[03] Reflets d'Allier n°87 mai/jun 2017
[03] Reflets d'Allier n°87 mai/jun 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°87 de mai/jun 2017

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (205 x 285) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : améliorer son habitat, tout reste possible.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 La tribune politique UNION RÉPUBLICAINE POUR LE BOURBONNAIS W w W Refonder l’action départementale Le budget 2017 de notre collectivité, adopté en février dernier, concrétise la volonté d’agir de la majorité départementale  : la volonté d’une collectivité qui se redresse financièrement, la volonté d’une solidarité des territoires renouvelée, la volonté de solidarités humaines plus fortes. Parfois, les exécutifs présentent le budget qu’ils portent comme un budget « de combat » ou « de résistance ». De fait, si on pèse réellement ces mots, dans le contexte économique Nous répondons à l’appel que nous lancent nos concitoyens actuel, tous les budgets sont des budgets de combat, des budgets de résistance. Pour la majorité départementale, c’est davantage un budget de refondation du Département. Qui dit refondation, dit déjà, c’est indispensable, un budget sur des bases saines. Avec, en 2017  : une épargne brute qui progresse, un recours à l’emprunt qui diminue, des dépenses de personnel maîtrisées et des frais généraux encore en réduction, et cela sans recours au levier fiscal. Refondation, car notre Département relève le défi de se réorganiser autour d’un nouveau socle de compétences et de refonder sa légitimité, sa pleine pertinence, au cœur du bloc public local comme l’acteur des solidarités humaines et territoriales. Et ce, malgré la perte de la clause générale de compétence. Voilà, concrètement comment nous, élus du Département, nous répondons à l’appel que nous lancent nos concitoyens. Nous ne nions pas les difficultés, mais nous refusons la fatalité. Nous répondons par de l’action. Nous répondons par des investissements en faveur du territoire, au plus près du quotidien des Bourbonnais. Nous ne proposons pas de « rêve éveillé », ni de « Grand Soir », ni d’hologramme virtuel, mais un projet solide et responsable. Reflets d’Allier/Mai - Juin 2017 GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET APPARENTÉS Un budget 2017 de renoncement Le budget 2017 a été présenté par la droite lors de la dernière session du Conseil Départemental. C’est un budget de renoncement, dans une période où les Bourbonnais ont plus que jamais besoin de solidarité, de justice sociale, de perspectives. Nous avons réaffirmé notre opposition au fait que la proposition de budget 2017 ne tenait pas compte de l’affectation des résultats du budget 2016 et de ses excédents. Or, nous avions noté lors de l’exercice précédent des évolutions importantes, de l’ordre de 20%, entre les prévisions budgétaires et les réalisations. Effectivement, par ce procédé, la majorité départementale avait l’an dernier injustement augmenté les impôts de 14% alors que ce n’était pas nécessaire au vu des 5 M € d’excédents. Des contraintes importantes pour tous les Bourbonnais Ce budget 2017 se calque sur celui de 2016, qui avait une double caractéristique  : une diminution drastique des dépenses, notamment ciblées sur les aides aux associations et les plus fragiles ainsi qu’une baisse de l’investissement pour l’ensemble de l’Allier. La droite reste donc dans sa ligne budgétaire  : des contraintes importantes pour tous les Bourbonnais, puisqu’elle reconduit cette année tous les efforts demandés l’an dernier. Concernant l’avenir de l’Allier, une fois de plus, aucun projet nouveau n’est apparu, laissant place à une gestion au fil de l’eau, sans vision, ni stratégie pour l’avenir. Par conséquent, les élus du Groupe socialiste, républicain et apparentés ont donc voté contre ce budget. Face à cet abandon du territoire, les élus socialistes réaffirment leur attachement à l’échelon départemental, collectivité indispensable dans les territoires ruraux pour garantir les solidarités humaines et territoriales. GROUPE COMMUNISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN L’Alchimie du choix L’avenir de nos territoires relève de choix. Le double langage tenu par certains représentants politiques de droite ne doit laisser personne dupe. D’un côté ils ont un discours adapté aux habitants de leur département ou de leur commune, celui du manque de moyens des collectivités, et de l’autre ils défendent une vision idéologique globale, celle de l’austérité. Ils accusent la chute brutale des dotations de l’État mais, en même temps, prônent une baisse des dépenses publiques. Ces contradictions laissent entendre aux concitoyens que nous sommes tous les victimes d’un système que personne ne maîtrise. Il n’en est rien. Il n’y a pas de fatalité en politique Les choix faits aujourd’hui, ou ceux qui sont annoncés, conduisent à une déstabilisation de nos administrations locales au profit d’une centralisation des richesses et des pouvoirs autour de méga-régions et des métropoles. Sur fond d’étranglement financier, certaines collectivités sont désormais en grande difficulté pour assurer des missions pourtant essentielles à la population. Et qu’en sera-t-il demain ? Allons-nous continuer à soutenir le siphonage des activités économiques par les grandes aires urbaines ou à encourager une répartition des investissements sur tout le territoire ? Allons-nous nous donner les moyens d’engager une politique de développement local ou assister impassibles à l’abandon de zones déjà fragilisées ? Il n’y a pas de fatalité en politique. Il est urgent de reconnecter l’État aux besoins de tous et de permettre un développement équilibré entre les territoires. L’investissement public doit être relancé par une véritable autonomie financière des collectivités locales. Pour nos départements, un autre avenir est possible mais pour cela, nous ne devrons pas faire l’économie des bons choix.
ASSISTANT(E) FAMILIAL(E) Le Département à la loupe UN MÉTIER QUI RECRUTE ! Le Conseil Départemental emploie des assistants familiaux dans l’Allier. Ils accueillent des enfants confiés au Département. Actuellement, en raison de nombreux départs à la retraite, cette profession recrute. Ce métier relève autant d’un projet de vie que d’un projet professionnel. C’est quoi ce métier ? Être assistant(e) familial(e), c’est accueillir à son domicile, jour et nuit, week-end et vacances scolaires, de 1 à 3 enfants, âgés de 0 à 18 ans (parfois jusqu’à 21 ans) ne pouvant pas vivre dans leur famille pour une période donnée. C’est garantir à un enfant accueilli, un cadre éducatif bienveillant, stable et sécurisant. Il s’agit d’apporter attention, affection, soins, en le faisant participer activement à la vie de la famille de l’assistant(e) familial(e). C’est aussi s’investir dans sa scolarité, sa vie sociale et culturelle. C’est accepter un enfant avec un parcours de vie difficile, issu d’une culture et/ou d’une religion parfois différente, le respecter dans son identité, tout en restant ouvert et en créant des liens. L’assistant(e) familial(e) travaille dans une équipe de protection de l’enfance et collabore avec d’autres partenaires (soins…) dans l’intérêt de l’enfant accueilli. Ce métier est-il fait pour vous ? Vous appréciez de pouvoir gérer le quotidien de l’enfant accueilli et de vous organiser en prenant prioritairement en considération la satisfaction de ses besoins. Vous pouvez faire appel à votre sens du relationnel et de la communication avec la famille des enfants. Vous souhaitez transmettre des valeurs éducatives en suivant le rythme de l’enfant accueilli, qui a besoin de beaucoup de temps et d’écoute en raison de sa situation. Vous êtes disponible et mobile pour pouvoir effectuer tous les déplacements utiles à l’enfant accueilli. Pour exercer le métier, un agrément du Conseil Départemental est obligatoire. PLUS D’INFOS 04 70 34 40 03 - (demander le Pôle enfance-famille) ôô 60 350 ô 651 Nombre d’heures de formation obligatoires avant le 1er accueil Nombre d’assistants familiaux dans l’Allier Reflets d’Allier/allier.fr 21 Nombre d’enfants accueillis chez les assistants familiaux (976 dans l’Allier) Phovoir



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :