[03] Reflets d'Allier n°32 février 2011
[03] Reflets d'Allier n°32 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (229 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : étudier dans l'Allier.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
actualité Agriculture Journée des métiers Le 17 février, les étudiants en 2 e année de BSTA SER (services en espace rural) proposent une journée « découverte des métiers » au lycée agricole de Neuvy. De 14 à 17 heures, les visiteurs pourront se familiariser avec l’orientation postbac en découvrant, par exemple, le DUT de génie biologique, les licences professionnelles, les certificats de spécialisation… Dès 19 h 30, une dizaine de personnes viendront témoigner de leur entrée dans la vie active. ¶ ¶ Lycée agricole de Neuvy, tél. 04 70 46 92 87 Assurance maladie Des points visio pour voir clair La Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) assure des permanences les mardis et jeudis, de 9 h à 11 h 30 et de 14 h à 16 h 30 (ou sur rendez-vous), dans les Points Visio-public de l’Allier. Ce système original permet de rentrer en contact avec un agent de la CPAM par le biais d’une borne interactive équipée d’un écran mais aussi d’échanger et/ou de recevoir des documents. Elles sont installées dans des locaux spécifiques, au sein des mairies ou dans les sièges des communautés de communes, afin de garantir la confidentialité des échanges. Douze bornes sont actuellement opérationnelles sur le territoire, dans les plus importants chefs-lieux de canton. À chaque permanence, des animateurs sont présents pour guider les 1 ers pas des usagers. Ces bornes offrent également la possibilité de rentrer en contact avec d’autres organismes tels que la Caf, la MSA, l’ANPE, etc. N’hésitez pas à vous renseigner sur www.auvergne-pointvisiopublic.com. 6////Février 2011 Forum de l’orientation L’avenir maintient le cap Une économie en perpétuelle mutation, une crise qui s’installe… Les jeunes sont confrontés de plus en plus tôt à des choix d’orientation déterminants. Le salon Cap Avenir les aide dans leur parcours. roposé par les Centres d’information et d’orientation (CIO) et financé par le Conseil général, la salon Cap Avenir est devenu au fil du temps un rendez-vous incontournable pour les élèves bourbonnais en classe de 4 e et 3 e ainsi que pour leurs parents. Après un premier forum de l’orientation réussi à Montluçon au mois de janvier, il se déclinera le 15 février à Vichy, au Palais du Lac, de 8 h 30 à 18 heures et le 24 février à Moulins, au Parc des expositions, de 8 h 30 à 18 h 30. Lors de ces deux salons, les visiteurs pourront découvrir près de 200 formations, se familiariser avec les offres d’une quarantaine d’établissements, participer à des tables rondes, en apprendre plus sur la formation en alternance, etc. En parallèle, des conseillers d’orientation psychologues pourront aiguiller les participants en les aidant à affiner leurs choix. En plus, des démonstrations autour des métiers seront organisées et des élèves témoigneront de leur expérience. Des professionnels seront également présents pour parler de leur parcours. Un rendez-vous à ne pas rater pour tous ceux qui veulent conjuguer avec succès les attentes des jeunes et la réalité économique. 7 + En savoir plus CIO de Vichy, tél. 04 70 98 45 86 ; CIO d’Yzeure, tél. 04 70 44 48 75 Salon international de l’agriculture Savoir-faire bourbonnais et Capitale Le Salon international de l’agriculture est le rendez-vous incontournable du monde agricole et de la ruralité de la fin de l’hiver. L’Allier participera à cet événement qui se déroulera cette année du 19 au 27 février, à Paris, Porte de Versailles. Pendant ce rendezvous, le Conseil général, comme à l’accoutumée, sera présent dans le Hall 1-F4, dans le village charolais. Le Département présentera sa campagne « 100% vital », qui met en avant les interventions quotidiennes de la collectivité auprès de la population. À quelques pas de là, dans le Hall 7, le Comité de promotion des produits d’Allier (CDPA), au cœur du pôle Auvergne, proposera un espace de restauration et une vitrine mettant en avant tout le savoir-faire agroalimentaire de notre territoire. Enfin, l’élevage sera également à l’honneur, entre autres le 21, lors du concours général agricole. Une quarantaine de reproducteurs charolais seront présentés sur le ring de 9 à 12 heures, ainsi que des ovins, des porcins… 7 www.allier.fr
Vie de la collectivité Les collectivités territoriales sont tenues par la loi de voter un budget en équilibre. Le budget 2011 du Conseil général de l’Allier tel qu’adopté en décembre, n’y parvenait que par l’inscription de recettes supplémentaires demandées à l’État pour combler en partie le déficit de compensation (accordée par l’État au Département) pour le financement de l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA), du Revenu de solidarité active (RSA) et de la Prestation de compensation du handicap (PCH). Dans le numéro précédent de Reflets d’Allier, nous vous exposions les motivations qui avaient conduit à un tel choix, en l’occurrence celles de poursuivre la mobilisation nationale des Départements sur ce dossier et d’interpeller l’opinion publique sur les difficultés financières auxquelles les Conseils généraux sont actuellement confrontés. Nouveau vote du budget En pareil cas, le budget du Département, équilibré par une recette non garantie, fait l’objet d’une procédure de recours par le préfet, représentant l’État dans le département. Ce dernier, après notification au Conseil général et dans un délai d’un mois, saisit donc la Chambre régionale des comptes (CRC), qui dispose elle-même ensuite d’un mois pour proposer à la collectivité des mesures de rétablissement de son budget. Le Département a ensuite 2 options : soit celle d’accepter le redressement proposé par la CRC, soit celle de lui proposer un plan de retour à l’équilibre conforme aux attentes. Dans un cas comme dans l’autre, l’Assemblée départementale doit ensuite revoter son budget dans un délai d’un mois suivant l’arrêté du préfet. C’est précisément cette procédure qui va s’appliquer dans l’Allier. Cependant, le budget voté en décembre était-il « insincère » ? La réponse est non. Tout d’abord car il s’agit certes d’une action délibérée de l’e x é c u t i f d é p a r t e me n t a l, mais dans un contexte normal d’un vote budgétaire en décembre, date à laquelle les dotations accordées par l’État au titre de l’année suivante ne sont pas encore connues ; les inscriptions sont donc forcément prévisionnelles. Depuis, de nouvelles recettes ont été annoncées. Il s’agit d’une dotation au titre de la péréquation des droits de mutation entre Départements et d’un complément du fonds de solidarité de la CNSA (Caisse actualité Mieux comprendre le budget 2011 En décembre, lors de sa session, l’Assemblée départementale a voté le budget primitif 2011 du Département, d’un montant total de 404 M €. Pour lui donner volontairement un éclairage politique, le Conseil général à inscrit une recette de 8,5 M € correspondant à une partie de la dette de l’État envers le Conseil général sur la compensation des 3 allocations de solidarité. Où en est-on aujourd’hui ? Dark Vectorangel nationale de solidarité pour l’autonomie). Les montants, toujours estimatifs pour l’instant, laissent espérer un produit global de 6,5 M €. En conséquence, le nouveau vote du budget reposera sur un équilibre rétabli grâce à une prise en compte de ces nouvelles recettes et en augmentant le recours à l’emprunt, dans des proportions restant à définir. Mais en aucun cas, ce nouveau budget se traduira par une baisse des crédits destinés aux services rendus à la population, directement ou en partenariat avec d’autres organismes (collectivités, associations…). L’annonce de ces nouvelles recettes démontre que la mobilisation des Départements de France a porté ses fruits même si ce n’est pas l’État qui abonde ces dotations. Par ailleurs, le problème du fonds de financement des allocations individuelles de solidarité pérenne et garanti reste entier. L’État nous dit que c’est la réforme de la dépendance qui doit traiter en partie cette question. Le Conseil général de l’Allier, en plus des recours déposés contre l’État au niveau national, est très attentif au contenu de cette réforme annoncée, qui pourrait envisager un glissement du financement de la dépendance des personnes âgées vers le recours à l’assurance privée obligatoire, à la charge des familles et créateur d’inégalités sociales. 7 Février 2011////7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :