[03] Reflets d'Allier n°44 mars 2012
[03] Reflets d'Allier n°44 mars 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°44 de mars 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : le Pal se lodge à la belle étoile.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
InterAllier Bocage bourbonnais > cantons de Bourbon-l’Archambault, de Lurcy-Lévis, du Montet, de Souvigny Épiceries solidaires rurales : lever de rideau en mai Situations financières de plus en plus difficiles, réponses au coup par coup… Face à la montée de la pauvreté, le Bocage bourbonnais a décidé de lancer un réseau d’épiceries solidaires rural. Une première en France. Après de nombreux mois de travail, une cinquantaine de réunions de concertation, des rencontres avec des structures existantes, le projet va très prochainement aboutir. Au début du mois de mai, la 1 ère épicerie solidaire du Bocage bourbonnais devrait ouvrir ses portes à Tronget (anciens locaux de la Caisse d’épargne). En juin, ce sera au tour de celle de Bourbonl’Archambault (à proximité du collège), puis viendront celles de Lurcy-Lévis et de Souvigny. D’ici la fin de l’année, le réseau sera complet. « Tout a démarré lorsque j’ai vu un de mes administrés arriver dans mon bureau en mairie et me disant qu’il n’avait plus de quoi se nourrir », se souvient Nicolas Thollet, maire de Pouzy-Mésangy et vice-président du Conseil général. En se rapprochant de l’Unité territoriale d’action sociale (Utas) de Moulins agglo, il s’est aperçu que la précarité augmentait sur l’ensemble du Bocage bourbonnais et touchait toutes les tranches de la population, des jeunes aux personnes âgées, en passant par les travailleurs « pauvres ». Une réponse devait être trouvée. Elle n’existait pas. Il fallait la créer. L’idée d’un réseau d’épiceries solidaires rural prend alors racine suite à une réunion dans les locaux du Secours Catholique. « Les centres communaux d’action sociale comme les associations caritatives ne peuvent apporter que des 20 Reflets d’Allier - Mars 2012 réponses ponctuelles en termes d’alimentation. Nous souhaitions aller plus loin », poursuit le conseiller général. Pour répondre aux questions de mobilité, particulièrement prégnantes en zone rurale, l’idée d’une épicerie sociale itinérante est mise en avant. Trop onéreuse en termes de fonctionnement, elle est abandonnée. Finalement, quatre épiceries seront implantées, une dans chaque canton du territoire de l’Utas, en concertation et avec le soutien de commerçants du secteur. Elles ouvriront une demijournée par semaine, en fonction du Transport à la demande, pour ne pas pénaliser les personnes qui ne disposent pas de moyens de locomotion. « Cet automne, avec la création de l’association des Épiceries solidaires du Bocage bourbonnais, nous avons totalement innové. C’est le 1er réseau de ce type en secteur rural. Il s’agit vraiment de sortir d’une logique d’assistanat pour aller vers le développement local. Les bénéficiaires de l’épicerie sociale participeront à différents ateliers : cuisine, Dans le prochain numéro Retrouvez dans le numéro du mois d’avril de Reflets d’Allier, un article sur les épiceries sociales déjà opérationnelles dans le département. gestion, informatique… C’est aussi une manière de rompre avec la solitude engendrée par la misère », poursuit Nicolas Thollet. Du côté du financement, la solidarité n’est pas un vain mot. Chaque commune des quatre cantons sera invitée à cotiser, soit directement soit par le biais de son CCAS (centre communal d’action sociale). Leurs contributions compléteront celles des différents partenaires : Europe, État, MSA, Caf, Région, Conseil général, mécénat… Le prix à payer pour retrouver un peu de dignité et le choix de ses denrées. n POUR EN SAVOIR PLUS Association des épiceries solidaires du Bocage bourbonnais Mairie de Bourbon-l’Archambault tél. 04 70 67 00 08 Francis Bonami - Fotolia.com
Vichy Défense des consommateurs Les consommateurs ont aussi des droits. À Vichy, depuis maintenant 30 ans, l’association Information et défense des consommateurs les aide en cas de litige. Problèmes liés à l’énergie, à la téléphonie, à l’automobile, à l’assurance, aux locations, aux démarchages abusifs… Avec son équipe d’une douzaine de bénévoles, elle gère tous les ans près de 250 dossiers. Elle peut rechercher une conciliation et, si nécessaire, accompagner ses adhérents (aujourd’hui, près de 650) devant les juridictions compétentes. Quant à son site Internet, il regorge d’informations utiles et permet de suivre attentivement l’actualité « conso » du bassin. N’hésitez pas à pousser la porte du siège social de l’association, 20, rue de la Paix, à Vichy (à proximité du grand marché). Il est ouvert du lundi matin au vendredi midi. n RETOUR SUR IMAGE LGV : l’Allier réunit ses partenaires Les présidents des Conseils généraux du Cher (Alain Rafesthain), du Puy-de-Dôme (Jean-Yves Gouttebel), de l’Allier (Jean-Paul Dufrègne) et de la Nièvre (Patrice Joly) se sont réunis, en janvier, à Moulins, pour faire valoir leur position commune sur le projet de Ligne à grande vitesse Paris-Orléans-Clermont- Lyon. Ils ont unanimement confirmé leur soutien au projet de LGV, soulignant l’urgence de cette infrastructure et privilégiant, au-delà des seuls aspects de rentabilité, les enjeux d’aménagement du territoire. S’agissant du tracé, les quatre présidents estiment qu’un consensus peut être trouvé autour du scénario Ouest, conformément aux souhaits de leurs Assemblées. En parallèle, ils ont inscrit, dans leur déclaration commune, l’amélioration immédiate de la ligne Montluçon-Bourges, avec une anticipation de son électrification. n LE COIN ASSOCIATIF LE COIN ASSOCIATIF POUR EN SAVOIR PLUS Information et défense des consommateurs tél. 04 70 32 72 30 www.idc-allier.com InterAllier LE COIN ASSOCIATIF LE COIN ASSOCIATIF Un protocole pour l’habitat Fotolia En matière de logement, le Conseil général s’implique aussi. En septembre dernier, il a adopté la procédure de redressement de l’office public « Allier habitat ». Cela a débouché sur la rédaction d’un protocole réunissant quatre partenaires : Allier Habitat, le Conseil général, la Caisse de garantie du logement locatif social et l’État (CGLLS). Il a été signé à la mi-janvier en présence de Jean-Luc Marx (préfet de l’Allier), de Jean Paul-Dufrègne (président du Conseil général), de Dominique Bidet (président d’Allier Habitat) et de Jean-François Grillon (chef du service des aides de la CGLLS, pour sa directrice) (de gauche à droite sur la photo). Ce protocole d’accord précise notamment le calendrier de versement de la subvention du Département qui s’élève à 10 millions d’euros, soit 1,5 million d’euros par an pendant sept ans. Cette signature permet aujourd’hui à l’Office départemental de l’habitat de sortir d’une situation financière difficile mais surtout de garantir son rôle de service public auprès des usagers. n Reflets d’Allier - Mars 2012 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :