[03] Reflets d'Allier n°80 mar/avr 2016
[03] Reflets d'Allier n°80 mar/avr 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°80 de mar/avr 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (205 x 285) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 5,7 Mo

  • Dans ce numéro : projet départemental, destination 2020.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 ◗ La vie économique PSA PEUGEOT CITROËN PLUS DE 2 MILLIONS D’EUROS INVESTIS DANS L’ALLIER C’est une réussite industrielle. PSA Peugeot Citroën a réalisé, avec le soutien des pouvoirs publics, un investissement permettant de réduire de moitié ses déchets de sable. Pour notre industrie, il est fondamental d’oser… et de réussir. » Pour Jean Sevagen, directeur de l’usine de PSA Peugeot Citroën du site de Sept-Fons, à Dompierresur-Besbre, ce défi a été relevé. Le site bourbonnais, placé sous sa responsabilité, a bénéficié d’un investissement de 2,1 M € lui permettant de diviser par deux les déchets de sable de la fonderie. « La base de notre process repose sur l’utilisation importante de sable pour faire les moules et les noyaux. Il se compose essentiellement de silice mais également d’agents liants comme l’argile et le noir minéral, décrit le directeur. Au moment du démarrage de cette installation, les déchets de sable s’élevaient à 13 000 tonnes par an. » Une innovation technologique « maison » Plusieurs leviers ont permis au groupe d’affirmer sa politique en matière de responsabilité sociale et environnementale. « Depuis 2002, l’usine de Sept-Fons bénéficie d’une certification ISO 14001. Ces deux dernières années, nous avons réduit de 5%, à la tonne produite, la consommation d’eau et d’électricité. Et plus de 90% des matériaux ferreux de notre fonte sont des produits de recyclage avec bientôt des poussières métalliques », détaille Jean Sevagen. C’est donc un pas de plus qui a été franchi, plaçant le site bourbonnais dans Reflets d’Allier/Mars - Avril 2016 Cet investissement permet de diviser par deux les déchets de sable de la fonderie. les fonderies les plus performantes, en particulier dans le domaine du traitement de ces déchets. Pour rendre la formule gagnante, l’innovation technologique a été mise au point par un des collaborateurs de l’entreprise, Hervé Dupuy. Puis, il y a eu le soutien de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) qui a participé à hauteur de 35% aux frais d’études et à l’investissement. Cela permet au directeur d’être confiant sur la pérennité du site et d’affirmer qu’il est dans la course pour célébrer son centenaire. ◗ Retrouvez plus d’infos sur allier.fr REPÈRES 600 Nombre de collaborateurs à Sept-Fons 6,4 millions Pièces de freinage produites/an 540 000 Carters cylindres réalisés/an 1 400 Brevets déposés par PSA/an
LANDIS & GYR Dans la course des compteurs « intelligents » Le déploiement des nouveaux compteurs ERDF Linky a commencé dans l’Hexagone. En 2016, le site montluçonnais de Landis+Gyr produira environ 1 million de compteurs et concentrateurs Linky, soit un tiers de la première vague de commande. Il espère bien décrocher le prochain marché et faire plus. De par notre relation historique avec ERDF (NDLR l’entreprise produit les compteurs bleus, des relais et des récepteurs) et notre forte expertise en matière de courant porteur en ligne, nous avons travaillé sur le lancement de Linky dès 2007 », rappelle Christian Huguet, directeur général de Landis+Gyr à Montluçon. Le projet pilote est maintenant bien loin et l’entreprise a, depuis, investi plusieurs millions d’euros pour être en mesure de répondre à l’appel d’offres de lancement d’ERDF, entre compteurs d’essai, construction de l’environnement industriel, système informatique… Bien lui en a pris  : Landis+Gyr a été retenu avec 5 autres fournisseurs pour la première phase du déploiement Linky sur le territoire national (3 millions de compteurs). « Nous avons comme En chiffres 6 ENTREPRISES FABRIQUENT LA PREMIÈRE VAGUE DE COMPTEURS ET CONCENTRATEURS 35 millions de compteurs INSTALLÉS D’ICI 2021-2022 objectif d’assembler un compteur toutes les 21 secondes grâce à notre ligne de production automatisée », confirme le directeur général. L’enjeu reste de taille puisque ERDF, associé à la plupart des 170 entreprises locales de distribution d’électricité, a lancé à la fin de l’année dernière un 2 e appel d’offres, avec cette fois à la clé la production de 14 millions de compteurs, sans compter les concentrateurs auxquels ils sont rattachés. La réponse est attendue en juin. Et d’autres marchés suivront pour arriver à 35 millions de Linky à horizon 2021/2022. « Nous savons que ces compteurs dits intelligents ont quelques détracteurs mais il est certain qu’ils répondent aux enjeux énergétiques du moment et qu’ils sont indispensables au développement de nouveaux services au bénéfice des consommateurs », certifie en guise de conclusion le directeur général. ◗ LE PROJET LINKY REPRÉSENTE POUR ERDF UN COÛT GLOBAL D’ENVIRON 5 MILLIARDS D’EUROS Projet annoncé dans le cadre de la COP21 et faisant partie de l’un des projets majeurs dans le cadre de la transition énergétique en France La vie économique ◗ 19 TRANSPORTS THÉVENET Un camion roule au gaz Le camion a été mis en circulation au début de l’année. Installés à Magnet, les Transports Thévenet testent le gaz comme carburant alternatif et durable. C’est la première entreprise de l’Allier à s’engager dans une telle démarche. « Nous sommes membres du groupement des transporteurs européens Astre, partenaire de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), qui s’est engagé à réduire de 20% les émissions de CO 2 de l’ensemble des transports d’ici 2020 », expose Éric Thévenet, LE VÉHICULE PDG de la société. PARCOURRA Quand l’opportunité 100 000 KM/AN s’est présentée à lui, il l’a immédiatement saisie en s’équipant d’un camion IVECO Stralis Hi-Street, un engin roulant au Gaz naturel comprimé (GNC). « Cela rejoint notre éthique environnementale mais aussi celle grandissante de nos clients », confirme le chef d’entreprise. Ainsi, un premier contrat va permettre à son camion de parcourir 100 000 km/an, en soutien routier à une ligne rail-route entre Perpignan et Paris. Il est alimenté en gaz en région parisienne grâce à un accord passé avec les stations GN Vert (groupe GDF Suez). « C’est un premier pas mais nous manquons d’infrastructures permettant le développement du GNC. J’aimerais voir ce camion rouler dans l’Allier mais pour l’instant, le département n’est pas équipé de stations au gaz pour recharger les poids lourds en carburant », regrette l’entrepreneur, qui espère que son initiative trouvera écho auprès des différents décideurs. Reflets d’Allier/allier.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :