[03] Reflets d'Allier n°85 jan/fév 2017
[03] Reflets d'Allier n°85 jan/fév 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°85 de jan/fév 2017

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (205 x 285) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : collèges, 20/20 pour l'Allier.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 ◗ Le dossier ADOS AUX MANETTES Cette année, 34 jeunes siègent au Conseil Départemental des jeunes (CDJ). Âgés de 13 à 15 ans, ils sont scolarisés dans les collèges publics et privés de l’Allier. La plupart vivent leur première expérience de démocratie représentative. Cette année, les élus participent à un important projet autour de l’éveil à la culture. Pour en savoir plus sur cette r v Reflets d’Allier/Janvier-Février 2017 assemblée créée il y a 21 ans, il est possible de se connecter sur allier.fr ou de consulter le numéro de novembre-décembre de « Reflets d’Allier » (p. 21). Il existe un dernier moyen de suivre l’actualité du CDJ  : feuilleter son magazine « I.D’Ado », un trimestriel disponible dans les collèges de l’Allier ou en téléchargement sur allier.fr. Marcau, en classe de 3 e Mon père vérifie mes notes et mes devoirs sur l’ENT. INFORMATISATION DES COLLÈGES Des établissements équipés et connectés CE QU’ILS EN DISENT… Thierry Roche Professeur de technologie et référent numérique du collège Lucien-Colon à Lapalisse « Dès mon arrivée dans l’établissement en 2001, j’ai été correspondant TICE. Cela consistait essentiellement à faire des démarches pour la réparation de matériel auprès du Département. Depuis la rentrée de septembre 2016, mes missions ont évolué et je suis devenu référent numérique  : j’accompagne désormais les professeurs dans les usages numériques à des fins pédagogiques. C’est très important de rester connecté avec la réalité des élèves. Le numérique change leur rapport avec les professeurs  : cela crée une plus grande proximité. Nous avons pu le constater également avec l’arrivée des tablettes dans les classes, notre collège ayant participé à l’expérimentation conduite dans trois établissements de l’Allier. À partir d’exercices, avec mes collègues, nous avons testé de nombreuses applications dans ma matière, en langue, en sport… Les tablettes nous ont permis d’identifier plus rapidement la nature des difficultés rencontrées. Sur ces sujets, l’Éducation nationale travaille en lien avec le Conseil Départemental. Le numérique change en profondeur la pédagogie. Cela demande un accompagnement des enseignants, pas toujours habitués à utiliser ces nouveaux outils dans leurs cours. Pour prévenir une éventuelle fracture numérique, le Conseil Départemental a réduit de 5 à 3 ans son plan d’équipement informatique des collèges. Dans la foulée, il a doublé le budget consacré aux nouveaux achats. En 2017, il sera de 400 000 € . Cette somme permettra la poursuite de l’acquisition de nouvelles tablettes (près de 400), de classes mobiles, de portables, de barres de captures… Elle complète les 648 268 € consacrés aux investissements habituels  : remplacement des postes de travail, mise à niveau des serveurs, maintenance du matériel, accès à internet (près de 100 000 € par an) ou encore prise en charge de l’Environnement numérique de travail (ENT) pour lequel l’Allier était précurseur. De plus, cette politique numérique volontariste a permis au Département de bénéficier de financement dans le cadre du « Grand Plan numérique de l’État » et ainsi proposer plus rapidement aux collèges les équipements numériques indispensables pour construire l’école de demain.
Tout le monde à table L’éducation au goût et la valorisation de l’économie locale, telle est la recette gagnante des restaurants scolaires des collèges départementaux. Cuisiniers, aides cuisiniers et agents polyvalents, employés par le Conseil Départemental, confectionnent chaque jour 13 185 repas (près de 2 millions par an) dans les cuisines autonomes et modernes des établissements scolaires. Dans l’assiette des élèves, ce « Fait maison » tient compte des filières courtes et de l’agriculture biologique. Les produits locaux et de saison sont privilégiés dans la composition des menus. D’ailleurs, le Département et plusieurs collèges ont signé une charte pour encourager l’utilisation des produits d’Allier dans les restaurants collectifs. Toujours dans cette optique, sous l’impulsion de la collectivité départementale, la plateforme de commande « Agrilocal » est actuellement relancée. En parallèle, plusieurs collèges expérimentent diverses actions  : tri sélectif des plateaux, compostage… Afin que ce service de qualité soit accessible au plus grand nombre, le Département prend une partie des frais de restauration et d’internat. Ainsi, un repas d’un coût de revient moyen de 7 € est facturé 3,14 € . Et via le Fonds d’aide aux collégiens, le prix tombe à 1,69 € pour les familles disposant de faibles ressources (aide directement déduite de la facture). Loula, en classe de 6 e J’aime mon collège  : le self est bon, la cour est grande et je suis avec ma meilleure copine. f ENTRETIEN AVEC André Bidaud Vice-président du Conseil Départemental en charge des collèges, des TICE et des transports Comment se positionne le Conseil Départemental dans les collèges ? A.B. Le Conseil Départemental est partout, que ce soit au niveau des transports scolaires, de la construction des locaux, du chauffage des classes, de la confection des repas ou encore de l’accès internet. Ce ne sont que quelques exemples mais cela n’est pas neutre. À elle seule, la gratuité des transports scolaires représente 16 M € pour la collectivité. Les élèves et leur famille ne s’en rendent pas toujours compte mais les collèges sont « les écoles du Département ». Pourquoi avez-vous augmenté les crédits alloués ? A.B. Dans un contexte budgétaire contraint, c’est un choix financier fort et assumé. Sous l’impulsion de Gérard Dériot, président du Département, c’est une volonté de l’exécutif départemental d’agir en faveur de la jeunesse, et plus particulièrement des collèges, pour offrir aux jeunes les conditions du mieux-vivre et du mieux-être. Comment cela se traduit-il ? A.B. Notre nouveau plan « Collège 21 » s’élève à 48 M € , contre 45 M € précédemment. En plus des travaux habituels et compte tenu de la triste période que nous traversons, nous allons mettre l’accent sur l’accessibilité et la sécurité de nos établissements scolaires. En 2016, nous avons déjà consacré 200 000 € à ces aménagements. Le dossier ◗ 17 Au-delà de ces questions, nous avons aussi choisi d’accélérer le plan d’équipement informatique en le passant de 5 à 3 ans. Près de 380 000 € seront directement dédiés à l’achat de tablettes et d’ordinateurs portables. Comment décidez-vous d’équiper tel ou tel collège ? A.B. Nos interventions se réalisent en concertation avec les principaux et les gestionnaires de l’Éducation nationale. Nous sommes très attentifs aux demandes et nous nous devons d’être réactifs. Nous agissons afin de garantir une équité entre les territoires de l’Allier pour que tous les élèves bénéficient des mêmes moyens d’apprentissage. Avec le nouveau découpage territorial, pensez-vous pouvoir garder l’ensemble des collèges de l’Allier ? A.B. Aujourd’hui, la décision a été prise de conserver tous les collèges ruraux du département. Avoir un collège, c’est un moyen de soutenir notre jeunesse mais aussi de faire venir des familles en milieu rural en leur proposant un enseignement de qualité. C’est aussi pour cela que nous consacrons au fonctionnement des collèges 3,1 M € par an. ◗ Reflets d’Allier/allier.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :