[03] Reflets d'Allier n°45 avril 2012
[03] Reflets d'Allier n°45 avril 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°45 de avril 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : projet de parc paléontologique à Gannat.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Buzz&business Turbolub, la belle santé d’une entreprise de conception Reprise par Michel Grange en 2010, la société commentryenne Turbolub compte aujourd’hui 18 collaborateurs. Elle est notamment spécialisée dans la conception et la fabrication de centrales de lubrification pour l’industrie pétrolière. Il s’agit là de lubrifier les lignes d’arbre de transmission de pompes ou de compresseurs destinés à l’extraction ou au transport du pétrole brut, avec des ouvertures sur les marchés au Moyen-Orient, en Asie, en Afrique et en Europe. Ces centrales de lubrification sont également utilisées pour des groupes turbo-alternateurs dans des sucreries ou unités de traitement des déchets, comme en Tunisie, à Bahreïn, à Bordeaux ou à Sarcelles. L’entreprise bourbonnaise est aussi associée aux fabricants de garnitures mécaniques dans le secteur de la pétrochimie. Il s’agit cette fois, grâce à des réservoirs sous 24 Reflets d’Allier - Avril 2012 Turbolub est présente dans toutes les raffineries françaises mais aussi en Côted’Ivoire et au Maghreb. pression, d’assurer l’étanchéité des garnitures de pompes, exigence de sécurité requise par les normes environnementales. Mais ce n’est pas tout. Turbolub est également fabricant de turbines à vapeur neuves de différentes puissances. Elle en assure le rewanping (amélioration d’un produit dans sa technicité) et la vente de pièces détachées. Elle est présente dans toutes les raffineries françaises mais aussi en Côte-d’Ivoire et au Maghreb. Son carnet de commande compte des clients prestigieux, comme Total, Esso, Adisseo ou Sanofi. Affirmer son autonomie « Nous voulons également développer notre propre gamme de produits, souligne Michel Grange, afin de nous assurer une forme d’autonomie. Avec nos partenaires et nos clients, nous avons des projets dans le secteur du nucléaire. Le système qualité déjà en place dans l’entreprise nous permet désormais de nous positionner sur ce créneau d’activités. Nous avons aussi les compétences pour développer des produits en réponse à la norme ATEX, présentant des conditions d’exploitation en secteur explosif. » Pour compléter la gamme de ses prestations, Turbolub déplace une équipe dans toute la France, dédiée à la maintenance des fluides sur les sites industriels et au développement des process fluides. « Nos métiers requièrent une grande technicité et une extrême vigilance à chaque étape de fabrication, ajoute Michel Grange. Les contrôles de qualité sont particulièrement aboutis car nos champs d’action, pétrochimie, industrie ou nucléaire, ne sauraient tolérer la moindre défaillance de notre part. » n POUR EN SAVOIR PLUS Turbolub - rue de l’Embarcadère 03600 Commentry tél. 04 70 64 32 33 www.turbolub.fr
Phovoir Accès au crédit facilité Le Conseil général soutient l’artisanat dans l’Allier. Conscient de ses difficultés pour accéder aux crédits bancaires, il prend en charge à hauteur de 50% la commission liée aux frais de dossier de garantie par les organismes Siagi (société de caution mutuelle de l’artisanat et des activités de proximité) et Socama (Société de caution mutuelle artisanale de la Banque populaire). Cette aide s’inscrit dans une convention signée entre le Département, la Chambre de métiers et de l’artisanat de l’Allier et les deux organismes. Elle vise à favoriser l’installation, la transmission, le développement et le renforcement de ces entreprises indispensables au dynamisme du territoire. n Buzz&business Des ambassadeurs de choix Les entrepreneurs du département se mobilisent pour leur territoire. À l’initiative du Comité d’expansion économique de l’Allier (CEEA), ils sont déjà une quinzaine à avoir rejoint le Club des ambassadeurs de l’Allier. Responsables de sociétés emblématiques, exerçant autant dans l’industrie ou la recherche que dans les loisirs, ils développent, dans le cadre de leurs activités professionnelles, des contacts étroits au niveau national et international, avec des fournisseurs, des clients, des prestataires, des cabinets, etc. Ce sont pour eux autant d’occasions de « capter » des informations et de détecter des projets pouvant intéresser l’Allier. Les chefs d’entreprise sollicités ont répondu très favorablement à la proposition du CEEA. La création du club sera officialisée le 20 avril. Le CEEA souhaite réunir, d’ici fin 2012, une trentaine d’entrepreneurs amoureux de leur territoire. Pour Nicolas Doulain, directeur général du CEEA « cela montre à quel point les entrepreneurs de l’Allier sont prêts à se mobiliser pour leur territoire ». n POUR EN SAVOIR PLUS Siagi, tél. 02 47 27 03 85 ; Socama, tél. 04 73 23 47 73 Face-à-face avec : Jean-Christophe Legrand Président de la SAS Transports moulinois (Yzeure) ■■Pourquoi avez-vous équipé votre entreprise d’un camion électrique ? Il me semble normal qu’une entreprise de transports telle que la nôtre, avec 12 M € de chiffre d’affaires et 140 salariés, puisse s’inscrire dans une démarche de développement durable. C’est aussi un moyen d’anticiper sur l’avenir et l’évolution des restrictions de circulation dans les agglomérations. ■■Est-ce une démarche isolée ? D’après l’Agence de l’environnement et de la maîtrise d’énergie, nous sommes la 1 re entreprise de transports en Auvergne à franchir ce pas. Nous avons pu le faire grâce à notre appartenance au réseau France express, qui a été un véritable relais. Le véhicule est d’ailleurs à ses couleurs. ■■Envisagez-vous d’avoir d’autres camions électriques ? À terme, nous aimerions bien en avoir deux autres, notamment pour nos agences à Vichy et à Montluçon. Au-delà de l’intérêt écologique, l’aspect économique est intéressant puisque avec une charge électrique de 10 €, nous arrivons à faire 120 km, et l’entretien du moteur électrique est moins contraignant qu’un moteur thermique. n Reflets d’Allier - Avril 2012 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :