[03] Reflets d'Allier n°50 novembre 2012
[03] Reflets d'Allier n°50 novembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°50 de novembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : habitat, faire des priorités un défi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Buzz&business CAE Aviation se pose à Lapalisse Fruit d’une longue collaboration entre la Communauté de communes du Pays de Lapalisse et CAE Aviation, un projet ambitieux est en cours de réalisation à l’aérodrome de Lapalisse-Périgny. Déjà implantée sur le site, où elle avait racheté le centre de parachutisme en 1997 – pour en faire le plus grand centre privé d’Europe réservé au parachutisme militaire –, la société luxembourgeoise a lancé la construction d’un bâtiment de plus de 3 000 m², soit un investissement de 3,4 M €. La flotte d’avions de CAE Aviation rayonne dans le monde entier, au profit d’organismes gouvernementaux et non gouvernementaux. À la clé, des prestations très diversifiées : lutte contre la piraterie ; surveillance des centrales et des plates-formes pétrolières ; protection des sommets politiques internationaux ; surveillance des frontières maritimes et terrestres ; détection des feux de La flotte d’avions de CAE Aviation rayonne dans le monde entier pour des missions très diversifiées. forêts et des champs de mines ; géophysique aéroportée, etc. « L’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie sont nos champs d’action, indique Bernard Zeler, PDG de CAE Aviation. Notre implantation à Lapalisse nous permettra d’assurer la maintenance de nos avions, ainsi que l’entretien et la réparation de leurs équipements : boules gyroscopiques, systèmes de navigation, senseurs pour la géophysique. Nous envisageons également la création d’un centre de formation de pilotes et mécaniciens aéronautiques mais aussi des prestations de travaux aériens à des clients français. » Afin de finaliser ce partenariat, la communauté de communes a engagé un investissement conséquent. « La capacité de notre piste d’atterrissage était insuffisante, vu le gabarit des avions attendus, explique Georges Dajoux, président du groupement de communes. Nous avons donc budgété un montant d’1 M € pour passer la piste de 900 m à 1 200 met assurer sa complète réfection. » Débutés le 1 er octobre, les travaux devraient offrir à la piste son nouveau visage début décembre. Quant au bâtiment de CAE Aviation, les murs sortent actuellement de terre, avec une livraison programmée au printemps. Le Conseil général se positionne en ce moment pour accompagner ce dossier. « Nous nous sommes engagés dans ce projet car nous sommes persuadés qu’il va booster le contexte économique local, assure Jacques de Chabannes, élu chargé du développement économique à la communauté de communes. CAE Aviation envisage d’emblée la création de 15 emplois, dont certains devront être délocalisés du Luxembourg, en raison de leur spécifi cité. » n POUR EN SAVOIR PLUS Société CAVOK (CAE Aviation) Tél. 04 70 99 18 03 info@lapalisse-aero.com 24 Refl ets d’Allier - Novembre 2012
Buzz&business Crise : le Conseil général présent La crise frappe durement l’Allier, avec des compressions de personnel et des fermetures d’entreprises. Face à cela, le Conseil général se mobilise. Il mène bien entendu des actions politiques : tables rondes en présence de toutes les parties, interventions ministérielles… Au-delà, il a également donné les moyens au Comité d’expansion économique de l’Allier (CEEA) de détecter et d’accompagner les entreprises qui rencontrent des diffi cultés. Pour cela, le CEEA s’appuie sur ses compétences et mobilise différents partenaires financiers et de conseils (Banque de France, services de l’État, Pôle emploi…). Une relation est établie très tôt avec la direction de l’entreprise et le comité d’entreprise. Un suivi régulier est organisé. Ce « bras armé économique » du Conseil général intervient aussi, sous le contrôle de l’État, dans les conventions de revitalisation lorsque les sociétés appartiennent à des groupes. Par ailleurs, le Département aide les repreneurs dans les procédures auprès des tribunaux de commerce pour faciliter la reprise des entreprises, comme cela a été le cas pour Delbard. Il s’appuie en parallèle sur ses outils d’insertion, toujours dans l’optique que les salariés concernés ne soient pas abandonnés. n Le CEEA renforce sa proximité Être proche du terrain, soutenir les initiatives, apporter des conseils. Le Comité d’expansion économique de l’Allier (CEEA) continue de renforcer ses actions de proximité. Après les diagnostics territoriaux (documents économiques d’aide à la réflexion), il a lancé en octobre le Club départemental des développeurs territoriaux. Il réunit tous ceux qui, au sein des collectivités de l’Allier, agissent au quotidien en faveur de l’économie. Le club pourra s’appuyer sur le nouvel animateur territorial du CEEA, Cyril Chenet (à droite sur la photo). Ce dernier est particulièrement aguerri aux divers aspects du développement économique local, dont les parcs et les zones d’activité. D’ailleurs, le CEEA, en lien avec le Conseil général et les maîtres d’ouvrage, entend faire de leur attractivité une priorité pour faciliter l’accueil des entreprises. n Face-à-face avec : Vincent Lefort Directeur-gérant de la société Chêne Bois, site de la Merranderie du Pays de Tronçais (Cérilly) n En novembre, vous accueillez la 1 re session d’une formation en merranderie*, comment est né ce projet ? C’est un projet de territoire conduit en relation avec la Communauté de communes du Pays de Tronçais et un organisme de formation. Nous avons du mal à trouver la main-d’œuvre qualifiée dans notre secteur d’activité alors qu’il représente un potentiel de développement économique important. Lorsque nous avons racheté la scierie Friaud en 2009, nous avons monté un atelier-école pour les neuf salariés du site, le travail du bois destiné à la tonnellerie du vin ultra premium (1 er Grand Cru de bordeaux…) nécessitant un savoir-faire spécifi que. Ensuite, il a été maintenu pour répondre aux besoins de formation de notre nouveau personnel. n Parce que malgré la crise, vous avez recruté ? Dès le rachat de l’entreprise, le Groupe Chêne & Cie auquel nous appartenons avait un programme de développement, répondant aux attentes de la tonnellerie Taransaud, son principal client. La crise l’a retardé mais, aujourd’hui, 17 personnes travaillent sur le site de Cérilly. Nous sommes en train d’investir 1,2 M € pour industrialiser la fabrication de merrain. D’ici deux ans, nous aurons non seulement doublé notre capacité de production (2 000 m 3 par an) mais nous aurons aussi considérablement réduit la pénibilité des postes et augmenté notre masse salariale. n * Activité consistant à débiter et fendre du bois de chêne en planches (merrains) destinées à la tonnellerie. Refl ets d’Allier - Novembre 2012 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :