[03] Reflets d'Allier n°34 mar/avr 2011
[03] Reflets d'Allier n°34 mar/avr 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de mar/avr 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (229 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : monde économique... l'Allier a son mot à dire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Intersig Entreprendre Implantation Intersig a une volonté de fer achetée en 2006 par le groupe belgo-hollandais Intersig et Van Merksteijn, la Sitac, une société basée à Avermes, vient de déménager à Saint-Pourçainsur-Sioule, pour investir un site flambant neuf, soutenue à hauteur de 200 000 e par le Conseil général. « Performance opérationnelle, innovation technique et relations clients, nous travaillons à la fois sur ces trois axes, précise Hugo Van Den Broecke, le directeur de l’entreprise. Nous avons cherché un partenariat dans l’Allier, et la communauté de communes en Pays Saint-Pourçinois a eu tout de suite la « Business attitude ». Ses dirigeants proposaient notamment un plan stratégique et une connexion ferroviaire. Tout ça nous a séduits. » Contrôle permanent de fabrication Spécialisée dans le fer à béton et la transformation de l’acier, Intersig se dote donc d’un site industriel de premier plan, avec une infrastructure ultramoderne qui a peu d’équivalent en Europe. « Notre laboratoire industriel assure un contrôle permanent du processus de fabrication, ajoute Hugo Van Den Broecke. Cela nous permet d’accéder à la qualification AFCAB. » S’il considère cet outil de production comme « durable », le directeur met aussi l’accent sur l’impact environnemental de la nouvelle usine. Elle aura un excellent bilan carbone grâce aux approvisionnements acheminés par voie ferrée. 5 000 m² de superficie, 80 000 tonnes d’acier produites dès 2011, Intersig croit dur comme fer en son avenir. 7 20////Mars-Avril 2011 Quelle est la recette d’un déménagement bien orchestré ? En changeant de ville et de site, Intersig a réalisé un authentique exploit : à Avermes, la Sitac a stoppé sa production le 15 décembre, tandis qu’Intersig lançait la sienne à Saint- Pourçain-sur-Sioule le 15 février. « Il faut réfléchir avant d’agir, affirme Hugo Van Den Broecke. C’est ce que nous avons fait pendant 12 mois. Nous avons mis à profit la coupure de 8 semaines pour former notre personnel à l’environnement et au fonctionnement de la nouvelle usine. En juillet dernier, les vaches broutaient ici. Fin février, le premier camion chargé de produits finis a quitté le site. Chez Intersig rien n’est vraiment impossible. » + En savoir plus Intersig France, ZI des Jalfrettes, 1 rue de l’Acier, 03500 Saint- Pourçain-sur-Sioule, tél. 04 70 20 01 87 - www.intersigfrance.fr Hugo Van Den Broecke, Directeur d’Intersig France et Belgique Sur quoi a reposé la réussite de cette installation aux Jalfrettes ? Notre réflexion originale a fait la synthèse entre les nécessités de base : flux logistiques, processus de fabrication, gammes de produits, organigramme des ressources humaines et systèmes qualité. C’était la première marche. L’architecture du nouveau bâtiment a également mobilisé beaucoup d’énergie. Il doit supporter l’activité d’un pont roulant suspendu de 41 tonnes. Du coup, la construction a coûté 25% plus cher ! Comment comptez-vous dynamiser votre activité industrielle et commerciale ? Les 15 employés de la Sitac accompagnent notre projet et, à court terme, nous espérons la création de 15 emplois. En termes d’environnement et de performances, cette nouvelle usine est un bijou qui nous permettra d’occuper une place de leader dans le fer à béton sur le marché français, avec un réel potentiel européen. Pour réussir, nous voulons mettre tous les atouts de notre côté. Pour preuve, nous avons prévu, pour les transporteurs des produits finis, une fenêtre de chargement des cargaisons de 6 heures à 19 heures non-stop. C’est quand même peu courant. Comment concevez-vous les relations humaines au sein de l’entreprise ? Chez Intersig, nous aimons la vie et nous avons du plaisir à ce que nous faisons. Nous voulons que nos employés soient contents de venir au travail. C’est pourquoi cet aspect « famille » des relations avec nos clients, nos fournisseurs et nos collaborateurs nous plait. Si quelqu’un se sent motivé et a envie d’intégrer une entreprise où il trouvera des perspectives d’avenir, il sera toujours le bienvenu chez nous. www.allier.fr
Zones agricoles défavorisées Une action pour le maintien des aides aux agriculteurs Depuis plusieurs mois, la Commission européenne a initié la révision des zones défavorisées simples (ZDS) sur la base de critères des sols (propriétés physiques, chimiques et biologiques). Le zonage est actuellement en révision. Zone de montagne Zone non défavorisée Zone de piémont Zone défavorisée simple Actuellement, les zones définies dans l’Allier, soit 109 837 hectares et 4 400 exploitations agricoles, donnent lieu à des indemnités compensatoires de l’Europe s’élevant à près de 5,6 M € ainsi que des aides à l’installation plus élevées. Si l’Europe n’a pas encore arrêté ses futures modalités de fonctionnement, il est clair qu’elle s’appuiera sur des données précises qui n’existent pas dans le département. C’est pourquoi, Récompenses l’innovation de l’Allier saluée’A l l ier e s t un et e r r e f e r t i l e p our l’épanouissement des entreprises qui innovent. Pour preuve : dernièrement Actial et Convivial ont reçu deux trophées de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) Auvergne. Ces récompenses saluent leur capacité d’innovation, levier de leur stratégie de développement. Ainsi, Convivial, spécialisée dans le secteur de la viande est actuellement en pleine expansion. Elle envisage, dans les 2 ans à venir, de multiplier par trois sa capacité de production, tout en créant 20 emplois et en augmentant de 10 M € son chiffre d’affaires. Pour cela, elle a déposé 4 brevets et 12 marques. De son côté, Actial, intervenant dans les domaines de la chaudronnerie, de la mécano-soudure et de l’usinage mécanique des pièces de très grande le Conseil général, en relation avec la Région (50 000 € chacun), a décidé de s’associer au Groupement d’intérêt scientifique sol (GIS sol). Il rassemble deux ministères ainsi que l’Inra (Institut national de la recherche agronomique), l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), l’IRD (Institut de recherche pour le développement) et l’IFN (Inventaire forestier national). Sa mission est ambitieuse : constituer et gérer un système d’information sur les sols de France, en mettant notamment en œuvre des référentiels régionaux pédologiques (critères européens). L’Institut d’enseignement supérieur et de recherche en alimentation, santé animale, sciences agronomiques et de l’environnement, VetAgro Sup, a été désigné comme maître d’ouvrage de ce programme en Auvergne. Une fois réalisé, il ne se contentera pas de répondre à la problématique européenne. En effet, il apportera aussi des réponses en terme d’aménagement du territoire. Cela passera par la définition des aptitudes des sols aux différentes cultures, à leur résistance à la sécheresse, les caractéristiques des terrains pour les différentes appellations (AOC, IGP)… Mais ce travail permettra aussi de mettre en avant la localisation des zones humides, la carte des pédopaysages, etc. 7 dimension, a choisi de développer ses propres produits. Avec deux nouveaux brevets, l’entreprise souhaite se démarquer de la dépendance des grands donneurs d’ordres. 7 Des représentants de Actial et Convivial étaient présents pour recevoir leur prix. Entreprendre Intelligence économique L’Allier pilote Les entreprises, sans en avoir forcément conscience, sont régulièrement menacées. L’intelligence économique leur permet de se prémunir contre les différentes attaques en mettant en place un habile système de veille, de protection et d’influences. Dans l’Allier, 10 entreprises industrielles suivent un programme pilote, unique en son genre, les sensibilisant à cet enjeu : VolcanIE. Initié par l’État (Direccte Auvergne), l’Atelier des T.I.C. (porté par la Chambre de commerce et d’industrie de Moulins/Vichy) l’anime avec un cabinet conseil. Le CEEA (Comité d’expansion économique de l’Allier) et le Conseil général, financeur à hauteur de 26 874 €, en sont également les partenaires. VolcanIE se décline en plusieurs phases distinctes : présentation de l’intelligence économique ; diagnostic informationnel de l’entreprise (comment l’information circule, comment elle est collectée, traitée et sécurisée…) ; diagnostic d’intelligence économique et stratégique par le biais d’un questionnaire de 250 questions ; mise en place d’une stratégie globale directement dans l’entreprise avec un consultant extérieur. Si aujourd’hui, le coût financier est volontairement réduit pour les entreprises qui bénéficient d’un service « à la carte », c’est en raison du caractère expérimental du programme qui devrait rapidement devenir un « incontournable » pour toutes les entreprises industrielles soucieuses d’assurer leur pérennité. ¶ ¶ Atelier des T.I.C, c/o CCI de Moulins-Vichy, 5-15, rue Montaret, 03200 Vichy – tél. 04 70 35 40 04 - http://www.atelier-tic.net/nos-projets/volcanie Mars-Avril 2011////21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :