[03] Reflets d'Allier n°45 avril 2012
[03] Reflets d'Allier n°45 avril 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°45 de avril 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : projet de parc paléontologique à Gannat.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
InterAllier Cantons de Cusset, Vichy, Moulins et Domérat Les recettes équilibrées des épiceries solidaires Aider sans stigmatiser, soulager sans humilier, donner un autre goût à l’insertion : tel est le principe des épiceries solidaires (ou sociales), qui se développent peu à peu dans l’Allier. Gros plan sur l’épicerie « pionnière » de Cusset. Une entrée discrète, dans la cour de l’ancien lycée professionnel Abel-Boisselier. L’épicerie sociale de Cusset n’a ni enseigne ni vitrine. N’y entrent que les clients et les bénévoles de l’association Épicerie sociale et ses ateliers. Depuis sa création en février 2005 à l’initiative de Madeleine Nivelon, adjointe aux affaires sociales, l’épicerie sociale de Cusset reste fidèle à son credo fondateur : le respect des personnes frappées par la précarité. « Le centre communal d’action sociale (CCAS) distribuait beaucoup de bons alimentaires, mais ça n’était pas satisfaisant philosophiquement, expliquent Madeleine Nivelon et Dominique Rostan, présidente de l’association. Pour les bénéficiaires, c’était difficile de présenter ces bons à la caisse d’un supermarché. Il fallait trouver un système moins stigmatisant. » Avec l’épicerie sociale, finis les sourires ironiques, les commentaires blessants sur les « assistés ». « L’épicerie est un endroit protégé, qui n’a pas pignon sur rue », souligne Madeleine Nivelon. On ne parle plus de bénéficiaires, mais de clients qui choisissent les marchandises dans de « vrais » rayons, 20 Reflets d’Allier - Avril 2012 L’épicerie peut fonctionner grâce à l’engagement et au travail de ses 40 bénévoles. de « vraies » vitrines réfrigérées et paient à une « vraie » caisse. Chaque personne a un droit d’achat de 8 €, « plus 4 € par personne supplémentaire dans le foyer et 8 € pour chaque enfant de moins de 3 ans ». Les rayons comptent environ 150 références de produits d’un supermarché cussétois, avec lequel l’association a conclu un partenariat. « On leur achète les produits, que l’on revend à moitié prix. Ils nous donnent tous leurs produits frais approchant de la date de péremption, que l’on vend à 10% de leur prix magasin. » L’épicerie s’approvisionne également auprès de la Banque alimentaire, dont les produits sont vendus à 10% de leur valeur, et en fruits et légumes auprès d’un marchand de primeurs local. Ouverte le mardi après-midi et le vendredi matin, l’épicerie ne vend aucun produit préparé, afin d’encourager la diététique qui est au cœur de l’un des ateliers proposés aux clients : cuisine et hygiène alimentaire, estime de soi, expression corporelle, informatique, esthétique et coiffure. « L’objectif est d’aider à l’insertion par l’intermédiaire de l’alimentaire », précise Dominique Rostan. L’accès à la culture est également favorisé, grâce à des tarifs très réduits. Conçue initialement pour 60 familles, l’épicerie a vu sa fréquentation bondir avec la crise : « Nous avons 149 clients, ce qui représente 520 personnes. » L’admission est validée par le CCAS, en fonction d’un barème conforme aux minima sociaux : 675 € (hors APL) pour une personne seule, 833 € pour deux, 1 022 pour trois, etc. En attendant la création des épiceries solidaires dans le Bocage bourbonnais (voir Reflets d’Allier de mars), l’épicerie sociale de Cusset est une des trois seules de l’Allier, avec ses voisines de Vichy et Moulins ; elle a reçu la visite de bénévoles et d’élus de Domérat, où une épicerie sociale et solidaire ouvrira en septembre prochain. n POUR EN SAVOIR PLUS Épicerie sociale de Cusset tél. 04 70 30 51 70 (CCAS). Épicerie sociale de Vichy tél. 04 70 96 62 20. Épicerie sociale de Moulins tél. 04 70 20 93 14.
Lapalisse Un projet bien sur pied Les temps changent. Les derniers vestiges délabrés de l’ancienne place de l’Industrie (nouvelle place Charles-Becaud), au pied du château de La Palice, ont été relégués au stade de souvenirs. La communauté de communes du Pays de Lapalisse est partie à la reconquête de ce bâti abandonné, en réhabilitant les rezde-chaussées afin de créer trois échoppes. Elles vont constituer le cœur du futur quartier d’artisanat d’art et relancer, ainsi, la dynamique économique dans ce secteur historique. Des propriétaires privés lui ont emboîté le pas, sentant un vrai potentiel pour cet emplacement situé à proximité de la Besbre et du parc floral. Ce projet a été conduit dans le cadre de la requalification de la RN 7 et s’inscrit en complément des travaux de voirie conduits par la Ville avec les cofinancements du Conseil général et de l’État. Une inauguration festive aura lieu le 27 mai. n RETOUR SUR IMAGE Face aux violences, Agglos et un engagement commun Dans l’Allier, la lutte contre les violences conjugales fédère de nombreux acteurs : l’État avec la délégation départementale aux droits des femmes et à l’égalité, le Conseil général, la CAF, les associations d’aide aux victimes, les représentants de l’ordre des médecins et des avocats, le Centre d’information des droits des femmes et des familles (CIDFF), les centres d’hébergement et de réinsertion sociale, les procureurs, les services de police et de gendarmerie… Il y a quelques semaines, 18 partenaires ont signé le 2 e protocole départemental de prévention et de lutte contre les violences au sein du couple. Il renforce les partenariats institutionnels et associatifs, avec la mise en cohérence des interventions ou encore le développement de la communication (plaquettes, réunions d’information…). Dans ce cadre, le Conseil général s’est porté volontaire pour accueillir en 2013 un observatoire départemental des violences conjugales. n Orange InterAllier très haut débit Afin de réduire la fracture numérique, le Conseil général vient de signer avec l’État, la Région, les autres Départements d’Auvergne, les présidents des plus importantes agglomérations auvergnates et Orange la première convention nationale pour le déploiement du très haut débit. Dans le Bourbonnais, l’opérateur historique, avec le soutien logistique des collectivités locales, s’est engagé à couvrir d’ici 2020 l’ensemble des communautés d’agglomération (Montluçon, Moulins, Vichy) en fibre optique, technologie présentant un débit 10 fois plus élevé que l’ADSL. En parallèle, pour la desserte des territoires ruraux, une consultation publique est actuellement en cours pour la création d’un réseau de télécommunications d’initiative publique. n Reflets d’Allier - Avril 2012 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :