[03] Reflets d'Allier n°43 février 2012
[03] Reflets d'Allier n°43 février 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de février 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : Montluçon, un chantier titanesque.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Buzz&business Matière grise pour tête de bois Le projet porte le nom de code ECO- MEF, pour « Éco-concevoir un outil de mécanisation pour le bûcheronnage d a n s l e s p e u p l e me n t s de feuillus ». Plus simplement, l’idée est d’inventer un outil permettant l’abattage mécanique dans les forêts de feuillus (chênes, hêtres, châtaigniers, etc.), à l’instar de ce qui existe pour les résineux. À l’origine, ECO-MEF est né de Forbois@uvergne, la plate-forme technologique de la filière bois en Auvergne, en liaison avec les établissements scolaires et universitaires spécialisés sur le sujet, dont le lycée d’enseignement forestier et social Claude-Mercier, au Mayet-de-Montagne. Le projet est développé dans le cadre d’un consortium, composé par l’ISI, l’IFMA, le CEMAGREF, le FCBA, l’IRB, le CBB (voir encadré), soutenu par le pôle de compétitivité VIAMECA pour un budget de 3,5 M €. Le lycée Claude-Mercier participe à la recherche des concepts et sera 24 Reflets d’Allier - Février 2012 chargé de conduire les tests ainsi que l’optimisation du prototype. La phase du projet confiée à l’établissement nécessite un budget de 160 000 €, cofinancé à parts égales par l’Union européenne et le Conseil général. La période de recherche et développement est répartie sur 2011-2015, pour Plus de 20 000 hectares de feuillus dans l’Allier une fabrication industrielle et une commercialisation planifiée de 2015 à 2020. « D’ici 2020, au niveau national, une augmentation de la récolte de 21 millions de m 3 par an est attendue. Près de 65% seront des bois feuillus, un tiers seront mécanisables », précise Pascal Liangeaud, directeur de Claude-Mercier. Mais il voit bien au-delà de cet objectif commercial. Ces engins À vos sigles ! ISI : Intégration solutions système IFMA : Institut français de mécanique avancée CEMAGREF : Centre national du machinisme agricole du génie rural FCBA : Institut technologique forêt cellulose bois construction ameublement IRB : Inter régions bois CBB : Comptoir des bois de Brive du futur seront confiés à des conducteurs spécialisés. Le lycée du Mayet-de-Montagne propose déjà un Bac Pro pour les engins destinés aux résineux et compte bien saisir également l’opportunité offerte autour des feuillus. « C’est un vrai projet structurant, enchaîne Pascal Liangeaud, avec une approche environnementale très jalonnée : gestion durable des forêts, respect de la biodiversité et des milieux forestiers en général. Tout a été évalué avec le plus grand soin. » Avec, notamment, 10 000 ha de feuillus à Tronçais et 8 000 ha en Montagne bourbonnaise, l’Allier constituera en tout cas un laboratoire idéal pour la concrétisation d’ECO-MEF. n www.lyceeclaudemercier.fr Portes ouvertes Le lycée Claude-Mercier au Mayet-de-Montagne (route de Lapalisse, tél. 04 70 59 70 88) ouvrira ses portes au grand public les 24 et 25 mars, avec une présentation complète de ses filières de formation. Au programme figurent également un salon bois énergie et une manche du championnat de France de coupe de bois sportive. n
CCI : un pôle formalités départemental En 2015, les deux Chambres de commerce et d’industrie (CCI) de l’Allier ne feront plus qu’une. Une nouvelle étape a été dernièrement franchie avec le lancement du Pôle formalités départemental. Répondant à la loi de modernisation de l’économie du 4 août 2008, avec ses trois platesformes, il est un guichet unique facilitant les démarches administratives des entreprises et des associations lors de l’inscription, de la modification ou de la cessation d’activité. Il dispose également d’un volet international, étant habilité à fournir des renseignements et à viser les documents liés aux exportations. En parallèle, le pôle formalités, décidemment tourné vers les nouvelles technologies, assure la promotion de l’apprentissage, sert d’interface entre les chefs d’entreprise et leur Association de gestion du financement et de la formation (Agefice), dispose d’un fichier des entreprises et sécurise les échanges électroniques. n Montluçon, tél. 04 70 02 50 52 Moulins, tél. 04 70 35 40 00 Vichy, tél. 04 70 30 41 00 formalites@pole-formalites.allier.cci.fr Buzz&business Un pari sur l’avenir Le risque est calculé ; il existe pourtant. Cependant, l’entreprise ne pouvait pas passer à côté de cette opportunité de développement. La société Convivial, spécialisée dans la découpe et la transformation de viande, a investi 9 M € sur son site de Creuzier-le-Vieux. Pour cela, elle a reçu le soutien de plusieurs partenaires : le Conseil général (200 000 €), la Région (435 000 €) et l’Europe (580 000 €). Désormais, elle dispose de 8 500 m² sur deux niveaux. Elle a profité de ce conséquent chantier pour revoir l’ensemble de sa chaîne de viande effeuillée permettant la confection des « Parfaits de charolais ». Avec ce nouvel outil industrialisé, répondant à l’ensemble des normes sanitaires en vigueur, elle souhaite affirmer sa présence sur ce marché en triplant quasiment sa capacité de production. Aujourd’hui, Convivial dégage un chiffre d’affaires de 14 M €. L’entreprise emploie 57 salariés et une quinzaine d’intérimaires sur les deux sites qu’elle compte dans le département, à Creuzier-le-Vieux et à Gannat. n Implant’Allier Digi Sport Dans quelques semaines, la société Digi Sport intégrera ses nouveaux locaux à Abrest. Historiquement implantée à Mont-de-Marsan, elle est spécialisée dans la conception et la fabrication d’appareils de mesure numérique pour le sport : chronomètres, podomètres, afficheurs de score, boussoles à bain d’huile… « Lorsque nous avons racheté l’entreprise il y a 6 ans, la marque avait déjà une trentaine d’années. Elle avait été créée par un Français et un Chinois de Hong-Kong qui s’étaient connus à Londres lors de leurs études. Ils ont été les premiers dans leur domaine à favoriser l’intégration des technologies digitales en direction du grand public », rappelle Francis Rabadan, directeur de l’entreprise. Il a décidé de s’installer dans le bassin vichyssois en raison de son image sportive mais surtout pour sa position géographique. Elle lui permet de desservir plus aisément les centrales d’achat, ses principaux clients, et l’étranger, l’export représentant 40% de son chiffre d’affaires. Le déménagement de Digi Sport aura nécessité un investissement de 300 000 €, « sans aide publique », précise l’entrepreneur, séduit par l’accueil réservé à son projet, en particulier par Vichy Val d’Allier Développement (VVAD). À terme, Digi Sport pourrait compter huit salariés sur son site bourbonnais, la fabrication continuant d’être assurée par son partenaire asiatique. n Reflets d’Allier - Février 2012 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :