[03] Reflets d'Allier n°32 février 2011
[03] Reflets d'Allier n°32 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (229 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : étudier dans l'Allier.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Entreprendre Spécial Formation supérieure Enseignement supérieur Quand l’union fait la force Soutenir l’offre de formation pour donner la possibilité aux jeunes de demeurer dans l’Allier après l’obtention de leur bac, et pourquoi pas ensuite s’installer, est un enjeu démographique de taille pour notre département. Dans cette optique, le Conseil général, en relation avec ses partenaires, a mis en place des outils favorisant le développement de l’enseignement supérieur. L’Allier à Infosup Le Conseil général et les 3 communautés d’agglomération ont participé, à la fin du mois de janvier, à Infosup, à Clermont- Ferrand. Lors de ce salon régional des études supérieures, le territoire a pu mettre en avant son attractivité, la qualité de ses infrastructures, la vie étudiante, le coût plutôt modique des logements, les activités mais aussi tous les dispositifs jeunes comme, par exemple, pour le Département, l’aide au permis de conduire, le site internet jeunesse, les bourses d’études… 22////Février 2011 accueil des jeunes représente un défi démographique pour l’Allier. L’enseignement supérieur participe directement à créer une attractivité territoriale. Formations courtes (BTS, DUT), licences (pro ou non), masters… L’offre n’a cessé de se diversifier ces dernières années pour s’adapter à un marché de l’emploi en constante mutation. Ici, pas de campus à l’américaine mais des effectifs limités et des formations de qualité qui attirent des jeunes de toute la France. Pour accompagner le développement de l’enseignement supérieur, le Conseil général, en concertation avec les trois communautés d’agglomération (Montluçon, Moulins, Vichy), a décidé d’agir sur 3 axes : la mise en valeur des formations et de leurs débouchés ; le renforcement des licences professionnelles qui permettent une insertion plus rapide et plus efficace dans le monde du travail ; la création d’un schéma départemental de l’enseignement supérieur favorisant les liens entre les formations et l’entreprise. Démarches collégiales Dans ce cadre général, les efforts vont être maintenus en direction des filières innovantes et d’excellence. Les petites structures, avec le soutien des pouvoirs publics et l’accord de leur ministère de tutelle, seront encouragées à proposer des formations répondant aux besoins du monde économique, à l’instar de l’option en Master 2 proposée par l’IUFM (voir article page suivante). Un travail conjoint de prospection est aussi envisagé entre les agglomérations et les établissements d’enseignement supérieur, avec le soutien du Comité d’expansion économique de l’Allier et les chambres consulaires. Cette démarche est complémentaire à celle du Département en faveur des doctorants qui dirigent des travaux sur ou dans l’Allier. Il est également prévu, comme cela est déjà le cas sur le territoire de Vichy Val d’Allier, de créer des schémas locaux d’enseignement supérieur. Prenant aussi bien en compte l’aspect pédagogique que le logement, les loisirs, les débouchés professionnels en relation avec le monde économique, etc., ils devraient naturellement aboutir, à terme, sur un schéma départemental. Cet ensemble va permettre de favoriser l’identification de notre territoire par les étudiants. Ce sera aussi le cas avec le projet en cours d’élaboration entre l’Allier, la Nièvre et le Cher pour éditer un guide d’études commun, également consultable sur les sites internet des collectivités. Avec, depuis 2005, une décroissance des effectifs, la mobilisation se poursuit donc pour séduire les jeunes et favoriser par la suite leur intégration dans le monde actif, car l’avenir se construit avant tout aujourd’hui. 7 www.allier.fr
IUT d’Allier Une relation historique Proposer des formations en adéquation avec le monde de l’entreprise. Depuis leur création, au milieu des années 1960, les Instituts Universitaires de Technologie (IUT) répondent à cette attente. C’est aussi le cas à Montluçon. Dans notre département, l’IUT d’Allier, composante de l’université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, n’échappe pas à cette règle. À l’instar de ses homologues et avec son important ancrage local, il n’a jamais cessé de s’ouvrir sur l’extérieur. Au sein de son conseil d’administration, on retrouve des représentants du monde économique, des institutions, des syndicats patronaux et de salariés… Et tous les 5 ans, il se prête volontiers à un audit complet. « Les diplômes obtenus chez nous ont le « label IUT » reconnu par les entreprises telles ERDF, Michelin, Potain, Sagem… C’est une garantie pour les PMI-PME qui connaissent alors les compétences de nos diplômés », explique Cécile Charasse, directrice de l’IUT d’Allier. Cette prise directe avec l’environnement et une charte de qualité font que près de 25% des cours sont assurés par des professionnels, en complément de ceux dispensés par les enseignants et les enseignants-chercheurs. En parallèle, les stages obligatoires en entreprises et les projets tuteurés permettent aux étudiants qui sont près d’un millier à se voir confier d’importantes missions : Cécile Charasse, directrice de l’IUT d’Allier. bilan énergétique communal, amélioration de vélos à assistance électrique (E-Nov), conception d’une WebTV, étude d’un modèle de clé rétractable (Ligier), etc. « Avec 40% d’étudiants boursiers, nous jouons un véritable rôle de service public et permettons à l’ascenseur social de fonctionner. 80% de nos étudiants trouvent à s’insérer rapidement suite à un diplôme obtenu chez nous, poursuit la directrice. Et nos étudiants sont aussi convoités par les écoles d’ingénieurs et de commerce. » 7 + En savoir plus IUT d’Allier, IUT de Montluçon, av. Aristide- Briand, BP 2235, 03101 Montluçon cedex, tél. 04 70 02 20 00 – http://www.moniut. univ-bpclermont.fr Institut de formation en masso-kinésithérapie Répondre à un besoin croissant des étudiants que nous formons finissent par s’installer en Auvergne. » Luc Boussion, directeur de l’IFMK (Institut de formation en masso-kinésithérapie) et de l’IFSO (Institut de formation supérieure en ostéopathie), sait cependant que les quotas actuels mis en place au sein des instituts tels que le sien ne suffisent plus à répondre aux besoins. « Selon les données de l’Agence régionale de santé (ARS), il va falloir, dans les prochaines années, remplacer 26% de la profession. Nous n’avons pas les gens formés pour répondre à cette demande », constate le directeur. Cette année, l’IFMK propose à certains de ses étudiants des stages chez des kinésithérapeutes libéraux pour faire connaître le métier et susciter des installations futures. Mais l’entreprise n’est pas simple et de nombreux obstacles subsistent. « Un kiné en fin de carrière n’a pas forcément envie de financer une formation de tuteur pour pouvoir accueillir un jeune en stage. C’est un vrai frein. Des dispositifs restent à imaginer pour répondre à la désertification de nos territoires ruraux. À l’instar de ce qu’a fait le Conseil général pour les médecins, il serait possible de créer une bourse à l’installation ou encore un prêt à taux 0, détaille Luc Boussion, tout en se déclarant partant pour participer à une réflexion globale sur le sujet. À l’autoritarisme qui consisterait à obliger les jeunes à s’installer à tel ou tel endroit, je préfère la notion d’accompagnement, poursuit-il. Les étudiants ne sont pas responsables de la situation mise en place par leurs aînés. » Cet enjeu d’aménagement du territoire est donc bel et bien une réalité. L’IFMK devrait d’ailleurs, d’ici 7 ans, quasiment tripler ses effectifs (actuellement de 185 étudiants). 7 ¶ ¶ IFMK, Centre hospitalier, bd Denière, 03209 Vichy tél. 04 70 97 22 42 – www.kine-vichy.fr Entreprendre IUFM, antenne de Moulins La carte de la diversification L’IUFM de Moulins cherche à asseoir sa position dans le paysage universitaire régional. Il aimerait devenir dans les mois à venir une antenne à part entière de l’université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand). Soutenu par les pouvoirs publics dont le conseil général qui lui accorde notamment 177 000 e par an (seul département d’Auvergne à avoir une telle démarche), il souhaite diversifier et ouvrir son offre de formations. Pour cela, il s’appuie sur son savoir-faire mais également sur ses infrastructures récentes et fonctionnelles, tant pour l’enseignement que pour l’hébergement. Outre le désir de voir ses effectifs augmenter dans le master « Métiers de l’enseignement et de l’éducation » et le diplôme d’accès aux études universitaires, il a plusieurs projets dans ses cartons. C’est le cas de la formation de niveau licence « Sciences de l’éducation » et de la préparation au concours « Métiers de l’enseignement et de l’éducation » pour les titulaires de Master 2 qui souhaiteraient s’orienter vers l’enseignement. Cette diversification pourrait aussi passer par de la formation permanente. Ce volet concernerait des modules autour de l’éducation et la petite enfance pour le personnel de collectivités ou d’associations gestionnaires de structures d’accueil. Il est aussi envisagé d’avoir une autre formation autour de l’éducation et des territoires en politique de la ville, en partenariat avec le centre de ressources qui se crée actuellement à Vichy. Autre projet de taille : l’ingénierie pédagogique pour la formation à distance. Il s’agirait de former ici des professionnels capables de prendre en charge pédagogiquement et techniquement des projets de formation en ligne. Tout cela devrait être prochainement validé, renforçant le positionnement de l’IUFM qui était, il n’y a encore pas si longtemps que ça, menacé de fermeture alors même qu’il contribue directement à l’attractivité du territoire. + En savoir plus Institut de formation des maîtres (IUFM), antenne de Moulins, 28, rue des Geais, 03000 Moulins, tél. 04 70 35 13 00 – http : //www.auvergne.iufm.fr/Février 2011////23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :