[03] Reflets d'Allier n°104 mar/avr 2020
[03] Reflets d'Allier n°104 mar/avr 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°104 de mar/avr 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (205 x 285) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : numérique, explorez les nouveaux outils.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Éric Houdbine 16 ◗ Le dossier Tiers-lieux bourbonnais de l’Allier 2020/2021 Manifestez-vous ! Ni maison, ni bureau, les tiers-lieux sont des espaces à part prônant le travail collaboratif et ressemblant aux personnes qui les animent. Si les métropoles les ont vu naître, ils sont de plus en plus nombreux à s’installer dans les petites villes et en milieu rural. Favorisant l’intelligence collective, ils laissent souvent une large place à la culture numérique, à l’instar de ceux de Lapalisse et de Moulins, doublés d’un fablab (laboratoire de fabrication s’appuyant sur les technologies numériques). Ami-ami avec les projets émergeants Pour accompagner et accélérer leur développement dans le Bourbonnais, le Conseil départemental, avec le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, a lancé un Ami, Appel à manifestation d’intérêt. Il s’agit d’apporter un soutien financier à ces espaces pour leur création, leur équipement et leur mise en réseau. Le but recherché est qu’ils deviennent des endroits de transmission de compétences mais aussi de culture et d’inclusion numérique. Le soutien du Département s’adresse  : aux structures existantes proposant une nouvelle organisation ou une offre de services renouvelée (économiquement réaliste) ; aux nouveaux tiers-lieux ; à des projets de réseaux locaux visant à structurer, mutualiser et promouvoir les offres des tiers-lieux ou des acteurs socio-économiques. Vous pensez être concerné ? N’hésitez pas à télécharger le dossier sur le site internet du Conseil départemental, allier.fr ◗ PLUS D’INFOS allier.fr Reflets d’Allier/Mars - Avril 2020 « Le projet "360°" s’adresse plus particulièrement aux personnes dépendantes des maisons de retraite, qui sortent peu ou pas. À travers la réalité virtuelle et des contenus adaptés, la start-up propose des immersions dans des sites patrimoniaux locaux qu’elles ont connus. Nous avons pu constater que cela permet de minimiser l’angoisse de la séparation et le stress dû au déracinement. Le procédé ouvre aussi d de nouvelles perspectives de travail autour de la mémoire. Nous intervenons déjà dans 6 Ehpad. Le projet prend de l’ampleur. En effet, en agissant sur le bien-être des seniors, il est aussi possible de réduire leur prise de médicaments contre la dépression. Il y a donc aussi un enjeu financier. Nous sommes actuellement en contact avec différents partenaires pour mener une étude clinique plus précise. Clément Pradel, président-fondateur de Sagesse technologies, Yzeure Le FabLab de Lapalisse a été précurseur. Le terrain relève les manches Le terrain relève les manches Quand il s’agit s'agit d’inclusion d'inclusion numérique, le Conseil départemental est loin d’être d'être le seul à intervenir. Son action s'inscrit s’inscrit même en lien étroit avec les initiatives locales conduites à à travers l'Allier. l’Allier. Et pour lutter contre la fracture sociale, les territoires se mobilisent ! Que ce soient les collectivités, les centres socioculturels, les associations, les Maisons France service, les actions se démultiplient et des partenariats inédits se créent pour apporter aux Bourbonnais les outils et le savoir nécessaire au bon usage du digital. À Cérilly des bénéficiaires aaire des s minima sociaux animent des ateliers numériques. Les traductions sur le terrain prennent des formes très différentes. Par exemple, la mairie de La Ferté-Hauterive propose un accès libre à un ordinateur (Point numérique). Au Montet, le centre social 1, 2, 3 Bocage organise deux fois par mois (samedi ou mardi) un café numérique où une animatrice accueille le public pour apprendre, découvrir ou tout simplement partager et échanger. Quant au club informatique de La Chapelaude, il s’installe s'installe tous les lundis après-midi dans la Maison France service d’Huriel. d'Huriel. Un bénévole s’adapte s'adapte aux profils et aux besoins du public pour notamment faire des démarches administratives en ligne. Le collège de Cérilly accueille un atelier informatique animé par et pour les bénéficiaires du RSA, Revenu de solidarité active. Tout un panel de nouveaux services émerge pour répondre au plus près aux besoins des Bourbonnais et éviter 1 une fracture numérique irréparable. « 
entretien ENTRETIEN AVEC avec Christian CHRISTIAN Chito CHI « Notre action « NOTE/CCT s'adresse à tous s’adresse à tous » Pour lutter contre la fracture numérique, Christian Chito, vice-président du Conseil départemental chargé du dossier, prône un engagement sans faille. Pour tuner contre la fracture numerique, C vice-président du Conseil départemental chE prône un engagement sans faill Pourquoi le Conseil département s'engage-t-il s’engage-t-il en faveur de l'inclusion l’inclusion numérique ? L'AMI. Christian Chito En tant que première collectivité des solidarités, le Conseil départemental a pleinement sa place dans la lutte contre « l’illectronisme l'illectronisme ». L’illettrisme L'illettrisme électronique représente un réel handicap dans la vie courante et sociale. Depuis plusieurs années, le Département travaille à la mise en place d’une d'une stratégie. Sur un territoire tel que le nôtre, avec trois agglomérations et une dominante rurale, les services au public sont éclatés. Il fallait trouver un fonctionnement cohérent. Lequel a été retenu ? C.C. Tout d’abord, d'abord, nous avons souhaité mettre en place la Bourbon’Net. Bourbon'Net. Le service mobile permet de partir à la rencontre des habitants pour une prise de contact. Cette première réponse montre que « c’est c'est possible ». Plusieurs chemins mènent au rejet du numérique. L’âge L'âge et et le le manque de moyens ne sont pas les seuls à entrer en ligne de compte. Parfois, une mauvaise expérience suffit pour se déconnecter. Est-ce que d’autres d'autres réponses existent ? C.C. Après cette première approche mobile, dans un deuxième temps les personnes sont invitées à aller dans les Maisons de services au public pour effectuer des démarches complémentaires mais aussi se rapprocher des associations et des mairies. Elles aussi proposent des initiations et divers ateliers favorisant la prise en main des différents outils. Le Département booste les débits Sans réseau, les nouvelles technologies ne servent pas à grandchose. Pour lutter efficacement contre la fracture numérique, le Conseil départemental a placé l’aménagement l'aménagement numérique dans ses priorités. En parallèle des programmes de l'État l’État et du déploiement naturel des opérateurs, il il a choisi de booster les raccordements en fibre optique. Pour cela, il s'est s’est associé avec les 3 autres Départements auvergnats et a renégocié la dernière phase du partenariat-public privé déjà engagé avec Orange. Elle a pour objectif de couvrir 174 communes en fibre optique (43 initialement prévues) en complément des 34 communes déjà déployées et d'offrir d’offrir plus de débit, tout en prévoyant une fin de déploiement en 2022, soit 3 ans plus tôt que dans le précédent accord. Cela est rendu possible grâce à un mix technologique  : fibre optique, 4 G, ADSL et et satellite (si (si absence des autres technologies). Les communes des agglomérations sont quant à elles traitées directement par Orange sans intervention publique. Le dossier ◗ 17 Est-ce que l’inclusion numérique se cantonne aux personnes en difficultés ? C.C. Notre action s’adresse à tous. D’ailleurs, nous avons dernièrement adopté une aide pour l’émergence des tiers-lieux et le renforcement de leurs actions. À terme, j’aimerais que chaque habitant de l’Allier puisse disposer d’un tiers-lieu à moins de 20 minutes de son domicile. Tout cela implique que les infrastructures suivent… ? C.C. Elles avancent bien. La renégociation de la dernière phase du réseau d’intérêt public nous fait gagner 3 ans sur le calendrier initial. Nous allons relier à la fibre 174 communes contre 43 annoncées précédemment en complément des 34 déjà reliées actuellement et des agglomérations également en cours de raccordement. Nous allons plus vite et plus loin. En dehors de la fibre, l’ADSL sera boosté. Il sera possible d’avoir recours à des satellites plus performants ainsi qu’à la 4G. Avec l’arrivée de la 5G, n’est-ce pas une technologie dépassée ? C.C. Heureusement que nous n’attendons pas son déploiement. Dans l’Allier, la 4G permet de régler 90% des problèmes rencontrés. La 5G va d’abord se développer dans les métropoles, avant d’être généralisée dans plusieurs années. Nous ne pouvons pas rester là à attendre sans rien faire. Il faut être pragmatique. « Rien » n’a jamais été une réponse. C’est pourquoi, jusqu’en 2025, nous construirons une douzaine de pylônes par an pour répondre aux besoins des Bourbonnais. ◗ La télémédecine arrive L’Allier s’empare de la télémédecine pour améliorer l’accessibilité de tous à des soins de qualité partout sur le territoire. Dans le cadre d’un appel à projets lancé par l’ARS, Agence régionale de santé Auvergne-Rhône- Alpes, deux projets bourbonnais multi-partenariaux ont été retenus. Le premier, porté par le Centre hospitalier de Moulins-Yzeure a pour objectif d’améliorer l’accès aux soins d’expertise et le parcours de soins des personnes âgées. Le second, initié par la maison de retraite de Chantelle, a pour but de garantir l’accès aux soins des personnes âgées en milieu rural, en proposant des consultations de médecins généralistes sur les horaires de garde. Le Conseil départemental soutient ces initiatives. Reflets d’Allier/#FierAllier



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :