[03] Reflets d'Allier n°92 mar/avr 2018
[03] Reflets d'Allier n°92 mar/avr 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°92 de mar/avr 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (205 x 285) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 8,5 Mo

  • Dans ce numéro : Allier, classe seniors.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 ◗ La vie économique MADE IN BOURBONNAIS LAMARTINE CONSTRUCTION ENVOIE DU LOURD À Thiel-sur-Acolin, Lamartine Construction propose des solutions clés en main pour les équipements des zoos. L’entreprise spécialisée dans les charpentes, les structures métalliques et la préfabrication béton, n’oublie pas pour autant ses clients de toujours  : le monde agricole et l’industrie. Au mois de septembre, l’European Association of Zoos and Aquaria (Eaza) se retrouvera à Athènes. Elle rassemblera 350 parcs zoologiques et des partenaires associés. Parmi eux, Lamartine Construction. À cette occasion, l’entreprise de Thiel-sur-Acolin présentera son premier catalogue de produits de contention en kit destiné au monde de la zoologie. Montée en charge Actuellement, elle le peaufine. « Dès la création de notre usine spécialisée dans le béton et le métal, nous avons travaillé avec le PAL. En 2004, sa capacité à faire confiance à des entreprises locales et à les inscrire comme des partenaires et non de simples fournisseurs, nous a conduits à être présents sur les projets chimpanzés et éléphants du parc », se remémore Pierre Lamartine, président de l’entreprise éponyme. Une poignée d’années collaboratives après, la société bourbonnaise spécialisée dans le béton et le métal, se retrouve à concevoir une éléphanterie au zoo de Touroparc, proche de Mâcon. À côté de cela, elle réalise des installations pour des animaux exotiques, créant des modèles pouvant être déclinés à foison. Très vite, elle se dote d’un bureau d’études et en 2013 réalise le plus grand centre de conservation d’éléphants d’Asie au parc de Pairi Daiza en Belgique. Une stratégie adaptée Lamartine Construction compte parmi ses clients de renom la Palmyre, le zoo de Bordeaux-Pessac, Beauval… « Comme membre de l’Eaza, nous avons accès à des bases de données professionnelles reprenant Reflets d’Allier/Mars - Avril 2018 amartine Construction les dernières recommandations. Nous pouvons en tenir compte dans nos propositions, note Anthony Gueugneau, ancien chargé de projet zoologie et maintenant directeur général de l’entreprise bourbonnaise. La notion de bien-être animal est également très importante et c’est pourquoi il est fondamental d’associer les personnes intervenant au quotidien auprès des animaux. » Aujourd’hui, la force de la société réside dans la valeur ajoutée de ses produits  : portes, abreuvoirs, mangeoires ludiques… pouvant résister à des mastodontes et même aux primates, « les animaux les plus complexes associant force, intelligence et manipulation ». Un ancrage local Les commandes zoologiques représentent près de 20% du chiffre d’affaires de l’entreprise. « C’est un axe de développement mais nous restons très attachés à nos clients historiques  : le secteur agricole et le secteur industriel. Il ne faut pas oublier que nos équipes construisent 5 bâtiments par mois, dans un rayon de 150 km. Ce n’est pas neutre », rappelle Pierre Lamartine, qui n’hésite jamais à appliquer la méthode des vases communicants, adaptant les process de fabrication d’un secteur à un autre. Et bien que le sur-mesure soit aussi de mise chez ces clients, avec ses équipes, il étudie la sortie d’un catalogue de produits standards béton rien que pour eux, un autre moyen de conforter la stabilité et la pérennité de l’entreprise. ◗ Ili PLUS D’INFOS www.lamartine-construction.com REPÈRES 1998 Création à Thiel-sur-Acolin 45 Nombre de salariés 7 M € Chiffre d’affaires 5 000 m² Surface de l’entreprise L’entreprise a créé une éléphanterie près de Mâcon.
L’E-Bulle ou les moyens de la réussite Depuis le début de l’année, Leet Design, start-up du bassin vichyssois, a ouvert sa chaîne d’assemblage à Creuzier-le- Neuf. Elle occupe 300 m² dans la pépinière d’entreprise de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI). Ici, on ne fabrique qu’un seul produit  : l’E-Bulle, un ballon hyperconnecté permettant de s’isoler du monde extérieur en profitant des dernières technologies numériques. « Nous souhaitons garder la main sur l’ensemble de la production de notre fauteuil immersif connecté. Notre mobilier premium nécessite une qualité constante », souligne Gaspard Broustine, en charge de la gestion et du développement de l’entreprise. MARCHÉS PUBLICS DU DÉPARTEMENT Leet Desgin chez Wynd Pour arriver à ses fins et conquérir l’international, Leet Design a obtenu une levée de fonds de 1 M € . Elle s’inscrit dans le cadre du dispositif JEREMIE Auvergne 2, un co-financement de l’Europe et de la Région, complété par BPI France et BNP Paribas. Plus qu’une belle victoire, il s’agit d’un point d’étape pour Gaspard Broustine et Géry Molas (directeur commercial), rejoints par Marius Ovize, un enfant du cru, maintenant directeur industriel du site d’assemblage. « Depuis notre création, il y a trois ans, nous avons vendu plus d’une cinquantaine d’E-Bulle, en majorité à des grands groupes. Mais notre marché est très large. N’importe quelle société tertiaire est un client potentiel, comme les lieux accueillant du public », souligne Gaspard Broustine. Si l’entreprise a déjà plusieurs contacts avec des distributeurs à l’étranger, comme à Dubaï, elle entend bien aller plus loin. Dans les prochains mois, elle renforcera son équipe commerciale afin de confirmer son assise dans le design tech mondial. ◗ PLUS D’INFOS I www.leet-design.com L’EMPLOI VECTEUR D’INSERTION Le Conseil départemental lance régulièrement des appels d’offres pour réaliser ses travaux. Sous l’égide d’Annie Corne, vice-présidente chargée de l’insertion et de la prévention spécialisée, il a activé la clause d’insertion dans ses marchés publics. Elle a pour but de favoriser le retour à l’emploi des personnes qui en sont éloignées. Le Département souhaite réserver un nombre d’heures de travail à des publics en insertion (au minimum 5% du volume global)  : bénéficiaires du RSA, jeunes de moins de 26 ans sans qualification, demandeurs d’emploi longue durée et personnes en situation de handicap. De son côté, l’entreprise a plusieurs alternatives  : le recrutement direct (CDI, contrat en alternance, CDD), la sous-traitance, la cotraitance avec une entreprise d’insertion ou la mise à disposition de personnel (entreprises de travail temporaire d’insertion, associations intermédiaires, groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification). PLUS d’infos 04 70 34 39 31 – allier.fr La vie économique ◗ 21 Plus qu’un gâteau, un univers Le Monde du Macaron poursuit son ascension. Fin 2017, l’entreprise montluçonnaise a ouvert sa dernière concession à Francfort (Allemagne). C’est sa 24 e ! Elle complète ses 4 boutiques-salons de thé en nom propre. Et ce n’est pas fini  : d’autres implantations sont programmées dans le nord de la France mais également au Qatar ou encore au Canada (négociations en cours). En parallèle, la société a investi dans l’agrandissement de son laboratoire de la cité du bord du Cher, avec le soutien du Département, où elle emploie 19 personnes, dont 12 pâtissiers, à même de fabriquer 4 millions de macarons par an. « La totalité de notre production est faite à la main et réalisée dans cette unité. Nous travaillons également avec des partenaires  : Chocolat Weiss, Confiserie du Roy René, Nespresso et les Sirops Monin », liste Franck De Freitas, soucieux de diversifier ses propositions commerciales. Le chef d’entreprise, qui a grandi à Montluçon, a peu de temps à lui. Son concept créé avec son épouse en 2010 pour démocratiser le petit gâteau rond et coloré a le vent en poupe. Actuellement, sa gamme compte plus d’une centaine de parfums  : « Chaque boutique en présente près de 25. Elles peuvent les renouveler à loisir », poursuit l’entrepreneur, qui régulièrement, avec son équipe, conçoit de nouveaux macarons pour accompagner des lancements prestigieux de produits. En parallèle, il accorde une attention toute particulière, saupoudrée d’une bonne dose d’investissement, au développement du packaging  : « Un macaron sur deux est acheté pour être offert. Nous essayons d’avoir toujours un coup d’avance », confie Franck De Freitas. Si le Monde du Macaron bénéficie d’une reconnaissance internationale, il n’est pas question pour son créateur de délocaliser. Il reste fidèle à sa ville et à son département, sachant qu’il peut s’appuyer sur un réseau local solide (transports, main-d’œuvre, partenaires institutionnels…). PLUS d’infos www.mondedumacaron.fr Reflets d’Allier/#FierAllier



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :