[03] Reflets d'Allier n°39 octobre 2011
[03] Reflets d'Allier n°39 octobre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de octobre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (229 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,3 Mo

  • Dans ce numéro : croire en l'avenir de nos aînés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Ça bouge pour les jeunes La belle leçon de chant de Field’Sound Les « petits tremblements » avant la montée sur scène, le « cœur qui bat » puis chavire avec le public, le « bonheur pour tout le monde ». Et l’envie d’y retourner, forcément, rapidement. À l’instar de Muse ou Metallica, Field’Sound a vécu les émotions uniques des groupes de rock. Pas au Stade de France ou dans les arènes de Nîmes, mais aux Débredinades d’Autry-Issards, début juillet, devant quelques centaines de spectateurs, à l’âge adolescent où le rock s’écoute en chambre plus qu’il ne se joue. Agés de 13 à 17 ans, collégiens ou lycéens, les sept membres de Field’Sound prolongent avec gourmandise ce qui ne devait être qu’une simple expérience de l’été 2010 impulsée par le centre social de Souvigny : un camp d’ados mêlant sport et musique. Ils sont alors neuf à se retrouver pour une semaine d’exercices encadrés par deux professionnels, Dany Rodriguez et Jean-Michel Barrès, avec en point de mire un concert – déjà – aux Débredinades. Structuration de l’énergie Brassant autodidactes, élèves de classe musicale, choristes ou purs novices, « l’alchimie » opère, Une aventure humaine miraculeuse : « On ne se connaissait pas, mais ça s’est tellement bien passé qu’on n’a pas eu envie que ça s’arrête là », expliquent en chœur Marvin, Floriane et Karim. Organisées au fil des vacances scolaires, toujours épaulées par les deux pros de la musique et du chant, les retrouvailles voient l’énergie ado se structurer en une poignée de chansons aux textes travaillés – dont un bel exercice de slam. Le CD « L’Aventure humaine », sorti en juin à 200 exemplaires, montre que le champ des possibles est fertile pour ces graines de rockers conscients de leur chance : « On n’aurait pas pu faire tout ça, des concerts, sortir un CD aussi rapidement, sans l’aide des adultes. » Field’Sound est composé de Marvin Pontonnier (Coulandon), Floriane Gourdéol (Saint-Menoux), Karim Filali (Souvigny), Brenda Arcony (Marigny), Maxime Bernard (Souvigny), Lucas Perrin (Chemilly) et François Solnon-Désurier (Saint- Menoux). Tous souhaitent continuer l’aventure du groupe sur scène, à condition de recruter un guitariste. Sont ainsi en projets un show-case à l’Espace culturel de Moulins, une tournée dans les centres sociaux, voire des concerts à l’étranger. Le tout à orchestrer avec les agendas scolaires de chacun. 28////Octobre 2011 Mise en valeur des jeunes ruraux Pour le centre social de Souvigny, qui coordonne et pilote ce lourd projet de 15 000 € (financés par le Conseil général, les fonds européens, la Caf, le centre social et les communes adhérentes), l’aventure Field’Sound fait sens. « On entend toujours dire que les jeunes sont des bons à rien, explique Camille Molinetti, agent de développement au centre social et « grande sœur ». Là, on a du concret, une action qui met en valeur les jeunes ruraux. » G r â c e à E l i n a Kandjy, web desig ne r du c en t r e social, Field’Sound a droit à son propre site internet, www.fiedsound.fr, sur lequel des extraits de « L’Aventure humaine » sont d i s p on i b l e s, ai n s i qu e de s vidéos. 7 www.allier.fr
Solidarité départementale Des jeunes moins seuls face aux difficultés A près les engagements, les actes. Le Conseil général ayant placé la jeunesse au cœur de ses priorités, il vient de revoir un certain nombre de ses aides pour les rendre plus accessibles. C’est notamment le cas du Fonds de solidarité pour le logement (FSL). Se présentant sous forme de subvention ou de prêt, il favorise l’accès au logement en prenant en charge, par exemple, le dépôt de garantie, le 1er loyer mais aussi des frais annexes, comme l’ouverture d’un compteur ou les frais d’agence. Il peut aussi intervenir afin de favoriser le maintien dans le logement, notamment pour des impayés d’énergie, quel que soit le fournisseur. Ce dispositif se couple avec un accompagnement social et professionnel. En effet, l’accès à l’autonomie et au logement doit s’inscrire dans une démarche globale, avec en priorité l’accès à l’emploi, afin de pouvoir assumer les charges incontournables. 1000 € par an C’est également le cas du Fonds d’aide à l’insertion (FAI). Ce dernier a aussi été modifié pour le rendre plus réactif. Désormais, son attribution s’effectue directement dans les Unités territoriales d’action sociale. Comme pour le FSL, le plafond de ressources est le même que celui de la CMU (7 771 € pour une personne, 11 657 € pour 2 personnes…) + 30%. D’un montant maximal de 1000 € /an, cette aide permet de répondre aux besoins des personnes en difficulté en matière d’insertion sociale et professionnelle. Elle peut donc intervenir pour des frais de garde, des coûts liés à la mobilité, l’accès aux soins… Cela est défini sur la base de l’évaluation réalisée par le travailleur social qui sera en charge du dossier. Réservé aux jeunes Par ailleurs, un fonds spécifique s’adresse exclusivement aux 18-25 ans : le Fonds d’aide aux jeunes (FAJ). Pour en bénéficier, il faut avoir un projet d’insertion professionnelle clairement défini. Les demandes sont alors instruites par un travailleur social dont la structure de rattachement est reconnue par le Conseil général (CCAS, Missions locales…). Ce dispositif est complémentaire du Civis Transport à la demande Une solution économique aux déplacements C h o i s i r une a c t i v i t é parascolaire peut être un vrai casse-tête. La première difficulté rencontrée réside souvent dans les moyens de transport à mettre en place, surtout lorsque l’on vit en zone rurale. Le service de Transport à la demande (TAD) Ça bouge pour les jeunes du Conseil général peut apporter une réponse. En effet, au moins deux fois par semaine (souvent le mercredi et le samedi), il offre la possibilité de rejoindre un centre-bourg présentant un large panel de services ou une agglomération. Le trajet (aller simple ou retour simple) est à 1 € pour les moins de 18 ans, les demandeurs d’emploi et les bénéficiaires des minima sociaux, (plein tarif 2 €). Pour bénéficier de ce service, il suffit de contacter la centrale de réservation au 0800 800 966 (communication gratuite depuis un poste fixe), au plus tard la veille du départ, avant 17 heures. L’opérateur (Contrat d’insertion dans la vie sociale) et du Revenu contractualisé d’autonomie (RCA), dont un des objectifs est l’accès à l’emploi. 7 + En savoir plus Conseil général de l’Allier, tél. 04 70 34 40 03 – www.allier.fr (guide des aides) indiquera l’heure à laquelle le transporteur viendra directement au domicile ainsi que les conditions de retour. Chaque trajet dispose de correspondances pour l’agglomération la plus proche. Ce service s’adresse à l’ensemble de la population. Il peut être utilisé en toute circonstance et complète les services de transport à la demande mis en place dans certaines communautés de communes et dans les communautés d’agglomération. 7 ¶ ¶ Retrouvez la carte détaillée du transport à la demande sur www.transports.allier.fr ou demandez des renseignements au 0 8 0 0 8 0 0 9 6 6 Octobre 2011////29 Shutterstock



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :