[03] Reflets d'Allier n°86 mar/avr 2017
[03] Reflets d'Allier n°86 mar/avr 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°86 de mar/avr 2017

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (205 x 285) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : routes, le département à l'œuvre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 ◗ Le dossier CONTOURNEMENT NORD-OUEST DE VICHY DES AVANCÉES PROBANTES Voici plus d’un an que le contournement sud-ouest de Vichy, reliant l’autoroute A 719 à Bellerive-sur-Allier et la route de Thiers à Saint-Yorre, est en service. Mais qu’en est-il du nordouest ? Réuni en décembre dernier par le Préfet, le comité de pilotage a validé le tracé préférentiel présenté aux élus locaux, aux partenaires institutionnels et associatifs. Des aménagements spécifiques Ce même fuseau avait reçu l’approbation des communes traversées (Espinasse-Vozelle, Vendat, Charmeil et Saint-Rémyen-Rollat), qui avaient délibéré au préalable. Pour rappel, cette nouvelle section routière à 2 voies, d’environ 6,5 km, doit relier l’A 719 à Bellerive-sur-Allier et le giratoire de « la Goutte » à l’intersection des RD 6 et 67 à Saint-Rémyen-Rollat. La RD 67 nécessitera d’ailleurs un aménagement spécifique sur environ 5,5 km, du giratoire de « la Goutte » à la RN 209, jusqu’au niveau de celui de Creuzier-le-Neuf. Une réunion publique devrait être organisée dans les semaines à venir pour présenter le projet aux riverains. Désormais, l’État peut poursuivre les études, dont le financement est inscrit au Contrat de plan État-Région (CPER) 2015-2020, en vue d’une déclaration d’utilité publique en 2018/2019. Les crédits de financement de cette infrastructure majeure pour l’agglomération et le bassin vichyssois devraient être inscrits au CPER 2020-2025, conformément à l’engagement de l’État. Reflets d’Allier/Mars - Avril 2017 Billy  : une nouvelle circulation à l’étude La mise à double sens de la traversée de Billy a été actée. Au fil des années, ses habitants ont pourtant vu passer des millions et des millions de véhicules sous leurs fenêtres. Le trafic sur cette portion de la RN 209 est même estimé à 6 000 véhicules/jour, dont 20% de camions. Le village médiéval retrouvera davantage de tranquillité. Cette nouvelle desserte nécessite l’élargissement de la voie actuellement en sens unique dans le sens sud/nord (Vichy/Varennes-sur-Allier). Inscrit au Contrat de plan État-Région (CPER) 2015-2020, ce projet est compris dans une enveloppe de 2,4 M € incluant les études la déviation de Bessay-sur-Allier, de Trévol et le contournement nord-ouest de Vichy. Le Département, engagé à hauteur de 500 000 € sur le dossier de Billy, a bon espoir de voir débuter les travaux au second semestre 2017, la commune ayant déjà procédé aux acquisitions foncières. Quant à la voie actuelle nord-sud en sens unique (Varennes-sur-Allier/Vichy), transférée à la commune, elle fera l’objet d’une réhabilitation dans le cadre d’un projet global d’aménagement. ◗ RN 7  : pas à pas Reportée à deux reprises, la déviation de Varennes-sur-Allier est désormais ouverte à la circulation depuis le 21 décembre 2016. Cette 2 x 2 voies de 9 km, financée exclusivement par l’État, relie la RD 46 au nord de la commune à la RN 209 au sud. Attendu depuis de nombreuses années par les élus locaux et les habitants, cet axe apporte davantage de sécurité aux passants, plus de calme aux riverains et une réduction du niveau de pollution, les poids lourds ne traversant plus la commune. Cependant, tous les travaux relatifs à la mise à 2 x 2 voies de la RN 7 ne progressent pas de manière uniforme. L’ouverture de la déviation de Villeneuve-sur-Allier, initialement programmée en 2017, a été reportée à l’automne 2019. Les ouvrages d’art sont déjà réalisés. Les premiers travaux de terrassement de ce tronçon de 6,9 km doivent débuter très prochainement. Les suivants (chaussée, équipements, marquage…) s’échelonneront jusqu’à la mise en service. Le calendrier est beaucoup moins clair pour la déviation de Bessay-sur-Allier ou encore le barreau de Trévol. N’est inscrit au Contrat de plan État- Région (CPER) actuel que le financement des études de ces projets. ◗
RCEA  : sur la bonne voie La commission d’enquête a rendu son verdict et il est sans appel  : avis favorable sans réserve de l’utilité publique de la mise à 2 x 2 voies en concession de la RCEA (Route Centre-Europe Atlantique) entre Digoin et Montmarault. La première étape est franchie avec succès pour ce projet estimé à 500 M € , au cœur des préoccupations des automobilistes et des élus départementaux. Ces derniers, en dépit des alternances politiques, n’ont eu de cesse de pointer sa nécessité et son urgence. Célèbre malheureusement pour son accidentologie élevée, cette liaison transversale reliant la façade atlantique depuis Royan au sillon rhodanien et au-delà à l’Allemagne, la Suisse et l’Italie, supporte un trafic journalier de 12 000 à 15 000 véhicules, dont une proportion élevée de poids lourds. Des premiers travaux de sécurisation ont été engagés par l’État en 2016 à hauteur de Montbeugny (suppression de la possibilité de dépasser). Toutefois, la route demeure encore longue jusqu’à la mise à 2 x 2 voies de cette portion de 92 km. Selon le calendrier fourni, le démarrage des travaux n’interviendrait qu’en 2020 et la mise en service fin 2021, la phase d’étude étant programmée jusqu’en 2019. Prochaine étape  : la publication du décret de déclaration d’utilité publique dans les semaines à venir. ◗ ENTRETIEN AVEC Élisabeth Cuisset, Élisabeth Cuissot, Vice-présidente du Conseil Départemental chargée des infrastructures, des routes et des bâtiments. Vice-présidente du Conseil Départemental chargée des infrastructures, des routes et des bâtiments. Quels objectifs a le Conseil Départemental en matière de routes départementales ? E.C. La voirie départementale constitue une compétence obligatoire des Départements. La collectivité en a fait une priorité avec plus de 70 M € sur 5 ans, dont 14 M € cette année. Il faut maintenir la qualité de notre réseau routier et poursuivre nos efforts en matière d’aménagements de sécurité. Nous sommes très attentifs aux remontées du terrain, qu’elles proviennent des agents ou des élus locaux. Toutefois, pour être amenée à me déplacer fréquemment sur les routes de France, l’Allier n’a pas à rougir de la qualité de ses infrastructures, qui sont dans l’ensemble bien entretenues. Pouvez-vous nous parler des projets routiers en lien avec l’État ? E.C. Je suis satisfaite de la mise en service par l’État du contournement sud de Varennes-sur-Allier. Aujourd’hui, nous en avons une vision très claire, ce qui n’a pas toujours été le cas. La mise en concession de la RCEA entre Digoin et Montmarault chemine normalement. Ce dossier complexe devrait se concrétiser à l’horizon 2021. Cependant, nous avons des regrets visà-vis du Contrat de plan État-Région 2015- 2020. Le montant de l’enveloppe dédiée aux projets bourbonnais est largement insuffisant. Elle s’élève seulement à 50 M € contre 97,5 M € dans le CPER précédent. En acceptant la mise en concession de la RCEA, nous avons cru que l’enveloppe budgétaire allouée à la mise en 2 x 2 voies de la RN 7 serait plus élevée. Il n’en est rien. Le CPER actuel ne prévoit que la poursuite de chantiers initiés précédemment. En plus, la mise en œuvre des études tarde, ce qui repousse le début des travaux. La seule bonne nouvelle dans la révision de ce CPER, c’est que la Région va enfin participer aux travaux routiers dans notre département. Elle met ainsi Le dossier ◗ 17 fin à 10 ans de refus de considérer nos dossiers routiers comme prioritaires. Ses 2,4 M € vont permettre d’accélérer la mise en oeuvre des chantiers attendus comme la déviation de Villeneuve-sur-Allier, celle de Bessay-sur-Allier, le barreau de Trévol ou encore le contournement nordouest de Vichy. Il y a aussi du nouveau du côté de l’organisation. Le Département a rassemblé les services opérationnels au sein de la Direction de l’exploitation des routes. Elle intègre également les agents de l’Unité technique spécialisée (UTS)… E.C. Il s’agit d’un ancien service de l’État, confié au Département en 2011 lors d’un transfert de compétences. Jusque-là, il réalisait des travaux de voirie pour le compte de tiers tels que les communes. Cette spécificité obligeait l’UTS à disposer d’un budget annexe, synonyme de gestion complexe et de lourdeurs administratives. Dans un souci de simplification mais aussi pour une meilleure prise en compte des agents, il a été décidé d’intégrer l’UTS au sein de la Direction de l’exploitation des routes. Désormais, ces agents, qui possèdent un savoir-faire technique spécifique, le mettent au service exclusif du Département en intervenant sur le réseau routier départemental. Dorénavant, les communes doivent faire appel à des entreprises du secteur privé pour tous leurs travaux de voirie, un bon moyen pour ces dernières d’obtenir des chantiers supplémentaires et d’augmenter leur chiffre d’affaires. ◗ Reflets d’Allier/allier.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :