[03] Reflets d'Allier n°56 mai 2013
[03] Reflets d'Allier n°56 mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°56 de mai 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : nouvelles qualité de vie 100% garantie ruralités.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
DO3SIER 1er colloque national des Nouvelles ruralités Campagnes : le grand pari ! Valoriser la ruralité, affirmer sa modernité, croire en son avenir. Le 6 juin, au Palais des congrès de Vichy, près de 400 personnes réfléchiront à ces questions lors du 1er colloque national sur les « Nouvelles ruralités ». Élus, institutionnels, acteurs socioéconomiques se retrouveront pour échanger autour d’intervenants reconnus. Seront notamment présents, Cécile Duflot, ministre du Logement ; Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation ; Jean Viard, Serge Guérin et Bertrand Hervieu (sous réserve), sociologues ; Jean-François Draperi, directeur du Centre d’économie sociale Travail et Société ; Claire Claudy Lebreton - Président de l’Assemblée des Départements de France (ADF) Quels sont les impacts attendus des projets de loi de décentralisation pour les départements ruraux ? Les projets de loi n’abordent pas les enjeux des territoires ruraux dans un chapitre spécifique. C’est peut-être un manque mais il ne faut pas pour autant considérer que cette thématique n’est pas traitée. On la retrouve de manière transversale dans de nombreux dispositifs prévus pour les Départements. Je pense par exemple au schéma d’accessibilité aux services publics ou encore au rôle qui leur sera dévolu en matière d’ingénierie territoriale. Je n’oublie pas non plus à quel point leur action en faveur de la couverture numérique des zones les moins denses reste essentielle. Plus globalement, il faut bien mesurer tout ce qu’implique le chef de filât qui sera confié aux Départements en matière de « solidarité des territoires ». Quelle place auront-ils face aux métropoles ? Je crois profondément qu’il est vain d’opposer métropoles et territoires ruraux. Le fait urbain est une réalité. Mais il faut aussi profiter de ce phénomène pour penser globalement l’équilibre et la structuration de nos territoires. Tous les Français n’aspirent pas à vivre dans un milieu urbain dense. Ils sont de plus en plus nombreux à s’installer dans des zones périurbaines, même totalement rurales. Mais ils gardent une exigence extrêmement forte en matière de services publics. C’est donc un 12 Reflets d’Allier - Mai 2013 Bolduc, présidente de Solidarité rurale du Québec… Un état des lieux complet Ils participeront ou animeront trois tables rondes autour de notions clés : habiter, produire, partager et vivre ensemble. Si elles ont été retenues c’est qu’elles permettent d’englober toutes les questions qui se posent aujourd’hui autour du monde rural, comme la mobilité et les déplacements, l’habitat, les paysages et l’environnement, les services publics et de proximité mais aussi l’ancrage territorial et l’innovation, l’agriculture, les possibilités offertes en matière d’emploi grâce à l’avènement de l’ère numérique ou encore les solidarités et le développement, la culture, etc. L’acte III de la décentralisation approchant, un moment est également programmé sur l’enjeu de la gouvernance partagée ou comment laisser aux territoires les marges de manœuvre suffisantes pour s’autogérer. Claudy Lebreton, président de l’Assemblée des Départements de France (ADF), interviendra lors de cette journée totalement inédite, son association étant un partenaire privilégié de cette manifestation conjointement mise en place par l’Allier, le Cher, la Creuse et la Nièvre. Quant aux pistes mises en exergue, elles viendront alimenter le rapport de la mission « Nouvelles ruralités » de l’ADF. n immense défi pour les responsables locaux que nous sommes. Heureusement, nous ne manquons pas d’imagination et de talents pour inventer ces nouvelles dynamiques locales. Est-ce que la mission « Nouvelles ruralités » de l’ADF fait partie de ces innovations ? L’objectif de ce nouvel espace de réflexion vise à mener un travail extrêmement poussé d’analyse et de prospective sur ces enjeux. De nombreuses personnalités extérieures (chercheurs, penseurs, experts) seront entendus et je ne doute pas que les propositions qui seront faites au bureau de l’ADF à l’issue de cette séquence seront extrêmement novatrices et ambitieuses. Dans ce cadre, le colloque prévu dans l’Allier, le 6 juin, sera incontestablement un temps fort auquel je m’associerai. n Thierry Jeandot (Côtes-d’Armor)
La chance des campagnes Jean Viard - Sociologue, directeur de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po « Il y a aujourd’hui deux types d’espaces ruraux. Ceux qui se situent dans ce que j’appelle « les grands nuages urbains », ceux de Lyon, Paris… Les nuages urbains, c’est une heure autour des métropoles. Et il y a l’autre rural, celui que l’on appelait hier « profond », plus éloigné, avec des petites villes. C’est celui-là qui doit être doté d’un projet. D’abord d’une évaluation. Que produitil réellement ? Agriculture, industrie, tourisme, services publics, accueil de retraités… mais aussi une bonne qualité de l’air, de l’eau saine, du silence, de l’espace pour vivre, de la forêt, une meilleure sécurité… Autrement dit, un bilan productif durable qui va permettre de négocier avec les autres formes de productions de la société, métropoles, grandes industries, aéroports, TGV… Au-delà, chaque territoire doit être mis en désir, en valorisant ce qu’il fait, en y ajoutant des totems de création et de réussite, comme le Louvre de Lens, et aussi en valorisant la qualité de la vie quotidienne : nombre d’enfants par classe, surface des logements… Dans nos sociétés, nous consacrons 12% de notre temps au travail (il y a un siècle, c’était 40%), le lien En tant qu’entrepreneur, qu’attendez-vous des mobilisations départementale et nationale autour des « Nouvelles ruralités » ? Je partage la vision et l’ambition mises en avant par les présidents des Conseils généraux de l’Allier, de la Creuse, de la Nièvre et du Cher : « … la ruralité, synonyme d’avenir et de modernité, est un atout pour la France. » Mais je n’attends qu’une chose : une mobilisation générale. À nous, chefs d’entreprise ou simples habitants, d’appuyer la démarche, d’être force de proposition, de participer et de nous engager ! Comment avez-vous traduit cet engagement ? En tant que passionné d’aménagement du territoire, cette démarche est en adéquation totale avec les principes et les valeurs que je défends « Il est nécessaire de mettre en désir le territoire » Philippe Laurent Président-fondateur du groupe 3i nature (Saint-Bonnet-de-Rochefort) depuis plus de 20 ans. Je me suis d’abord impliqué au niveau communal, à Saint-Bonnet-de-Rochefort (650 habitants), avec la création de LPH en 1987, devenu depuis 3i nature, groupe qui emploie plus de 200 personnes. Ensuite, avec le Naturopôle Nutrition Santé, nous avons franchi un pas supplémentaire en groupant les forces des entrepreneurs pour porter une offre globale. Nous soutenons également l’association Auvergne Nouveau Monde qui a pour but de renforcer l’attractivité de notre région à travers du marketing territorial. Notre offre : la « qualité de vie ». Disposez-vous d’autres outils ? La labellisation Pôle d’excellence rural a permis de mettre en exergue la capacité des territoires ruraux à travailler en partenariat. Il faut s’appuyer sur social et l’attractivité se jouent beaucoup dans les 88% restants. Et nous parcourons 45 kilomètres par jour. Comment dans un tel contexte créer des situations aléatoires de rencontres ? Avant, il y avait la messe, la fête du village… On ne « fait pas humanité » tous les jours mais il faut pouvoir le faire exceptionnellement, fortement, en construisant de nouvelles fiertés autour d’un événement : foot, festival… Et puis il y a le repenser de la société en société numérique. Devant un écran il n’y a plus de « bons » ou de « mauvais » lieux. On est en contact avec le tiers de l’humanité, partout, immédiatement. Auparavant, pour entrer dans la lumière de la croissance, il fallait construire des autoroutes ou des TGV. Aujourd’hui, qualité de vie, désir et images des lieux et liens numériques forment un nouveau triptyque. Ces critères sont essentiels pour garder les hommes, en attirer d’autres et pour que les entreprises s’implantent. Le colloque organisé à Vichy sera un lieu de stimulation car en arrière-plan c’est la pensée qui porte la production de richesse. Dans une société en pleine mutation, il est fondamental de donner un sens aux choses sur le long terme tout en étant attentif à la proximité. » n Jean Viard a récemment publié Nouveau portrait de la France – La société des modes de vie (Ed. de l’Aube) cette expérience et poursuivre dans cette voie. Il nous appartient de développer des outils innovants à travers notre créativité, notre innovation et notre attachement à nos territoires pour en faire des bassins de vie privilégiés. Rural ne veut pas dire « sans activité » : l’activité économique et industrielle existe, mais elle demeure méconnue, avec une image faussée. L’objectif de « Nouvelles ruralités » est de la modifi er, tout en rééquilibrant la vision et la vie entre monde urbain et monde rural. Le premier ne peut pas vivre sans le second, faisons-lui le redécouvrir ! n Rejoignez le Département de l’Allier sur Facebook 13 Denis Pourcher



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :