[03] Reflets d'Allier n°43 février 2012
[03] Reflets d'Allier n°43 février 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de février 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : Montluçon, un chantier titanesque.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
InterAllier Montluçon Un chantier titanesque L e C on s e i l g é n é r a l investit 11 M € au collège Jean-Jacques-Soulier. Le Département fait mieux qu’offrir à cet établissement un coup de jeune : il le reconstruit entièrement. C’est le plus gros chantier bâtiment du Conseil général. Près de 11 M € lui sont consacrés. Il ne conserve du collège Jean-Jacques-Soulier, à Montluçon, que le sous-sol en béton armé du bâtiment enseignement. Situé à proximité de la cité HLM de Fontbouillant, il a été érigé en 1968. À l’époque, il fallait construire vite, très vite, pour répondre aux besoins de bâtiments scolaires. Trop vite certainement. On optait alors pour une construction à structure métallique. Plus connus sous l’appellation « Pailleron » – nom du collège parisien détruit par un violent incendie en 1973 qui provoqua la mort de plusieurs élèves –, ces bâtiments présentent plusieurs caractéristiques : bien entendu l’absence de stabilité au feu mais aussi des performances énergétiques, acoustiques et thermiques très faibles. Une reconstruction complète À ce tableau, bien noir, il fallait apporter des réponses. En 1993, le Conseil général sécurisait la partie enseignement en ajoutant trois cages d’escaliers de secours extérieurs. D’autres aménagements suivaient en 2004. Mais il fallait aller bien plus loin, sans pour autant fermer cet établissement, indispensable à la vie et à la dynamique de ce quartier montluçonnais. 20 Reflets d’Allier - Février 2012 Après plusieurs études, le Conseil général a décidé de s’orienter vers une solution de reconstruction en lieu et place du site existant. Dans la foulée, cette opération importante était inscrite au Plan collège 2010-2015 du Département. Le maintien de l’établissement en fonctionnement pendant les travaux était retenu. Début 2011, des locaux provisoires pour loger l’administration étaient aménagés dans le bâtiment « enseignement ». La deuxième vie du collège commençait alors à se concrétiser. L’été dernier, Mètre carré le terrassement des nouveaux bâtiments débutait. À l’automne, un 1er bâtiment, dit « témoin », était livré, permettant d’avoir une vision plus concrète de l’aspect final du projet. En parallèle, la structure en béton en rez-de-chaussée, dans trois autres bâtiments, attendait l’ossature bois pour leur étage et leur charpente. Les trois derniers espaces en construction voyaient leurs fondations coulées. Dès la fin de l’année, cet ensemble sera mis à la disposition du collège. Pour le « Bat H », celui de la cuisine, de la salle de restauration, de la vie scolaire et des de r n i è r e s salles de classe, il faudra attendre le dernier trimestre 2013. Les 664 élèves, leurs 44 enseignants ainsi que le personnel administratif et technique évolueront alors dans un établissement flambant neuf et jouissant des derniers équipements technologiques, laissant loin, très loin, le souvenir des bâtiments anciens. n
Partout dans l’Allier Chorales scolaires : une charte Le chant choral garde le la dans l’Allier. Une charte départementale lui est même désormais consacrée. Elle réunit pas moins de six partenaires : l’Éducation nationale, la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC), le Conseil général, les centres régional et départemental de documentation pédagogique (CRDP/CDDP), l’Institut universitaire de formation des maîtres et l’Association des maires. Tous ont décidé de formaliser leur entente pour favoriser le développement de la pratique du chant choral des élèves de l’Allier, tout au long de leur scolarité, de la maternelle au lycée. Ce document formalise la formation des enseignants mais aussi les partenariats entre l’Éducation nationale et les structures culturelles, tout en encourageant les réalisations communes entre les établissements scolaires. n RETOUR SUR IMAGE Le vieillissement en milieu rural peut parfois devenir un véritable casse-tête : isolement, éloignement du bourg, inadéquation du logement… Face à ce défi, des alternatives d’hébergement doivent être proposées. À Noyant-d’Allier, la réalisation d’une Maison d’accueil rurale pour personnes âgées (Marpa) a été retenue. Ce choix est issu d’une réflexion qui a associé les acteurs locaux et les habitants dans le cadre d’une démarche de développement social local. Allier Habitat, propriétaire des murs, a débuté les travaux cet automne. D’un montant de 3 M €, ils sont notamment soutenus à hauteur de 300 000 € par le Conseil général. À terme, la Marpa, gérée par le Centre communal d’action sociale (CCAS), disposera de 24 places, accessibles aux personnes âgées faiblement dépendantes de Noyant-d’Allier et de ses environs. n InterAllier La Marpa sort de terre Un bail, un investissement *Au premier plan, Michel Lafay (maire de Noyant-d’Allier), Jean-Paul Dufrègne (président du Conseil général) et Dominique Bidet (conseiller général et président d’Allier Habitat). Jacques Durand (directeur de SNI Sud-Est), M e Jacques Barry (notaire), et Jean-Paul Dufrègne (président du Conseil général) Le Conseil général a signé un bail emphytéotique administratif de 40 ans pour la gestion des 14 casernes de gendarmerie de l’Allier. Ce contrat a été passé avec SNI, filiale de la Caisse des Dépôts. Il ne s’agit en rien d’une privatisation. Le Département reste bel et bien propriétaire de ces biens. Cependant, cette contractualisation apporte à la collectivité départementale une recette budgétaire exceptionnelle de 12,5 M €. Cette somme a rendu possible l’inscription au budget 2012 du lancement du partenariat public-privé (PPP) pour le contournement sud-ouest de Vichy. En effet, afin d’alléger de 20% le loyer annuel du PPP, le Conseil général a choisi de verser un 1er loyer de 20 M € à la société COLAS, détentrice du marché du contournement. Ensuite, il versera, pendant 15 ans, 4,7 M € annuels à l’entreprise. Pour la collectivité, cette opération répond à l’intérêt du service public puisqu’elle participe à désenclaver le bassin vichyssois. n Reflets d’Allier - Février 2012 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :