[03] Reflets d'Allier n°54 mars 2013
[03] Reflets d'Allier n°54 mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°54 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 6,0 Mo

  • Dans ce numéro : Paléopolis, l'éclosion.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
DO3SIER 5 // Bien vivre dans son territoire Le Schéma unique des solidarités dépasse le cadre traditionnel du champ social. En effet, il s’intéresse à tout ce qui peut concourir au bien-être des personnes. Il souhaite mobiliser l’ensemble des acteurs du territoire, s’appuyant sur la responsabilité de tous à ce que chacun trouve sa place dans la cité. Emploi, éducation, transport, accès à la culture et à la vie associative, lien social sont autant de facteurs déterminants dans la réussite d’un accompagnement. Il a donc aussi pour objectif de mobiliser dans une logique citoyenne de vivre ensemble. Pour cela, il encourage les nouvelles formes de solidarité, incite l’ensemble des acteurs locaux à répondre à des appels à projet ayant notamment pour but de faire sortir les gens de chez eux : participer à la vie sociale, culturelle, lever les craintes des personnes âgées… Et comme dans la notion de bien vivre l’habitat tient une place de PROCHAIN CHANTIER : L’INSERTION Dans le même esprit et la même dynamique que le Schéma unique des solidarités, le Conseil général a débuté la révision du Programme départemental d’insertion et de lutte contre les exclusions (PDILE). Il va donner lieu tout au long de 2013 à des consultations auprès des acteurs intervenant dans le champ de l’insertion (1 re rencontre le 12 mars avec les professionnels) et de la population. Il sera présenté au vote de l’Assemblée départementale en mars 2014. Toqués de cuisine Les initiatives impliquant les habitants se multiplient dans l’Allier. Sous l’impulsion des salariées de l’Association d’aide aux familles à domicile (AFD) du secteur de Moulins et des assistantes sociales du secteur, l’atelier Les Petites Toques s’est mis en place au centre social de Jaligny-sur-Besbre. Une fois par mois, un groupe de cinq à sept femmes, parfois accompagnées de leur(s) enfants(s), se retrouvent autour des fourneaux pour participer à cette action ayant au menu équilibre alimentaire, découvertes gustatives, convivialité et partage. Un système de covoiturage permet aux apprenties cuisinières de la Sologne bourbonnaise de participer à ce rendez-vous dont le succès ne se dément pas. Sa recette ? Avoir associé les personnes concernées dès le montage du projet. De quoi se sentir valorisées et mobilisées. choix, le Conseil général va poursuivre ses actions en faveur de l’adaptation et de l’accessibilité des logements. Plusieurs idées ont été identifi ées : rapprochement de l’offre et de la demande, colocation intergénérationnelle, solutions domotiques, logements adaptés en centre-bourg, etc. n LE SAVIEZ-VOUS ? L’Agence départementale d’information sur le logement de l’Allier (Adil03) a réalisé une étude sur l’habitat et le vieillissement de la population dans le Bourbonnais. Ce n’est qu’à partir de 2025 que le phénomène prendra toute son ampleur. En effet, à partir de cette date et jusqu’en 2040, le nombre de personnes âgées de 80 ans et plus augmentera de 50 %. D’ici là, il semblerait nécessaire de développer des structures alternatives de type foyer-logement en milieu rural selon les besoins repérés, mais aussi de renforcer les liens entre les domaines de l’habitat et du social. 18 Reflets d’Allier - Mars 2013
Solidarite plurielle TÊTE À TÊTE « Sans confi ance mutuelle, rien n’aurait été possible » Le Schéma unique des solidarités, elle l’a voulu et porté. Marie-Françoise Lacarin, vice-présidente chargée des solidarités, des populations et des territoires au sein du Conseil général, revient sur ce document qui modifie en profondeur l’accompagnement des personnes. n■Reflets d’Allier : Pourquoi avez-vous réalisé un document unique ? Marie-Françoise Lacarin : La majorité du Conseil général a souhaité donner plus de lisibilité à l’action publique. Une famille peut rencontrer à différents moments de son histoire une de ces problématiques. Alors que nos précédents schémas arrivaient à échéance, je voulais apporter une réponse globale et éviter des ruptures de parcours souvent humainement très dures à supporter. C’est également en cohérence avec les valeurs que nous portons autour du Vivre-ensemble. n■Reflets d’Allier : C’est-à-dire ? Marie-Françoise Lacarin : Bien que le Conseil général soit le chef de file sur les questions de solidarité, il ne travaille pas seul. Il a de nombreux partenaires. J’ai souhaité les associer à notre démarche, dès son lancement en juillet 2011. Par ailleurs, il me semblait important de l’inscrire dans le Plan régional de santé porté par l’ARS (Agence régionale de santé). Il y a eu des ateliers, des enquêtes même auprès des enfants confiés. Nous nous sommes intéressés à la perception que les personnes avaient de l’accompagnement dont elles bénéficiaient. Tout ce travail nous a permis de poser un cadre et d’insister sur l’implication des personnes accompagnées dans les solutions à proposer, en leur donnant un rôle actif. Maintenant, nous allons pouvoir passer à la prochaine étape, avec la déclinaison d’actions très concrètes. n■Reflets d’Allier : Comment ce travail en commun a-t-il été possible ? Marie-Françoise Lacarin : Si nous avons pu arriver à une telle implication, c’est que de très nombreuses choses existent déjà. Par exemple, dans le domaine de la petite enfance, le Conseil général a impulsé une vraie dynamique autour de la diversification des modes d’accueil. Pour la protection de l’enfance, la collectivité a investi lourdement dans des structures et a aussi contribué à la professionnalisation des assistants familiaux. Avec les personnes âgées, le dossier unique permet de simplifier les démarches pour s’inscrire dans un établissement. Toutes ces avancées traduisent notre volonté d’ouverture et de soutien aux initiatives territoriales. n■Reflets d’Allier : Est-ce que cette démarche d’ouverture est courante ? Marie-Françoise Lacarin : On ne le sait pas assez, mais dans le domaine des solidarités, l’Allier est en avance. Ainsi, nous sommes le 3 e Département à proposer un schéma unique. Je reste persuadée que notre démarche est la bonne puisque d’autres conseils généraux s’inscrivent dans + d’infos en vidéo nos pas. Notre chance est d’avoir atteint avec nos partenaires un haut degré de confiance mutuelle. Sans cela, rien n’aurait été possible. n Rejoignez le Département de l’Allier sur Facebook 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :