[03] Reflets d'Allier n°53 février 2013
[03] Reflets d'Allier n°53 février 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°53 de février 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : eau essentielle.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
DO3SIER Eau niveau des bassins A la source de l’action du Conseil général en faveur de l’eau, les partenariats privilégiés avec l’Agence de l’eau Loire-Bretagne et l’Établissement public Loire tiennent une place prépondérante. Les Agences de l’eau sont des établissements publics placés sous la tutelle de l’État. Au nombre de six, elles s’occupent des sept bassins hydrologiques français. Un Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) guide les actions de chacune d’entre elles. À l’échelle de leur bassin, elles initient une utilisation rationnelle des ressources en eau, luttent contre la pollution et pour la protection des milieux aquatiques. Dans l’Allier, l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, sur la base d’objectifs partagés, intervient plus particulièrement sur l’alimentation en eau potable et sur l’assainissement des communes ainsi que sur la restauration et l’entretien des milieux aquatiques. L’Établissement public Loire, le plus grand de France, est pour sa part un Syndicat mixte composé de 50 collectivités (dont le Conseil général) ou groupements. Il contribue à la cohésion des actions menées sur l’ensemble du bassin de la Loire. Ses grands domaines d’action sont la prévention et la réduction des inondations ; l’encouragement à la recherche, aux données et à l’information ; la gestion des ressources en eau stratégique des deux ouvrages de Naussac (Lozère) et Villerest (Loire) ; l’aménagement et la gestion des eaux. Se repérer dans l’eau Près de 5 000 km de rivières dont trois cours d’eau majeurs : l’Allier, le Cher et la Loire. Plus de 110 km de canaux, dont 80 km ouverts à la navigation. Plus de 1000 étangs. Trois villes d’eaux (Bourbon-l’Archambault, Néris-les-Bains, Vichy). 295 stations d’épuration. 172 600 abonnés à l’eau potable. 14 690 km de réseau. 13 syndicats intercommunaux assurent la distribution de l’eau mais aussi 1 communauté d’agglomération, 14 communes indépendantes et 1 syndicat de production. L’Allier L’Agence de l’eau et l’Établissement public Loire ont des actions complémentaires. En s’impliquant auprès d’eux, le Conseil général assure à la population une action concertée, cohérente, le rendant apte à s’intégrer dans les dispositifs existants et par conséquent à trouver les fi nancements adéquats. n SAGE GESTION En 1992, la loi sur l’Eau consacrait l’eau comme faisant partie du patrimoine commun de la Nation. Sollicités par de multiples usages, rivières, nappes et milieux aquatiques sont menacés. Comme les efforts consentis pour les préserver ne suffi sent pas toujours à résoudre les confl its et à dégager les conditions d’un partage et d’une gestion équilibrée de la ressource, les Schémas d’aménagement et de gestion des eaux (Sage) ont été institués. Le département est couvert par quatre Sage : Allier aval, Cher amont, Sioule et Yèvre-Auron. Au-delà des frontières administratives et des oppositions d’intérêt, ils réunissent des élus, des usagers, des industriels, des agriculteurs, des gestionnaires d’ouvrages, des associations, des services de l’État, des établissements publics… Leur objectif est clair : satisfaire les besoins de tous sans porter d’atteinte irréversible à l’environnement. 12 Reflets d’Allier - Février 2013
Plongeon dans l'eau essentielle Eau niveau du département Le Conseil général s’implique quotidiennement aux côtés des collectivités, des entreprises et des particuliers en proposant différents services d’expertise, une assistance technique et des conseils en ingénierie. Deux services interagissent quotidiennement. Le Bureau départemental de la qualité de l’eau (BDQE) est le principal intervenant dans les domaines de l’assainissement, de l’eau potable et de la qualité des eaux superfi cielles et souterraines (voir article p.14). Le service environnement intervient, quant à lui, sur le volet territorial de la gestion de l’eau et des milieux aquatiques. De la sorte, il apporte un appui technique dans la mise en Contrat confiance Dès lors que des enjeux de préservation et de gestion de la ressource en eau et des milieux aquatiques sont identifiés sur un territoire hydrographique cohérent, des maîtres d’ouvrage (collectivités, associations ou chambres consulaires) peuvent s’associer pour s’engager avec le Département dans un contrat « eau et milieux aquatiques ». Le Département peut cofi nancer l’étude préalable (30% max), les actions (40% max) ainsi que le poste d’animateur territorial (9 900 € max par an et par poste). Ce dispositif départemental s’inscrit dans le cadre de la convention avec l’Agence de l’eau Loire-Bretagne et intervient en complément d’éventuels fi nancements de la Région Auvergne et de l’Europe (Feder ou Feader). œuvre des démarches ou des projets rattachés aux milieux aquatiques tout comme aux bassins hydrographiques. Cela se déroule, notamment, dans le cadre des programmes de développement des territoires. Ses missions d’expertise permettent une prise en compte adaptée du patrimoine aquatique et des milieux associés (faune, fl ore…) dans les projets d’aménagement, de restauration et de mise en valeur de l’espace rural. Depuis maintenant plusieurs années, en partenariat avec l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, il dispose d’une « cellule » spéciale pour les rivières. Connue sous le nom d’Aster – pour Assistance technique à l’entretien des rivières –, elle a pour principal objectif l’accompagnement des maîtres d’ouvrage engagés dans des opérations coordonnées sur les cours d’eau. À titre d’exemple, elle a apporté son appui à la réalisation, par la Communauté de communes de la Montagne bourbonnaise, du contrat tête de bassin versant du Sichon qui s’est déroulé de 2007 à 2012. n La station d’épuration de Diou Un dispositif plus que potable Le Conseil général est l’une des rares collectivités départementales françaises à soutenir ses communes rurales pour fi nancer, conjointement avec l’Agence de l’eau Loire- Bretagne, les études et les travaux pour l’alimentation en eau potable : schémas directeurs, captages, usines de potabilisation, réservoirs, extensions et sécurisations des réseaux… Le BDQE accompagne les collectivités en amont lors de l’élaboration des projets et instruit techniquement et administrativement les dossiers de subventions. LA RURALITÉ BIEN IRRIGUÉE Le Département intervient auprès des communes rurales dans leurs travaux d’assainissement. Là aussi, sa subvention s’inscrit en complément de celle de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne. À titre d’exemple, cette aide peut permettre de fi nancer jusqu’à 70% la réalisation de stations d’épuration. Une vraie aubaine pour l’environnement et pour les communes rurales de l’Allier, qui disposent souvent de faibles marges de manœuvre fi nancières. Lorsque le projet d’assainissement concerne moins de 100 habitants, l’Agence de l’eau n’apporte pas de fi nancement. Le Conseil général se substitue alors à elle, aidant ainsi les petites collectivités à protéger la ressource en eau et à développer leur territoire. Rejoignez le Département de l’Allier sur Facebook 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :