciaux pour le Département, la droite a décidé d’être aux abonnés absents. Dans l’Allier, l’échelon départemental n’est plus défendu, vidé de sa substance non pas par l’État mais par l’URB. Le Président Riboulet et sa majorité ont choisi le repli, le chacun pour soi, le « débrouillez-vous ». C’est une grave erreur. Alors que le logement social concerne des milliers de personnes dans l’Allier, qu’avons-nous eu comme initiative forte à l’heure où des décisions majeures se décident ? La droite refuse de prendre ses responsabilités dans un moment où la défiance envers les élus est forte, dans un moment où le sentiment d’abandon des populations fait exploser la colère, dans un moment où il serait possible d’agir à notre niveau. Que compte faire le Département pour défendre et faire exister l’Allier, mise à part des campagnes de communication ? Dans le champ social, des économies ont aussi été faites au détriment des Bourbonnais. L’URB a ainsi supprimé des dispositifs de solidarité emblématiques comme l’aide au permis de conduire pour les jeunes. Le rôle du Département, qui est un amortisseur social face aux aléas de la vie, est mis à mal. Toutes ces aides, qui paraissent superflues à la majorité actuelle, sont pourtant nécessaires au maintien d’une justice sociale. De leur côté, les élus du groupe Socialistes, Républicains et Apparentés continuent d’agir pour une politique départementale plus juste et pour le développement d’un territoire plus solidaire. ◗
Le Département à la loupe Enquête de lectorat  : les résultats Afin d’être au plus près des attentes des lecteurs de « Reflets d’Allier », le Conseil départemental a organisé une enquête de lectorat autour de son magazine. Les résultats sont là. ◗ Le nom du magazine du Conseil départemental est Reflets d’Allier. Est-ce que cela vous dit quelque chose ? Oui 84% Non 16% Avec 84% de notoriété, Reflets d’Allier est largement au-dessus du score généralement observé sur ce type de magazine (69%). ◗ Que faites-vous de Reflets d’Allier lorsque vous le recevez ou que vous vous le procurez ? Vous le lisez en entier ou presque 26% Vous le lisez en partie 40% Vous le feuilletez 27% Vous ne le lisez pas 6% 66% des habitants le lisent en entier ou plusieurs articles, soit 52% de la population totale. Là encore, un score au-dessus de la norme. ◗ Quelle appréciation globale portez-vous sur Reflets d’Allier ? Vous en êtes… Très satisfait 16% Assez satisfait 67% Assez peu satisfait 6% Pas du tout satisfait 1% Ne sait pas 10% Une appréciation globale positive de 83%. Merci ! Le Département et la rédaction de Reflets d’Allier remercient toutes les personnes ayant participé à l’étude de lectorat autour du magazine départemental. Sources  : TMO Régions – Enquête téléphonique réalisée du 5 au 7 déc. 2018 auprès d’un panel représentatif de 605 Bourbonnais. ◗ Qu’attendez-vous en priorité de Reflets d’Allier ? ◗ 21 Qu’il informe sur ce que fait le Département pour vous au quotidien 35% Qu’il parle de l’actualité du territoire 68% Qu’il relaie l’agenda des loisirs 24% Que les Bourbonnais soient au centre de ses articles 15% Reflets d’Allier interagit clairement sur le quotidien des Bourbonnais. Aujourd’hui, le Conseil départemental envoie son magazine dans toutes les boîtes aux lettres. Mais à l’avenir, seriez-vous intéressé si… Il était envoyé gratuitement, uniquement aux gens en faisant la demande  : Oui 66% Non 28% Il était disponible uniquement sur internet  : Oui 27% Non 69% Il était mis à disposition dans des lieux publics et des commerces  : Oui 53% Non 43% Les Bourbonnais semblent relativement ouverts à l’envoi sur abonnement gratuit et à la mise à disposition dans des lieux publics. Reflets d’Allier/#FierAllier



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :