[03] Reflets d'Allier n°54 mars 2013
[03] Reflets d'Allier n°54 mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°54 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 6,0 Mo

  • Dans ce numéro : Paléopolis, l'éclosion.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
DO3SIER 1 // Observer, faire connaître et prévenir Dans le domaine des solidarités, pour répondre aux besoins des personnes, il est fondamental de les connaître. C’est pourquoi le Schéma unique des solidarités favorise la création d’indicateurs communs à tous les organismes intervenant dans le champ du social. En effet, nombre d’entre eux existent déjà mais il est encore trop diffi cile de les croiser. En parallèle, il s’agit de mieux identifi er les personnes qui peuvent avoir besoin d’un coup de pouce, comme les jeunes parents, les aidants, les publics fragilisés, les personnes handicapées et les personnes âgées. Le 1 er défi de l’axe 1 réside donc dans la défi nition précise et concertée des données à observer; avec la création d’indicateurs ciblés permettant une analyse commune pour ensuite aboutir à un partage de ces informations. Il n’est pas question de réinventer la poudre mais de s’appuyer sur le savoir-faire reconnu d’instances comme l’Odpe (Observatoire départemental de la protection de l’enfance), la Cdaje (Commission départementale d’accueil du jeune enfant), le Coderpa (Comité départemental des retraités et des personnes âgées) ou encore la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées – voir encadré). Bonne information et orientation rapide Par ailleurs, il s’agit de faire connaître ce qui existe. Trop de personnes se retrouvent face à des situations complexes et parfois inextricables, alors qu’une bonne information et une orientation rapide au bon moment auraient pu les régler rapidement. L’information va donc être renforcée via votre magazine départemental et avec l’édition de plaquettes d’information simples, disponibles dans des lieux d’accueil du public. Tout cela s’accompagnera d’une prévention renforcée. Elle devra permettre d’anticiper les risques de rupture à domicile ou au sein de la famille mais aussi d’éviter, autant que possible, l’entrée des personnes dans les différents dispositifs. Le but est d’assurer très rapidement dans l’ensemble du département un accompagnement harmonisé. n Lydie Picherit Directrice de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) « Actuellement, de nombreuses structures, travaillant sur des problématiques similaires, collectent des données. Le Schéma unique des solidarités encourage leur mise en commun. Les équipes de la MDPH, placées sous la tutelle administrative et fi nancière du Conseil général, sont prêtes à intégrer cette nouvelle démarche. Les études partagées vont nous permettre de réagir plus vite et mieux, en impliquant notamment les communes et les intercommunalités qui sont des acteurs précieux en termes de relais d’information et de connaissance des territoires. En fonction des bassins de vie, les attentes de la population peuvent varier. Il est fondamental d’en tenir compte mais aussi de pouvoir anticiper les besoins. S’il est important d’apporter la bonne réponse au bon endroit, nous devons également tous nous employer à faire connaître les dispositifs existants. En effet, les groupes de travail préparatoire au schéma ont mis en lumière le défi cit d’information, que ce soit au niveau de la population ou des professionnels. Dans ce domaine, il existe une marge de progression importante mais je reste persuadée qu’elle n’est pas insurmontable. » 14 Reflets d’Allier - Mars 2013
Solidarite plurielle 2 // Soutenir les aidants et la parentalité La famille et les aidants tiennent une place prépondérante auprès des personnes accompagnées dans les dispositifs sociaux et médico-sociaux. Cette aide informelle est devenue, au fil des ans, un véritable enjeu de société. Le Conseil général, avec ses partenaires, a déjà mis en place des solutions favorisant des moments de répit, notamment avec des accueils de jour, des hébergements temporaires, des haltes/répit… Sur l’ensemble du territoire, les initiatives se multiplient, Il vise à accorder aux aidants une reconnaissance à part entière. les acteurs se coordonnent, proposant de la prévention individuelle et collective, des groupes de parole, des forums… Le Schéma unique des solidarités entend aller plus loin. Ainsi, il vise à accorder aux aidants une recon- naissance à part entière. Mieux identifiés et mieux informés, les aidants sont ainsi associés aux accompagnements. Grâce à une logique de réseau et au ren- forcement des solutions déjà en place, le but recherché est d’éviter l’isolement mais aussi les parcours trop chaotiques en raison d’un manque d’information. Bien entendu, pour faciliter le répit de son aidant, des solutions d’accompagnement sont proposées à la personne. Il est aussi question de développer les accueils dits « séquentiels » (week-end, vacances scolaires, durée limitée…), tout comme l’accessibilité à des solutions de transport, l’ajustement de l’hébergement temporaire lorsque le retour à la maison n’est pas possible, etc. Cette orientation est une clé de voûte importante du Schéma des solidarités, l’environnement familial ayant un impact direct sur l’évolution de la situation de la personne aidée. n Le saviez-vous ? La Maison pour l’autonomie et l’intégration des malades d’Alzheimer et des maladies apparentées (Maia) structure l’accompagnement des patients mais aussi de leur famille. Elle articule l’intervention de l’ensemble des acteurs autour de ces pathologies. Elle dispose de quatre portes d’entrée : les trois Centres locaux d’information et de coordination (Clic) et le Réseau mémoire Allier (RMA). Retrouvez leurs coordonnées complètes sur le site internet du Conseil général, www.allier.fr, rubrique Vous > Les seniors > Information et accompagnement ou appelez l’Hôtel du Département au 04 70 34 40 03. Christiane Alaux Retraitée, Bellerive-sur-Allier « Trois à quatre fois par mois, je rends visite à un ancien voisin de mes parents qui réside désormais à Vichy. Agé de 84 ans et veuf, il est suivi par la Maia. Dès que son assistant social (gestionnaire de cas) a appris que je le voyais régulièrement, il m’a contactée. Nous nous sommes rencontrés ; j’ai trouvé cela très bien et rassurant car je ne veux pas et ne peux pas tout faire. Je tiens à garder ma place d’amie même s’il m’arrive de l’accompagner à certains rendez-vous médicaux. Lorsque cela est nécessaire, nous échangeons des informations avec les représentants de la Maia. En cas de problème, je sais que je peux trouver des interlocuteurs à mon écoute et c’est très important pour moi de savoir ce monsieur bien entouré. D’ailleurs, tous les jours, il a la visite d’un infi rmier et deux fois par semaine d’une aide à domicile. Le jeudi, une dame de compagnie se promène avec lui. En ce qui me concerne, je suis un petit plus. Mais je trouve ça normal de l’aider, d’autant plus qu’avec son épouse, ils ont été très présents auprès de mes parents lorsqu’ils étaient vieillissants. C’est simplement un juste retour des choses. » Rejoignez le Département de l’Allier sur Facebook 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :