[03] Reflets d'Allier n°45 avril 2012
[03] Reflets d'Allier n°45 avril 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°45 de avril 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : projet de parc paléontologique à Gannat.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Illustration Marc Boulay - Cossima production DO3SIER Sur les traces des dinosaures polaires Cet hiver, de la Sibérie, les Bourbonnais ont pu apprécier les températures glaciales ! Ce printemps, Paléopolis ne change pas de pays et entraîne même ses visiteurs dans un voyage aux confins de cette contrée lointaine. L’exposition temporaire « Sur les traces des dinosaures polaires » propose de remonter l’échelle des temps géologiques et de mieux comprendre les changements climatiques intervenus dans cette région mais aussi l’adaptation de la vie à des conditions extrêmes. Record de froid à – 71,2 °C Si, longtemps, on a cru que la disparition des dinosaures était due à un changement climatique après un impact de météorite, de récentes découvertes à Kakanaut (nord-est de la Russie) et en Alaska témoignent au contraire de l’extraordinaire capacité d’adaptation de ces animaux. Tyrannosaure, Ankylosaure, Edmontosaure seront les témoins de cette incroyable histoire. Ils partageront la vedette avec des squelettes de mammouths, d’ours des cavernes et des crânes de rhinocéros laineux, de mégacéros, etc., disparus de ces territoires plusieurs 12 Reflets d’Allier - Avril 2012 Exposition internationale à découvrir du 27 avril au 31 août 2012 à Gannat millions d’années après. À côté de ces bêtes avenantes, les peuples de l’Arctique sibérien seront aussi à l’honneur. Avec les Sakhas et autres Nénets, il sera possible de découvrir des règles de vie basées sur la solidarité et la communion avec la nature. On pourra aussi se familiariser avec la Yakoutie qui affiche le record mondial du froid en zone habitée avec – 71,2 °C, avec un hiver qui dure la bagatelle de 7 mois. Un zoom sera aussi consacré aux prisonniers des goulags. À peine réchauffé, le public sera invité à partir sur la route du froid, fil conducteur de cette incroyable exposition. Ses effets sur le sol, sur la faune et la flore et sur l’homme seront décortiqués ainsi que les conséquences du changement climatique dans cette région du monde. Cette première exposition temporaire de Paléopolis – il y en aura une par an – offre une approche intelligente et ludique grâce à l’encadrement d’un comité scientifique composé des plus grands spécialistes mondiaux. Un gage de qualité pour ce parc qui s’est donné pour première mission une appropriation des sciences de la vie et de la terre par le plus grand nombre.
Illustration Marc Boulay - Cossima production Dans la peau d’un paléontologue Gratter la terre, découvrir des merveilles, exploiter ses trouvailles… Dès cette année, Paléopolis propose aux enfants d’enfiler un « costume » de paléontologue. Dans un espace de 400 m², ils peuvent reproduire leurs gestes mais aussi utiliser des salles et un laboratoire pour mieux comprendre la Préhistoire, la géologie et l’histoire de la vie. Dans un bâtiment conçu comme un camp de base, entre explorations et rêves, les bambins peuvent s’en donner à cœur joie et partir à la découverte du minutieux travail de leurs aînés. Pour continuer l’aventure… Pour ne pas glisser seul « Sur les traces des dinosaures polaires », Paléopolis propose différentes formules de visite. Les familles et les individuels peuvent ainsi participer à des visites libres. Munis d’un carnet de route, ils naviguent au gré de leurs envies ou au fil d’un jeu-découverte. Ceux qui veulent en savoir plus ont la possibilité de suivre pas à pas les explications d’un guide qualifié (15 personnes minimum). En plus, chaque week-end en mai et en juin, puis tous les jours en juillet et en août, la visite peut se poursuivre dans des ateliers (environ 1 heure). Dans l’atelier « fouilles », les visiteurs mettent au jour des fossiles de dinosaures polaires et de grands mammifères de la Préhistoire. Après un nettoyage en règle, des prises de mesures et une identification des fossiles, un diplôme d’apprenti paléontologue leur est décerné. Dans l’atelier « moulage », ils apprennent à distinguer des fossiles originaux des moulages avant de réaliser leur propre empreinte et de repartir avec leur moulage (prévoir des vêtements adaptés). Ces mêmes ateliers sont accessibles toute l’année aux groupes (réservation obligatoire) et un programme spécial a été élaboré pour les scolaires (voir page 15). Un parc et une histoire Rencontre avec… Gilles Pacaud, chargé de mission et commissaire principal de l’exposition Pourquoi avoir retenu les dinosaures polaires pour la première exposition temporaire de Paélopolis ? C’est un sujet sur lequel je travaille depuis plus de vingt ans. En règle générale, il faut près de deux ans pour monter une exposition d’une telle ampleur. Grâce à ces précédents travaux et à l’appui de François Escuillié et Vladimir Potapov, deux paléontologues de renom, nous avons pu aller beaucoup plus vite. La paléontologie semble un peu déconnectée des préoccupations actuelles des gens… Je ne suis pas d’accord avec cette vision des choses. Nous cherchons d’ailleurs toujours à l’inscrire dans l’actualité. Ainsi, le thème conducteur de l’exposition est le froid. Cela nous permet d’évoquer le réchauffement climatique. Nous ne nous intéressons pas à ses causes mais à ses effets, tels que le bouleversement de la végétation et de la faune, les conséquences sur les habitants, sur l’approvisionnement en richesses minières… Il nous semblait que la Sibérie était un territoire propice pour évoquer ces questions car elle a longtemps nourri notre imaginaire, avec une importante littérature et de nombreux films. Avez-vous aussi cette volonté de nourrir cet imaginaire ? Nous mettons tout en œuvre pour cela, avec des pièces remarquables de dinosaures et de mammouths. Par ailleurs, le Salon d’honneur du Conseil général accueillera, du 26 avril au 25 mai, une exposition exceptionnelle sur les chasseurs et les sculpteurs d’ivoire de mammouth. Des photos sur la récolte de l’ivoire seront dévoilées en avantpremière, avant leur publication dans la version américaine du National Geographic. Et normalement, d’autres surprises sont attendues. Rendez-vous sur www.allier.fr pour plus d’informations en vidéo sur ce sujet Reflets d’Allier - Avril 2012 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :