[03] Reflets d'Allier n°87 mai/jun 2017
[03] Reflets d'Allier n°87 mai/jun 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°87 de mai/jun 2017

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (205 x 285) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : améliorer son habitat, tout reste possible.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 Le dossier Notre entreprise a été créée en 2009, il est donc difficile d’évaluer l’impact financier du programme « Habiter mieux » sur notre chiffre d’affaires. Pour nous, les projets aidés par l’Anah et appuyés par le Conseil Départemental restent minoritaires. Cependant, en tant qu’installateurs chauffage et diagnostiqueurs, je trouve le système de binôme avec un thermicien et un financier très complémentaire. Issue du monde associatif et investie au niveau national pour la transition énergétique, j’ai pu me rendre compte que cela ne marchait pas aussi bien ailleurs. En plus, il est toujours intéressant d’avoir un autre interlocuteur technique, ayant la confiance des propriétaires, pour optimiser les solutions apportées. » Emmanuelle Bertho Gérante de la Scop Énergies Vertes (Blomard) Reflets d’Allier/Mai - Juin 2017 k Suite au décès de ma mère, j’ai racheté à mon frère les parts de la maison qu’elle occupait. Tout était en très mauvais état. J’ai entendu parler des aides de l’Agence nationale de l’habitat (Anah). J’ai trouvé un vrai accompagnement auprès des services du Département. S’engager dans un tel chantier demande beaucoup d’énergie, de papiers, de travaux… C’est un véritable investissement ! Je me suis même transformée en maître d’œuvre. À chaque fois que j’avais des doutes, j’ai toujours trouvé un appui auprès de la cellule habitat. Plus d’un an s’est écoulé entre le début du dossier et la fin des travaux. J’ai dû faire un emprunt auprès de ma banque mais sans les aides financières perçues je n’aurais jamais pu atteindre ce niveau de rénovation. En contrepartie, je me suis engagée à louer la maison pendant 9 ans à un loyer social et je ne le regrette pas. » Nicole Aufauvre Retraitée de l’Éducation nationale (Moulins) Nous habitons avec ma famille une longère. Depuis longtemps, nous cherchions une solution de chauffage plus performante et écologique que notre vieil insert bois et nos radiateurs électriques. Un ami nous a parlé de la démarche du Département. Sans ces aides techniques et financières, nous ne nous serions jamais lancés. L’accompagnement a été impeccable. Nous avons dû faire une avance de trésorerie mais nous avons touché les subventions très rapidement après la déclaration de la fin des travaux. Elles ont représenté près de 40% des frais engagés. Désormais, nous avons une chaudière bois avec accumulateur de chaleur et un système de chauffage central muni de 12 radiateurs. C’est vraiment un autre confort ! Et comme je coupe mon bois, notre retour sur investissement sera rapide. » Benoît Laurent Le Gentil En couple avec 3 enfants (Marcillat-en-Combraille) Vi VI Suite à un accident de voiture en décembre 2011, mon mari est devenu hémiplégique du côté droit. Nous avons dû réaménager l’ensemble de la maison qu’il avait bâtie. Nous avons sollicité la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) et l’Anah pour nos derniers travaux  : deux plans inclinés, un dans la cuisine et un autre devant l’entrée ainsi qu’un cheminement jusqu’au hangar abritant la voiture. Je n’arrivais pas à pousser le fauteuil de mon mari dans les graviers. Cette période a été particulièrement pénible car il y a eu du retard dans le chantier en raison d’un sous-traitant. Heureusement, c’est fini et j’attends maintenant les subventions de l’Anah. Désormais, j’aimerais bien trouver un moyen de faire co-financer des travaux pour que mon mari puisse aller dans la piscine qu’il a construite avant son accident. » Corinne Bertran Mariée, 2 enfants (Treteau) i
PLAN DÉPARTEMENTAL DE L’HABITAT PLUS OPÉRATIONNEL QUE JAMAIS Dans quelques semaines, le Département adoptera la révision de son Plan de l’habitat 2017-2022. Sa grande nouveauté réside dans la définition d’actions pragmatiques et opérationnelles, à même d’être partagées par l’ensemble des acteurs institutionnels du logement dans l’Allier. Ce document résulte de plusieurs mois de travail où ont été notamment réalisés un diagnostic de l’offre de logements et un travail concerté avec les opérateurs bourbonnais (communautés de communes, agglomérations, gestionnaires du parc public, État…), conduit par Catherine Corti, vice-présidente en charge de l’Habitat et de l’Urbanisme au Département. Au final, le nouveau plan départemental de l’habitat défend trois principes  : la transversalité, pour assurer la cohérence entre les différentes politiques de l’habitat dans l’Allier ; la proximité, pour conforter une approche territoriale (les attentes ne sont pas les mêmes partout) ; l’opérationnalité, pour répondre aux besoins de la population et des acteurs locaux. Une vraie feuille de route que chacun pourra s’approprier. L'attractivité des centres-bourgs demeure un enjeu de taille. ENTRETIEN AVEC Véronique Pouzadoux Conseillère départementale déléguée au logement Quels sont pour vous les premiers enjeux de la rénovation et de l’adaptation des logements du parc privé de l’Allier ? V. P.Cela concerne autant l’attractivité que l’aménagement du territoire. L’Allier compte 62% de propriétaires occupants. Dans un parc vieillissant, les logements sont souvent loin de répondre au goût du jour et sont rarement adaptés au coût de la vie. L’action du Département participe à la bonne préservation des bâtiments, permet d’anticiper les besoins des plus de 65 ans et fait aussi vivre l’économie locale. Avez-vous des données chiffrées traduisant cet impact sur notre économie ? V. P.Cela représente en moyenne 15 M € de travaux par an et près de 850 logements. Sur ce montant, l’aide de l’État représente 8 M € . C’est une des rares politiques publiques où il investit encore de l’argent. Donc, nous avons tout intérêt à agir maintenant. À cela s’ajoutent des subventions complémentaires de nos collectivités locales  : communes, intercommunalités, etc. Ce montant n’a rien d’anecdotique… V. P.Cette somme est conséquente mais il faut savoir que l’Allier a été l’un des premiers et des seuls départements Le dossier 17 CC » français à avoir un Point rénovation info service (Pris) qui couvre l’ensemble du territoire. Son offre de service est moteur pour mobiliser les aides. Le Pris est le lieu où chacun peut avoir des conseils neutres, gratuits et adaptés à son mode de vie et à ses finances. Est-ce que le Conseil Départemental intervient seul ? V. P.Nos techniciens s’inscrivent dans un réseau départemental très actif, qui fonctionne bien. C’est important pour nous de proposer un niveau et une qualité de services similaires dans l’ensemble de l’Allier. Avec la cellule habitat énergie, il n’y a pas de différenciation entre le rural et l’urbain. Nous accompagnons une politique équitable pour tous les Bourbonnais. D’ailleurs, nous agissons tous dans le même sens car derrière il y a des enjeux économiques, environnementaux et sociaux. Reflets d’Allier/allier.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :