[03] Reflets d'Allier n°48 septembre 2012
[03] Reflets d'Allier n°48 septembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de septembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 5,4 Mo

  • Dans ce numéro : des valeurs à partager.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Buzz&business L’innovation dessine le futur d’Eskiss Packaging L’aventure démarre à Saint-Étienne en 1981. Victor Palusci et son épouse livrent alors des emballages aux pharmaciens d’officine. En 1990, à la faveur d’une rencontre avec Philippe Laurent, Victor Palusci décide de s’installer à Saint-Bonnetde-Rochefort avec un nouveau concept de produits « full service ». Cette idée consiste en une offre globale associant le produit fi ni et son conditionnement. La jeune société est sujette à une telle croissance que, faute d’espace suffi sant pour se développer, Victor Palusci doit se résoudre à déménager à Ébreuil en 1996. « Après avoir changé de stature, et sur proposition d’Anne-Maire Defay, maire 24 Refl ets d’Allier - Septembre 2012 « Nous avons décidé de fabriquer ce que nous vendions et de négociants nous sommes devenus fabricants » de Saint-Bonnet-de-Rochefort, nous sommes revenus à Saint-Bonnet en 1998, dans 1 500 m² de nouveaux locaux, se souvient le dirigeant, auxquels nous avons ajouté 1000 m² supplémentaires en 2000. » C’est alors qu’Eskiss Packaging s’offre une mue déterminante. « Nous avons décidé de fabriquer ce que nous vendions, raconte Victor Palusci, et de négociants nous sommes devenus fabricants. » L’acquisition de machines de plasturgie et d’injection permet à l’entreprise de fabriquer ses propres emballages piluliers, articles de bouchage et sérigraphie. « La confi ance que nous ont témoignée de grands groupes pharmaceutiques a été un élément essentiel dans notre réussite », reconnaît l’entrepreneur. Victor Palusci devient inventeur en 2007 quand il crée l’UNICA- DOSE, un emballage plastique, incassable, exportable, 100% recyclable, qui garantit la posologie prescrite. Il invente et brevète en même temps la machine à remplir les UNICADOSE. « Cet emballage est destiné à remplacer les ampoules pharmaceutiques en verre, dont 2 milliards sont utilisées chaque année en France. Nous fabriquons actuellement 30 millions d’UNICADOSE par an. C’est énorme et dérisoire à la fois », relativise-t-il. Le marché est donc là, offrant de belles perspectives, et l’UNICA- DOSE est désormais au point. Mais la place continue à manquer… « Nous venons d’investir 1 M € dans 2 000 m² supplémentaires, indique Victor Palusci. Cette nouvelle extension a pu se réaliser, notamment, grâce à une subvention de 220 500 € accordée par le Conseil général de l’Allier. » Souriant et énigmatique, Victor Palusci conclut en promettant une nouvelle innovation chez Eskiss Packaging pour très bientôt. n POUR EN SAVOIR PLUS Eskiss Packaging Parc Naturopôle 03800 Saint-Bonnet-de-Rochefort tél. 04 70 58 85 51
Décideurs nationaux en congrès Les 20 et 21 septembre, le Palais des congrès de Vichy accueille le 59 e congrès de la Fédération des agences de développement et des comités d’expansion économique. Ce salon du développement des territoires mettra en avant les attentes réciproques des entreprises et des collectivités. D’éminents spécialistes interviendront : économistes, PDG de groupes internationaux, présidents d’association, experts... À travers ce congrès, les décideurs politiques et économiques pourront prendre du recul, bénéfi cier de nombreuses analyses et découvrir les bonnes pratiques nécessaires à leur action. Ce prestigieux rendez-vous est organisé avec le Comité d’expansion économique de l’Allier (CEEA), l’appui de Vichy Val d’Allier développement (VVAD), le soutien de la Région Auvergne, du Conseil général, de la communauté d’agglomération Vichy Val d’Allier et de la Ville de Vichy. n Toques Chaud Buzz&business Le gratin de la gastronomie auvergnate se retrouvera lundi 8 octobre à Moulins. Sous le patronage de Jacques Décoret, seul étoilé au Guide Michelin de l’Allier, les Toques d’Auvergne se réuniront sur l’esplanade du Centre national du costume de scène et de la scénographie (CNCS) pour leur grand show gastronomique annuel. Un menu aux petits oignons a été concocté : à partir de 9 heures, marché avec des produits du terroir et casse-croûte géant offert ; à 10 heures, démonstrations de cuisine avec les Toques de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme, à 12 h 30, repas de gala préparé par les Toques du Cantal suivi d’une visite du CNCS ; concours de la meilleure pompe aux grattons ; dédicaces… Les fins gourmets et autres passionnés peuvent participer à l’intégralité du Toques Chaud en réservant préalablement et en s’acquittant de 55 € (accès simple au marché, 5 €). n Réservation au 06 99 89 70 65 www.toques-auvergne.com Face-à-face avec : Claude Bonnet Président de Temis solutions Group, filiale Viatemis (Saint-Victor) n Qu’avez-vous pensé des 1 res Rencontres automobiles à Magny-Cours ? J’ai trouvé l’initiative heureuse. À l’heure où la filière automobile connaît de très grandes difficultés, c’était bien que les Conseils généraux de l’Allier, du Cher et de la Nièvre, associés avec leurs comités d’expansion économique, puissent rassembler les acteurs de leur territoire et favoriser leur rapprochement. n Connaissiez-vous la majorité des personnes présentes ? Absolument pas. Viatemis intervient dans la sous-filière des véhicules professionnels. Nous connaissons donc très peu le monde de la compétition et des voitures de sport ou encore celui des véhicules grand public. Nos problématiques sont différentes mais nous avons aussi des points en commun. Cette manifestation a permis de nous rapprocher mais aussi d’identifi er d’éventuelles pistes collaboratives. n Pensez-vous que ce rendez-vous mérite une 2 e édition ? J’en suis bien persuadé. Dans ces départements, la fi lière automobile est un « Petit Poucet » face à d’autres régions. Nous devons nous unir pour mieux faire entendre notre voix et donner une plus grande dimension à une action collective. Nous avons fait un premier pas. Maintenant, il serait intéressant de pouvoir également rencontrer les acheteurs ou encore aborder le coût du travail, qui me semble être une question centrale. n Refl ets d’Allier - Septembre 2012 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :