[03] Reflets d'Allier n°84 nov/déc 2016
[03] Reflets d'Allier n°84 nov/déc 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°84 de nov/déc 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (205 x 285) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 5,9 Mo

  • Dans ce numéro : internet haut débit, bientôt connecté ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 ◗ LA TRIBUNE POLITIQUE UNION RÉPUBLICAINE POUR LE BOURBONNAIS W W W C’est une situation critique que nous avons découverte Courage et responsabilité Dès notre arrivée en 2015, nous avons eu la mauvaise surprise de découvrir des comptes extrêmement dégradés, bien plus que ce qui nous avait été dit précédemment. Nous savions que la situation financière du Département était difficile. Mais c’est une situation critique que nous avons découverte. Nos prédécesseurs n’ont pas anticipé les difficultés. L’état du budget ne nous permettait plus de répondre à nos missions obligatoires. Il était urgent de prendre des mesures immédiates et drastiques. Sans ces décisions, le Conseil Départemental aurait été en cessation de paiement en fin d’année 2015. Par ailleurs, le montant de la dette laissée par nos prédécesseurs a atteint le niveau historique de 305 M € . L’État abandonne les collectivités, particulièrement les Départements. Depuis 2013, le Gouvernement a mis les collectivités au régime sec, en imposant des baisses de dotations drastiques  : - 17,7 M € entre 2013 et 2017, – 5,3 M € rien qu’en 2016. Pour équilibrer le budget 2016, il manquait 18,2 M € . Pour rétablir la situation, nous n’avons que deux leviers  : la réduction des dépenses et la fiscalité. Dès 2015, nous avons réalisé 7,2 M € d’économies, dans tous les domaines. Et vous avez pu constater que ces économies, pourtant indispensables, ont aussi été critiquées ! Il est à noter que la taxe foncière est le seul impôt relevant du Département. L’augmentation du taux de 14% est directement imputable à  : la baisse des dotations de l’État (- 25%) ; l’augmentation des dépenses sociales (+ 9%) ; la réalisation du contournement sud-ouest de Vichy (+ 4,4 M € par an). C’est un choix difficile. Mais les élus de la majorité l’assument, en toute responsabilité. Notre engagement  : poursuivre nos missions de solidarité et maintenir un niveau d’investissement à la hauteur de nos ambitions pour le Département. ◗ Reflets d’Allier/Novembre-Décembre 2016 GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET APPARENTÉS Le Département de l’Allier sans projet Cette fin d’année est marquée par la pauvreté des projets au niveau départemental. Depuis avril 2015, de très nombreux dispositifs dans les domaines culturels, associatifs, éducatifs, sociaux ou en faveur de la jeunesse ont été supprimés. Aujourd’hui, au-delà des contraintes financières, les politiques publiques sont en berne, les habitants abandonnés. La majorité de droite navigue à vue, retire des rapports au dernier moment lors des sessions de l’Assemblée départementale. Les habitants abandonnés Nous le savons, face à la crise économique et sociale, l’exercice de nos responsabilités impose un devoir de lucidité sur le contexte, sur la situation et la réalité des moyens dont nous disposons pour engager nos propres actions. Mais être lucide ne signifie en rien immobilité, ne signifie surtout pas passivité. Notre collectivité dispose de leviers pour agir et faire agir nos partenaires. C’est ce qu’ont expliqué les élus socialistes du Conseil Départemental lors des réunions et débats avec la population, organisés sur le territoire en octobre dernier. Proposer et rendre compte, tels étaient nos engagements au début de notre mandat. La force de notre collectivité se nourrit du lien direct que nous avons le devoir de construire, renforcer et pérenniser avec les territoires et les habitants. Croire en la capacité de chacun à être une partie de la solution est un défi permanent. C’est dans cet esprit que nous avons défendu l’échelon départemental que beaucoup, notamment à droite, voulaient supprimer. Et qu’en fait la majorité départementale aujourd’hui ? Après une augmentation d’impôts de 14% qui s’est avérée ne pas être nécessaire, elle est en train de le vider de sa substance sous couvert de restrictions budgétaires. Plus aucun projet, aucune idée n’arrive à émerger d’une majorité maintenant divisée. C’est une catastrophe au moment où nous devrions proposer une vraie vision pour prendre toute notre place dans la grande région Auvergne/Rhône-Alpes. Les élus socialistes continueront de proposer, de débattre, pour un département fort, dynamique et solidaire, au service des Bourbonnais. C’est l’engagement sur lequel nous avons été élus. ◗ GROUPE COMMUNISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN Les projecteurs se tournent vers les primaires en oubliant nos territoires ! Après la période estivale, nous espérions que l’exécutif du Conseil Départemental et celui du Conseil Régional seraient en ordre de marche. Mais les deux collectivités sont sous le choc des mutations institutionnelles et, malgré les promesses de campagne, rien ne bouge. Il est nécessaire de créer une nouvelle dynamique Pourtant, après la disparition de nombreuses mesures mises en place par la gauche départementale, il est urgent de proposer de nouvelles orientations pour relancer l’économie et améliorer le quotidien des Bourbonnais. Il est nécessaire de créer une nouvelle dynamique. Mais comment faire du neuf avec des idées usées ? Ce silence laisse penser à l’incapacité de diriger quand tout le monde se rappelle encore de l’impulsion donnée par l’équipe de Jean- Paul Dufrègne entre 2008 et 2014. Pourquoi avoir abandonné la démarche Nouvelles Ruralités alors qu’elle était fédératrice et qu’elle permettait une véritable vision positive de l’avenir de nos territoires ? Pour des calculs bassement politiques ? Alors que nous ne sommes qu’à 6 mois de l’élection présidentielle, les projecteurs sont tournés vers les vrais-faux débats des primaires, détournant l’attention des problèmes auxquels sont confrontés les Français, comme l’emploi par exemple. C’est donc un sentiment d’abandon pour les populations, à l’image du président de la nouvelle Région Laurent Wauquiez, qui préfère la capitale et la politique politicienne plutôt que de travailler à porter la 2 e région de France. Allons-nous assister, impuissants, à ces débats inutiles pendant que des questions essentielles seront reléguées au second plan ? Alors ne nous étonnons plus que les Français se détournent de la politique ! ◗
CONSEIL DÉPARTEMENTAL DES JEUNES LE DÉPARTEMENT À LA LOUPE UNE AUTRE APPROCHE DE LA VIE L’éducation est une priorité pour le Département. En 5 ans, il va réaliser 40 M € de travaux dans les collèges, poursuivre ses investissements dans les équipements numériques… Avec le Conseil Départemental des jeunes (CDJ), il leur offre la possibilité d’élargir leur regard sur le monde. Késako ? LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL DES JEUNES C’est un lieu d’apprentissage et d’expression des préoccupations des collégiens de l’Allier. Les jeunes élus qui siègent sont désignés tous les ans dans leur établissement et viennent de tout le département. Ça sert à quoi ? UN MOMENT PAS COMME LES AUTRES Ce n’est ni l’école, ni la maison, ni une association et pourtant… Les jeunes apprennent à vivre ensemble, à débattre, à rencontrer des personnes qu’ils ne croisent habituellement pas, autour de sujets qui les préoccupent. C’est aussi un endroit de projets et de réussite aussi bien collective qu’individuelle. Comment ça marche ? DES RENCONTRES TOUTE L’ANNÉE Les jeunes se retrouvent une fois par mois dans leur secteur géographique et tous ensemble une fois par trimestre à Moulins. En fonction de leurs affinités, ils choisissent des commissions. Ce « choix à la carte » leur permet d’exprimer leurs talents dans différents domaines. * Nouveau ! une info enrichie sur allier.fr Les jeunes créent de nouveaux liens. Ça donne quoi en vrai ? UNE GRANDE DIVERSITÉ D’ACTIONS Le Conseil Départemental des jeunes édite un magazine, relaie de l’information sur l’Espace numérique de travail (ENT), participe à de nombreux événements dans le département  : FestiBD à Moulins, Bus de la mémoire à Vichy, journée « L’Europe au fil de l’eau » … Les jeunes élus participent également à des projets européens et internationaux d’échanges ou encore à des rencontres d’instances nationales. Y a du nouveau ? PROGRAMME 2016/2017 Un travail annuel sera mené autour du sport, avec une implication directe dans l’organisation du festival des sports de pleine nature « L’Échappée verte ». Un projet annuel portera aussi sur la culture et le développement du sens critique. À cela s’ajouteront, notamment, une rencontre avec les parents des jeunes élus et des rapprochements avec d’autres assemblées de jeunes. allier.fr * Ô ô ô 850 1 an 21 ans Reflets d’Allier/allier.fr ◗ 21 Nombre de jeunes passés par l’Assemblée départementale Durée moyenne d’un mandat Âge du Conseil Départemental des jeunes



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :