[03] Reflets d'Allier n°42 janvier 2012
[03] Reflets d'Allier n°42 janvier 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°42 de janvier 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 13,8 Mo

  • Dans ce numéro : la RCEA bien suivie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
InterAllier Vieure > canton de Bourbonl’Archambault Coin de paradis « Nous voulions une affaire à nous. Un endroit beau et tranquille à la fois. » Alain Basso et Magalie Bonjean, sa compagne, ont trouvé leur bonheur dans l’Allier. Ils ont repris l’auberge de la Borde, au plan d’eau de Vieure. « Nous vivions à côté d’Aix-en-Provence. Nous avons eu un vrai coup de cœur pour cette offre repérée sur Demain TV », se souvient le restaurateur qui avait vainement cherché dans le sud de la France. En à peine trois mois, avec le soutien des élus locaux, de la Mission Accueil Allier et de la communauté de communes, le couple et deux de ses enfants se sont installés sur les terres bourbonnaises. Aujourd’hui, ils proposent aussi bien des menus ouvriers que des spécialités régionales ou méridionales. L’établissement peut accueillir 145 couverts en salle et 50 autres dans une annexe du camping. Et les projets ne manquent pas, avec l’organisation de soirées thématiques ou encore l’aménagement d’une 2 e terrasse derrière le restaurant. n Auberge de la Borde Plan d’eau, 03430 Vieure tél. 09 77 73 58 76 22 Reflets d’Allier - Janvier 2012 Montvicq > canton de Montmarault Une alternative de 1er choix Maison relais, la Maf de Montvicq offre une solution d’hébergement aux personnes handicapées vieillissantes autonomes. Elle est la première de l’Allier ! La Maison d’accueil familial (Maf) de Montvicq a récemment ouvert ses portes. Elle propose une solution d’hébergement relais à des personnes vieillissantes, en situation de handicap (physique ou psychique), mais encore autonomes. « Notre maison relais offre une alternative à la maison de retraite où les résidents sont souvent très âgés. Elle s’adresse prioritairement aux personnes relevant de l’aide sociale », souligne Philippe Verdier, président depuis quelques mois de la Maf. Une offre complète de services Le nouvel équipement dispose de 15 studios, entièrement indépendants. En plus du mobilier, disponible sur demande, ils sont équipés d’une pièce à vivre avec terrasse, d’une kitchenette, d’une salle d’eau et de sanitaires. Ils se situent tous dans un bâtiment commun, construit par Allier Habitat, sur un parc de près de 3 000 m², à l’entrée du bourg. Le projet architectural a également tenu compte de vastes espaces communs, que ce soit pour le service de restauration (facultatif), la lingerie ou les différents ateliers, régulièrement organisés. « En plus de l’hébergement, nous offrons un accompagnement assuré par du personnel qualifié en journée, pour des animations mais aussi pour des démarches administratives ou des déplacements dans des villes voisines, détaille le nouveau président. Notre maison s’intègre parfaitement dans le dispositif de maintien à domicile des personnes handicapées mis en place ces dernières années. C’est aussi pourquoi nous recevons une aide de fonctionnement du Conseil général. » n POUR EN SAVOIR PLUS Maison d’accueil familial Rue du Bourbonnais, 03170 Montvicq tél. 04 70 07 74 26
REPORTAGE Saint-Victor > canton de Montluçon Saperlipopette. Un nom de scène qui coule et claque comme un saut à pieds joints dans une flaque. Reprise en chœur par les petits spectateurs, la cascade de syllabes brise la glace et ouvre l’univers de Chantal Michaud, clown musicienne qui sait mettre ses mots à hauteur de mômes. Saper… saperli… saperlipo… saperlipopette. Un nom « un peu bizarre », qui roule en bouche comme une poignée de bonbons piquants. Un nom tiré d’un conte de fées, comme le costume, le maquillage et la perruque du clown qui vient de débouler sur scène. Rodé, le rituel initial est la clef qui donne l’accès au(x) monde(s) de Saperlipopette, sans convoquer Super Mario et les Zhu Zhu Pets. « Les enfants se prennent très facilement au jeu. Ils en ont besoin, cela fait fonctionner leur imaginaire », explique Chantal Michaud, l’« inventrice » de Saperlipopette, dans la longère familiale de Saint-Victor. Une petite morale Le personnage est né il y a quelques années, quand l’exchanteuse d’orchestres de variétés accompagne ses enfants aux spectacles scolaires : « Je me suis rendu compte que l’offre était assez réduite et qu’il y avait peutêtre quelque chose à faire. » Seule en scène, avec pour accessoires une bande-son, une malle de costumes et des instruments destinés aux enfants, Saperlipopette conte et chante ses histoires qui se terminent invariablement par une « petite morale » : la protection animale pour « Saperlipopette et ses amis », le bonheur des enfants pour « Saperlipopette et la Mère Noël ». En attendant, pour 2012, la tolérance en filigrane de « Saperlipopette et la différence », un spectacle davantage destiné aux adolescents et qui parlera de racisme, de handicap et de souffrances liées au physique. Comme pour les deux premiers, « les idées viennent la nuit. Je puise dans mon vécu, mes souvenirs d’enfance, par exemple mes lunettes qui me faisaient appeler « serpent à lunettes ». Ou l’émotion que j’ai ressentie, lors d’un spectacle, en voyant une petite fille sourde et muette que ses camarades entouraient pour qu’elle participe ». Entre les messages de Saperlipopette et les préoccupations de Chantal Michaud, la frontière est aussi mince que l’épaisseur du maquillage. Autour de la maison, InterAllier Âge tendre et tête de clown un cheval borgne, un retraité des hippodromes et neuf chèvres ont échappé à l’abattoir, et une chienne sautille sa joie d’adoptée. Maquiller les enfants hospitalisés ou des fans de la Banda Follet pour lutter contre la mucoviscidose n’est pas un « simple » boulot : « La sensibilité aux souffrances des autres est dans mes gènes. » Née en 2007 avec l’association éponyme, visant aussi bien les écoles que les comités d’entreprise, les accueils de loisirs et, de plus en plus, les anniversaires à domicile, Saperlipopette se cogne au principe de réalité : « Pour l’instant, je ne peux pas en vivre, regrette Chantal Michaud. On sent la crise, les écoles ont moins d’argent, les gens ne veulent plus tellement sortir. » Saperlipopette… n Saperlipopette tél. 04 70 29 77 71 ou 06 66 53 42 68 chadimaval-03@hotmail.fr Reflets d’Allier - Janvier 2012 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :