[03] Reflets d'Allier n°41 décembre 2011
[03] Reflets d'Allier n°41 décembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°41 de décembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (229 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,4 Mo

  • Dans ce numéro : nouvelles ruralités... fierté, espoir, ambition.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
L’Allier des territoires Le Mayet-de-Montagne… Châtel-Montagne Dans leur musette, un savoir-faire menacé Ils ont tissé leur vie autour de la vannerie. Leur persévérance sans faille et leur amour inconditionnel du métier conduisent Evelyne et Gilles Szepes au firmament de leur art. Tu vas en crever de ton panier. » Quand Evelyne Szepes a affirmé sa volonté de travailler la vannerie fine, personne ne croyait à l’avenir de cette technique. Elle se souvient encore de cette phrase choc lâchée par l’un de ses professeurs à l’École nationale d’osiériculture et de vannerie de Fayl-Billot. Aujourd’hui, elle en rit de bon cœur et ne regrette rien. À l’argent, elle a préféré le luxe de ses choix, et bien lui en a pris. Coup d’accélérateur Il y a 23 ans, elle quitte son emploi dans la fonction publique pour vivre pleinement sa passion. Elle rejoint la route des trois générations de vanniers dont elle est issue et s’installe à Bellerive-sur-Allier. Son époux, Gilles, rencontré lors d’un stage de vannerie, la soutient pleinement. « Nous avons toujours vécu dans l’Allier. Nous avions envie de passer notre retraite en Montagne bourbonnaise », se souvient la pétulante et patiente entrepreneuse. En 1999, sa vie connaît un nouveau coup d’accélérateur. « Nous étions au marché de Noël de Châtel-Montagne. Le maire de l’époque nous a parlé de la mise en place des ateliers d’art et d’artistes », poursuit-elle. Le couple est séduit par cette émulation. Il décide de délocaliser l’activité là où il avait toujours eu envie d’être et baptise son atelier « Le Rustique », en clin d’œil aux noms des fameux paniers. Force et savoir-faire Au milieu des années 2000, Gilles Szepes rencontre d’importants problèmes de santé. À 49 ans, il se voit congédié de son emploi dans l’industrie et devient travailleur handicapé. Pas question pour autant de se laisser abattre. Il reprend l’atelier de vannerie à son nom. 14////Décembre 2011 Il s’occupe plus particulièrement du cannage alors que son épouse persiste dans la vannerie fine. Ils restaurent, confectionnent, créent des objets sur mesure… Uniques vanniers professionnels inscrits à la Chambre de métiers et de l’artisanat de l’Allier, ils sont de tous les salons, de toutes les expositions renommées. Ils s’investissent dans les importantes instances : le syndicat national des vanniers, la confrérie des façonneurs du noble osier… décrochent de prestigieuses récompenses dont le 1er prix au concours de vannerie du centenaire de l’École nationale de Fayl-Billot (2007)…, travaillent des prototypes pour les maisons de haute couture. Ils puisent leurs forces dans leur savoir-faire et leur curiosité, acceptant parfois des meubles en restauration, plus pour comprendre les techniques utilisées que pour l’aspect financier de l’opération. Ils vivent pleinement leur aventure rotinière. De Châtel-Montagne à Tokyo Les paniers, avec leur air rétro, séduisent les collectionneurs mais aussi les férus de mode, les architectes d’intérieur ou encore les personnes spécialisées dans les arts de la table. Les pièces sont onéreuses (environ 150 €) mais la qualité de leur confection et du rotin utilisé laissent pantois les plus avertis. « Je suis toujours très attentive à la mode, à l’air du temps, aux couleurs utilisées. Je travaille un artisanat vivant inscrit dans son époque », tient à préciser la vannière. Il y a quelques mois, lors d’un salon à Vallabrègues (Gard), une designer japonaise les remarque. Il s’en suit deux jours de négociation, la fille du couple, Allison, assurant la traduction en anglais. Au final, elle leur commande 48 pièces de paniers dans des couleurs naturelles. « C’est la première fois que nous réalisons des séries. C’est aussi notre premier gros contrat. Mami Taira (www.lisette.jp) n’a pas négocié les prix. C’est une marque de respect pour notre travail que j’apprécie », explique, avec une pointe de fierté, la petite main habile. Tout cet amour du travail réalisé dans les règles de l’art, le couple le porte avec bonheur du haut de la Montagne bourbonnaise « où les forces vives ont aussi leur place ». Au printemps, ils accueilleront une stagiaire, Chloé, tombée amoureuse de la vannerie fine alors qu’elle n’avait que 12 ans. Un bonheur pour eux qui se battent au quotidien pour la survie de leur métier. « En 1850, il y avait 60 000 vanniers professionnels, aujourd’hui nous ne sommes plus que 157. Il est important que ce savoir-faire puisse se transmettre. Cela passe par une école. Nous mettons tout en œuvre pour ouvrir un établissement d’ampleur européenne », conclut Gilles Szepes, tout aussi tenace et déterminé que son épouse. 7 + En savoir plus Atelier Le Rustique, route de Roanne, 03250 Châtel-Montagne, tél 04 70 59 77 19 http : //lerustique03.free.fr Ouvert du lundi au samedi, de 8 à 18 heures. www.allier.fr
Gorilla Nouvelles ruralités Fierté, espoir, ambition… Page 16// « Prendre nos affaires en main » Jean-Paul Dufrègne, président du Conseil général, revient sur les « Nouvelles ruralités ». Derrière cette notion qui guide la 2 e mandature de l’exécutif départemental se cache une véritable opportunité d’avenir pour l’Allier. Dossier Volor aliquat, conullaorem elit lan ut praesecte etue exer il iliquatisit dolore digniat do odit acil dui tet lutat amet in hent loborpe riuscillam acipsum et vulputet.Te facilissed min elenis dolorem irit wisi te te dignim zzrilisci bla facil eugait, quate. Page 17//Qu’est-ce qu’un territoire rural ? Les campagnes ont changé. Philippe Perrier-Cornet, professeur à Sup Agro Montpellier, a théorisé sur les nouvelles fonctions des territoires ruraux. Le Conseil général a choisi de s’appuyer sur ses travaux pour orienter ses politiques publiques. Page 20//Le coup d’accélérateur ! Accueillir plus, accueillir mieux, accueillir différemment. Le Conseil général se lance dans un ambitieux projet. Il a ainsi mis en place une équipe projet ayant pour vocation de fédérer l’ensemble des acteurs du département. Décembre 2011////15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :